Le sprinteur américain Justin Gatlin a annoncé sa retraite à l'âge de 40 ans jeudi, raccrochant ses pointes après une carrière marquée par une médaille d'or olympique sur 100 m, multiples titres mondiaux et plusieurs suspensions dues au dopage.

"Je t'ai aimée, la piste. Tu m'as donné des larmes de tristesse et de joie, des leçons qui ne seront jamais oubliées. Le flambeau est passé, mais l'amour ne s'éteindra jamais. A vos marques, prêts... partez !", a écrit l'athlète, dans un message sur son compte Instagram. Gatlin s'est forgé un palmarès en presque vingt ans, se révélant aux yeux du monde aux Jeux d'Athènes en 2004 par sa victoire remportée sur la ligne droite, en 9 sec 85, établissant le deuxième meilleur temps de l'histoire aux Jeux. Il a confirmé sa domination l'année suivante sur 100 m et 200 m aux Championnats du monde d'Helsinki.

HUIT ANNEES DE SUSPENSION REDUITES A QUATRE

Mais le dopage l'a vite rattrapé, puisqu'il a été suspendu en 2006, cinq ans après une première fois en 2001 résultant à l'époque d'un contrôle positif aux amphétamines. Il avait alors fait appel, plaidant des antécédents médicaux (des troubles de l'attention diagnostiqués durant l'enfance) qui l'obligeaient selon lui à prendre ces substances. Son deuxième contrôle positif, au sommet sa gloire, a révélé des niveaux excessifs de testostérone dans son corps. Il a écopé de huit ans de suspension, finalement réduite à quatre ans en appel.

Après une suspension pour dopage, c'est surtout Usain Bolt qui s'est dressé sur la route aux titres de Justin Gatlin. Ici, aux JO de Londres, l'Américain n'hésite pas à se prosterner devant son rival jamaïcain après une nouvelle défaite., belga
Après une suspension pour dopage, c'est surtout Usain Bolt qui s'est dressé sur la route aux titres de Justin Gatlin. Ici, aux JO de Londres, l'Américain n'hésite pas à se prosterner devant son rival jamaïcain après une nouvelle défaite. © belga

BARRE PAR LA LEGENDE USAIN BOLT

Entre-temps, un certain Usain Bolt a foudroyé le monde du sprint, raflant quasiment tous les titres possibles aux JO et Mondiaux entre 2008 et 2016. Et Gatlin, de nouveau autorisé à courir en 2010, de se contenter de places d'honneur sur les podiums. Il ainsi obtenu le bronze sur 100 m aux Jeux olympiques de Londres 2012, puis l'argent aux championnats du monde 2013 et 2015, ainsi qu'aux JO-2016.

ABSENT DES DERNIERS JEUX A CAUSE DE SES ISCHIO-JAMBIERS

Egalement médaillé d'argent sur 200 m aux Mondiaux 2015 et aux relais 4x100 m en 2013, 2015 et 2017, il a cette dernière année-là pris une rare revanche sur Bolt, en devenant une deuxième fois champion du monde sur 100 m, à 35 ans, devant son compatriote Christian Coleman et le Jamaïcain. Après avoir remporté une ultime médaille d'or avec le relais américain du 4x100 m aux Mondiaux de Doha en 2019, il rêvait de finir sa carrière aux Jeux de Tokyo l'an dernier, mais une blessure aux ischio-jambiers l'en a empêché lors des sélections à Eugene (Oregon).

Le sprinteur américain Justin Gatlin a annoncé sa retraite à l'âge de 40 ans jeudi, raccrochant ses pointes après une carrière marquée par une médaille d'or olympique sur 100 m, multiples titres mondiaux et plusieurs suspensions dues au dopage."Je t'ai aimée, la piste. Tu m'as donné des larmes de tristesse et de joie, des leçons qui ne seront jamais oubliées. Le flambeau est passé, mais l'amour ne s'éteindra jamais. A vos marques, prêts... partez !", a écrit l'athlète, dans un message sur son compte Instagram. Gatlin s'est forgé un palmarès en presque vingt ans, se révélant aux yeux du monde aux Jeux d'Athènes en 2004 par sa victoire remportée sur la ligne droite, en 9 sec 85, établissant le deuxième meilleur temps de l'histoire aux Jeux. Il a confirmé sa domination l'année suivante sur 100 m et 200 m aux Championnats du monde d'Helsinki. Mais le dopage l'a vite rattrapé, puisqu'il a été suspendu en 2006, cinq ans après une première fois en 2001 résultant à l'époque d'un contrôle positif aux amphétamines. Il avait alors fait appel, plaidant des antécédents médicaux (des troubles de l'attention diagnostiqués durant l'enfance) qui l'obligeaient selon lui à prendre ces substances. Son deuxième contrôle positif, au sommet sa gloire, a révélé des niveaux excessifs de testostérone dans son corps. Il a écopé de huit ans de suspension, finalement réduite à quatre ans en appel. Entre-temps, un certain Usain Bolt a foudroyé le monde du sprint, raflant quasiment tous les titres possibles aux JO et Mondiaux entre 2008 et 2016. Et Gatlin, de nouveau autorisé à courir en 2010, de se contenter de places d'honneur sur les podiums. Il ainsi obtenu le bronze sur 100 m aux Jeux olympiques de Londres 2012, puis l'argent aux championnats du monde 2013 et 2015, ainsi qu'aux JO-2016. Egalement médaillé d'argent sur 200 m aux Mondiaux 2015 et aux relais 4x100 m en 2013, 2015 et 2017, il a cette dernière année-là pris une rare revanche sur Bolt, en devenant une deuxième fois champion du monde sur 100 m, à 35 ans, devant son compatriote Christian Coleman et le Jamaïcain. Après avoir remporté une ultime médaille d'or avec le relais américain du 4x100 m aux Mondiaux de Doha en 2019, il rêvait de finir sa carrière aux Jeux de Tokyo l'an dernier, mais une blessure aux ischio-jambiers l'en a empêché lors des sélections à Eugene (Oregon).