Le sprinteur britannique Chinjindu "CJ" Ujah, médaillé d'argent lors du 4x100 mètres lors des JO de Tokyo, a été provisoirement suspendu en raison d'un manquement présumé aux règles de contrôle antidopage, a annoncé jeudi l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (UIA).

Si ces soupçons sont prouvés à l'encontre de l'athlète de 27 ans, le relais britannique perdra sa médaille d'argent, obtenue derrière l'Italie et devant le Canada. Selon l'UIA, "la présence des substances interdites ostarine et S-23, qui sont classifiées comme des SARM" a été détectée dans l'organisme de Uja. Il s'agit de substances généralement utilisées pour augmenter la masse musculaire.

D'autres athlètes ont également été provisoirement suspendus par l'UIA comme le Bahreïni Sadik Mikhou (1500 mètres), le Géorgien Benik Abramyan (lancer du poids) et le sprinter kényan Mark Otieno Odhiambo, à la suite de tests positifs, a précisé cette organisation. "L'UIA attend maintenant les conclusions de l'enquête de l'ITA (Agence de contrôle internationale, NDLR) sur les cas de ces athlètes qui détermineront si des violations des règles antidopage ont été commises et si des sanctions doivent être prises dans le cadre des Jeux Olympiques", ajoute-t-on de même source. Cette enquête permettra également de déterminer su des sanctions doivent être prises au-delà des JO, ajoute l'UIA.

Le sprinteur britannique Chinjindu "CJ" Ujah, médaillé d'argent lors du 4x100 mètres lors des JO de Tokyo, a été provisoirement suspendu en raison d'un manquement présumé aux règles de contrôle antidopage, a annoncé jeudi l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (UIA). Si ces soupçons sont prouvés à l'encontre de l'athlète de 27 ans, le relais britannique perdra sa médaille d'argent, obtenue derrière l'Italie et devant le Canada. Selon l'UIA, "la présence des substances interdites ostarine et S-23, qui sont classifiées comme des SARM" a été détectée dans l'organisme de Uja. Il s'agit de substances généralement utilisées pour augmenter la masse musculaire. D'autres athlètes ont également été provisoirement suspendus par l'UIA comme le Bahreïni Sadik Mikhou (1500 mètres), le Géorgien Benik Abramyan (lancer du poids) et le sprinter kényan Mark Otieno Odhiambo, à la suite de tests positifs, a précisé cette organisation. "L'UIA attend maintenant les conclusions de l'enquête de l'ITA (Agence de contrôle internationale, NDLR) sur les cas de ces athlètes qui détermineront si des violations des règles antidopage ont été commises et si des sanctions doivent être prises dans le cadre des Jeux Olympiques", ajoute-t-on de même source. Cette enquête permettra également de déterminer su des sanctions doivent être prises au-delà des JO, ajoute l'UIA.