Manager de DicoGames, Didier Colart est connu pour son Qui est-ce ? sur les Diables Rouges et plusieurs Monopoly belges, dont ceux sur les Sporting de Charleroi et d'Anderlecht. Il a pu emprunter une partie de la collection de Neil Scallan, collectionneur invétéré avec plus de 2.000 éditions (record du monde), et monter une expo en plein centre-ville de Charleroi.
...

Manager de DicoGames, Didier Colart est connu pour son Qui est-ce ? sur les Diables Rouges et plusieurs Monopoly belges, dont ceux sur les Sporting de Charleroi et d'Anderlecht. Il a pu emprunter une partie de la collection de Neil Scallan, collectionneur invétéré avec plus de 2.000 éditions (record du monde), et monter une expo en plein centre-ville de Charleroi. On y trouve une quantité incroyable de plateaux dédiés au sport : NBA, clubs de base-ball et de foot américain, etc. Le foot n'est pas oublié, avec plusieurs éditions sur des équipes comme Arsenal (une version spéciale sur Highbury a même été imaginée ! ) ou Manchester United. " Même si ces jeux ne leur rapportent pas de gros bénéfices, ils font partie d'une stratégie commerciale ", explique le maître des lieux. Par contre, ne cherchez pas d'éditions italiennes. " On a une version sur Ferrari et la F1 mais c'est sans doute l'une des seules. L'Italie a été un marché délaissé mais je pense que cela va changer. " Pour certains, le Monopoly est un objet de collection. " Lors de la sortie du Monopoly sur Anderlecht, des supporters ont acheté deux versions : une pour jouer et une autre à exposer. Certains ne déballent même pas leur boîte. " Il y a aussi les Monopoly " caritatifs ". " C'est une tradition en Australie. Il existe des " charity editions " pour les All-Blacks ou des clubs de rugby. Les bénéfices sont reversés à une association. " Une habitude que Didier essaie aussi d'implanter. " En 2010, nous avons vendu sur eBay un exemplaire dédicacé du Monopoly d'Anderlecht pour 587 euros destinés à Cap48. Le meilleur exemple, c'est le Monopoly sur Charleroi : les bénéfices n'atterrissent pas dans les caisses du club mais dans celles de sa fondation. "