L'Ironlakes, disputé sur la distance de 3,8 km de natation, 180 km à vélo et 42,195 km à pied, deviendra ainsi le seul triathlon de full distance organisé sur le sol belge, bien longtemps après Middelkerke et deux saisons après le Belman de Robertville, qui ont tous deux disparu du calendrier. Les organisateurs espèrent ainsi séduire les amateurs de longue distance en 2019, afin de passer en 2020 sous le fameux label 'Ironman'.

"Le calendrier 'Ironman' étant déjà bouclé pour la saison prochaine, nous nous sommes d'abord orientés vers une sorte de test-event, avant de tenter l'aventure du mythique Ironman", explique Florian Badoux, qui chapeaute l'organisation sportive de l'événement. Aux commandes également de la manche belge de coupe du monde du Xterra à Namur, celui-ci compte attirer quelque 200 participants sur l'Ironlakes et 350 autres sur la moyenne distance.

Jean-Jacques Cloquet, président de l'ASBL des Lacs de l'Eau d'Heure, voulait un événement qui ne soit pas déficitaire.

"Le tourisme sportif est en forte augmentation. Avec cette épreuve, nous comptons sur une présence en provenance de l'étranger de l'ordre de 40 pc de l'ensemble des concurrents. Les athlètes ne viennent pas seuls et cela amène automatiquement des répercussions au niveau des nuitées, de l'Horeca et des commerces de proximité", selon le patron des Lacs de l'Eau d'Heure.

Pour la récente championne d'Europe de triathlon de moyenne distance Alexandra Tondeur, marraine de la course, "cette journée restera à coup sûr un souvenir inoubliable dans la mémoire des triathlètes". "Le site est exceptionnel pour la pratique du triple effort. Une épreuve pareille manquait vraiment à la Wallonie et la Belgique. Les routes au relief vallonné élimineront tout risque de 'drafting' (interdiction de bénéficier du phénomène d'aspiration à vélo, ndlr) et rendront l'épreuve juste pour tous les compétiteurs. Quant à l'ambiance, inutile de vous dire que les Wallons savent recevoir..." a conclu en plaisantant la marraine de l'Ironlakes, qui ouvrira ses inscriptions dès les 5 décembre prochain (Info: www.ironlakes.be).

L'Ironlakes, disputé sur la distance de 3,8 km de natation, 180 km à vélo et 42,195 km à pied, deviendra ainsi le seul triathlon de full distance organisé sur le sol belge, bien longtemps après Middelkerke et deux saisons après le Belman de Robertville, qui ont tous deux disparu du calendrier. Les organisateurs espèrent ainsi séduire les amateurs de longue distance en 2019, afin de passer en 2020 sous le fameux label 'Ironman'. "Le calendrier 'Ironman' étant déjà bouclé pour la saison prochaine, nous nous sommes d'abord orientés vers une sorte de test-event, avant de tenter l'aventure du mythique Ironman", explique Florian Badoux, qui chapeaute l'organisation sportive de l'événement. Aux commandes également de la manche belge de coupe du monde du Xterra à Namur, celui-ci compte attirer quelque 200 participants sur l'Ironlakes et 350 autres sur la moyenne distance. Jean-Jacques Cloquet, président de l'ASBL des Lacs de l'Eau d'Heure, voulait un événement qui ne soit pas déficitaire. "Le tourisme sportif est en forte augmentation. Avec cette épreuve, nous comptons sur une présence en provenance de l'étranger de l'ordre de 40 pc de l'ensemble des concurrents. Les athlètes ne viennent pas seuls et cela amène automatiquement des répercussions au niveau des nuitées, de l'Horeca et des commerces de proximité", selon le patron des Lacs de l'Eau d'Heure. Pour la récente championne d'Europe de triathlon de moyenne distance Alexandra Tondeur, marraine de la course, "cette journée restera à coup sûr un souvenir inoubliable dans la mémoire des triathlètes". "Le site est exceptionnel pour la pratique du triple effort. Une épreuve pareille manquait vraiment à la Wallonie et la Belgique. Les routes au relief vallonné élimineront tout risque de 'drafting' (interdiction de bénéficier du phénomène d'aspiration à vélo, ndlr) et rendront l'épreuve juste pour tous les compétiteurs. Quant à l'ambiance, inutile de vous dire que les Wallons savent recevoir..." a conclu en plaisantant la marraine de l'Ironlakes, qui ouvrira ses inscriptions dès les 5 décembre prochain (Info: www.ironlakes.be).