Ray Allen entre dans l'histoire comme le recordman du nombre de 3 points: 2.973 en 18 saisons de NBA. On retiendra en particulier son tir décisif dans le sixième match de la finale NBA 2013 contre San Antonio. On se souviendra aussi de lui comme d'un professionnel accompli, qui sculptait son corps et peaufinait sa technique de tir avec maniaquerie. Sa routine d'avant-match était légendaire. Elle commençait trois heures à l'avance. Certaines salles n'étaient même pas encore éclairées. Les coaches n'étaient généralement pas encore là et Allen payait des ramasseurs de balles ou des concierges - l'un d'eux aurait reçu mille dollars - pour lui renvoyer les ballons qu'il faisait passer dans le panier. Il y en avait beaucoup: 200 en une heure, dont 170 réussis, en moyenne. Il n'armait pas ses tirs facilement, en se mouvant d'un endroit à l'autre: il se couchait d'abord sur le parquet, sautait, reculait jusqu'à la ligne des 3 points puis tirait, avec une technique parfaite. Avec une précision similaire au fameux tir contre San Antonio...

Par Jonas Creteur

Ray Allen entre dans l'histoire comme le recordman du nombre de 3 points: 2.973 en 18 saisons de NBA. On retiendra en particulier son tir décisif dans le sixième match de la finale NBA 2013 contre San Antonio. On se souviendra aussi de lui comme d'un professionnel accompli, qui sculptait son corps et peaufinait sa technique de tir avec maniaquerie. Sa routine d'avant-match était légendaire. Elle commençait trois heures à l'avance. Certaines salles n'étaient même pas encore éclairées. Les coaches n'étaient généralement pas encore là et Allen payait des ramasseurs de balles ou des concierges - l'un d'eux aurait reçu mille dollars - pour lui renvoyer les ballons qu'il faisait passer dans le panier. Il y en avait beaucoup: 200 en une heure, dont 170 réussis, en moyenne. Il n'armait pas ses tirs facilement, en se mouvant d'un endroit à l'autre: il se couchait d'abord sur le parquet, sautait, reculait jusqu'à la ligne des 3 points puis tirait, avec une technique parfaite. Avec une précision similaire au fameux tir contre San Antonio... Par Jonas Creteur