La Belgique s'est qualifiée pour la finale du relais 4x400m mixte, vendredi, lors de la première journée des épreuves d'athlétisme aux Jeux Olympiques. Alexander Doom, Imke Vervaet, Camille Laus et Jonathan Borlée ont terminé premier de leur série en 3:12.75, améliorant le record de Belgique, qui était de 3:14.22. Elle obtient le cinquième meilleur temps des finalistes.

La République dominicaine avait remporté la série en 3:12.74 mais a été disqualifiée. L'Irlande a pris la troisième place en 3:12.88. Les Etats-Unis ont été disqualifiés. Les trois premiers de chacun des deux séries et les deux meilleurs deuxièmes avancent en finale, programmée samedi (14h35 heure belge).

MISSION ACCOMPLIE

Troisième sur la ligne d'arrivée, la Belgique a finalement remporté la première série de l'histoire olympique du relais mixte du 4X400 mètres, vendredi soir à Tokyo. Alexander Doom, Imke Vervaet, Camille Laus et Jonathan Borlée, dans cet ordre, se sont qualifiés pour la finale de samedi soir. Arborant des maillots qui rappelaient ceux utilisés en 1964 lors des premiers JO de Tokyo, ils ont au passage mis à jour les tablettes nationales en courant en 3:12.75 (AR: 3:14.22).

"Mission accomplie", a déclaré Jonathan Borlée qui avait été prévenu mardi qu'il serait le dernier relayeur. A la surprise générale il s'est relevé sur la fin de la course et a été dépassé sur la ligne par l'équipe de la République dominicaine arrivée deuxième derrière les Etats-Unis. Mais ces deux formations ont été disqualifiées. "J'ai tout de suite vu que les Etats-Unis était disqualifiés, la 2e relayeuse a pris le témoin hors zone.

" J'ai regardé l'écran et j'ai vu qu'on était facile dans les trois premiers et j'ai relâché dans les 40 derniers mètres." A titre personnel j'ai encore mal au tendon. J'ai fait une croix sur le fait de me sentir à 100%, malgré cela je fais une belle course (remontant une place)."

null, iStock
null © iStock

Avec l'absence des Etats-Unis et de la République dominicaine, l'idée d'un podium n'est pas fantaisiste. "La course sera très ouverte demain" juge Jonathan Borlée. "Mais il y a une belle densité. La moindre erreur peut se payer cher."

"En finale, on partira avec le rêve de monter sur le podium. On ne démarre pas se disant qu'on va finir 4e, 5e ou 6e", avança de son côté Camille Laus. Alexander Doom a eu la responsabilité de lancer la course au couloir 2. "Ce n'était pas évident, mais tout s'est bien passé. Et à l'arrivée on se qualife et on bat le record de Belgique. On ne peut pas rêver de mieux. J'avais pour consigne de rester aussi près que possible des Américains. Maintenant, il y a un opportunité en finale. Il faudra essayer de la saisir."

Camille Laus était ravie de l'issue de la course "mais aussi de mes sensations. Je retrouve ma foulée et je sens que maintenant que j'atteins mon pic de forme."

La composition de l'équipe belge en finale n'est pas connue. Les présences de Kevin Borlée qui courra dimanche le 400 m individuel et de Cynthia Bolingo, qui s'est blessée récemment, reste des inconnues. "C'est le coach (Jacques Borlée) qui décidera. quoi qu'il arrive on aura une bonne équipe demain."

La Belgique s'est qualifiée pour la finale du relais 4x400m mixte, vendredi, lors de la première journée des épreuves d'athlétisme aux Jeux Olympiques. Alexander Doom, Imke Vervaet, Camille Laus et Jonathan Borlée ont terminé premier de leur série en 3:12.75, améliorant le record de Belgique, qui était de 3:14.22. Elle obtient le cinquième meilleur temps des finalistes. La République dominicaine avait remporté la série en 3:12.74 mais a été disqualifiée. L'Irlande a pris la troisième place en 3:12.88. Les Etats-Unis ont été disqualifiés. Les trois premiers de chacun des deux séries et les deux meilleurs deuxièmes avancent en finale, programmée samedi (14h35 heure belge). MISSION ACCOMPLIE Troisième sur la ligne d'arrivée, la Belgique a finalement remporté la première série de l'histoire olympique du relais mixte du 4X400 mètres, vendredi soir à Tokyo. Alexander Doom, Imke Vervaet, Camille Laus et Jonathan Borlée, dans cet ordre, se sont qualifiés pour la finale de samedi soir. Arborant des maillots qui rappelaient ceux utilisés en 1964 lors des premiers JO de Tokyo, ils ont au passage mis à jour les tablettes nationales en courant en 3:12.75 (AR: 3:14.22). "Mission accomplie", a déclaré Jonathan Borlée qui avait été prévenu mardi qu'il serait le dernier relayeur. A la surprise générale il s'est relevé sur la fin de la course et a été dépassé sur la ligne par l'équipe de la République dominicaine arrivée deuxième derrière les Etats-Unis. Mais ces deux formations ont été disqualifiées. "J'ai tout de suite vu que les Etats-Unis était disqualifiés, la 2e relayeuse a pris le témoin hors zone." J'ai regardé l'écran et j'ai vu qu'on était facile dans les trois premiers et j'ai relâché dans les 40 derniers mètres." A titre personnel j'ai encore mal au tendon. J'ai fait une croix sur le fait de me sentir à 100%, malgré cela je fais une belle course (remontant une place)."Avec l'absence des Etats-Unis et de la République dominicaine, l'idée d'un podium n'est pas fantaisiste. "La course sera très ouverte demain" juge Jonathan Borlée. "Mais il y a une belle densité. La moindre erreur peut se payer cher." "En finale, on partira avec le rêve de monter sur le podium. On ne démarre pas se disant qu'on va finir 4e, 5e ou 6e", avança de son côté Camille Laus. Alexander Doom a eu la responsabilité de lancer la course au couloir 2. "Ce n'était pas évident, mais tout s'est bien passé. Et à l'arrivée on se qualife et on bat le record de Belgique. On ne peut pas rêver de mieux. J'avais pour consigne de rester aussi près que possible des Américains. Maintenant, il y a un opportunité en finale. Il faudra essayer de la saisir." Camille Laus était ravie de l'issue de la course "mais aussi de mes sensations. Je retrouve ma foulée et je sens que maintenant que j'atteins mon pic de forme." La composition de l'équipe belge en finale n'est pas connue. Les présences de Kevin Borlée qui courra dimanche le 400 m individuel et de Cynthia Bolingo, qui s'est blessée récemment, reste des inconnues. "C'est le coach (Jacques Borlée) qui décidera. quoi qu'il arrive on aura une bonne équipe demain."