Tim Brys et Niels Van Zandweghe se sont qualifiés mercredi en fin de matinée pour la finale olympique de l'épreuve du deux de couple poids légers en aviron. Ils ont terminé 3e de leur demi-finale à 7.74 secondes des Irlandais vainqueurs devant l'Italie qui a couvert les 2000 mètres 2.37 secondes plus lentement que Fintan McCarthy et Paul O'Donovan. Ces derniers ont profité du vent assez violent - mais favorable - pour établir un nouveau meilleur temps mondial en 6:05.33, effaçant de 3/100e la précédente marque établie en 2014 aux championnats du monde d'Amsterdam.

La surprise des demi-finales est venue du chavirage du bateau norvégien, candidat au podium, dans le dernier quart de la première demi-finale. Le duo flandrien, visiblement peu satisfait, résuma son sentiment après sa course. "C'est une répétition générale ratée. Mais même en ratant notre course, on se qualifie pour la finale. Ce n'était pas notre meilleure course, mais il faut encore l'analyser", a reconnu Niels Van Zandweghe après la course.

Le coach Frans Claes ne comprenait pas non plus ce qui s'était passé en milieu d'épreuve quand ses rameurs ont concédé beaucoup de distances "ce qui ne leur arrive pas généralement. Ce fut une course bizarre. Demain/jeudi, l'idée est de briguer une place sur le podium. Ce ne sera pas évident. L'absence de la Norvège dans cette lutte pour une médaille est regrettable pour les athlètes que l'on connaît relativement bien." Mais ce n'est pas une mauvaise affaire pour les Belges. "Maintenant nous allons pouvoir concourir pour une médaille et il fallait entrer en finale A pour le faire" a ajouté Van Zandweghe.

"Aujourd'hui les conditions n'étaient pas idéales. Il était difficile de trouver le bon rythme mais c'était pour tout le monde." En 6:13.07, les Belges ont signé le moins bon temps des six demi-finalistes qui se retrouveront en finale A. "Espérons que demain (en finale), il y aura moins de vent et que les conditions seront plus favorables et que nous serons davantage dans le rythme", avança Tim Brys en charge de la nage du bateau qui arbore, comme son équipier, une magnifique moustache dans ces Jeux. Quand on est assuré de finir dans le top 6, quand on dispute une finale A, l'objectif est naturellement de briguer une médaille. "En théorie on a une chance sur deux puisqu'il y a trois médailles", rappela Van Zandweghe. Toutefois, l'écart concédé aux Irlandais et Italiens n'incite pas vraiment à l'optimisme sachant que l'Allemagne a aussi été très rapide dans l'autre demi-finale.

"L''écart était trop important aujourd'hui" a reconnu Tim Brys. "Demain/jeudi, on va surtout se concentrer sur notre course. Notre ambition est toujours de remporter une médaille et de tout faire pour y arriver". "Le premier objectif était la finale A", confirma le coach brugeois,. "Maintenant ils ne vont pas se dire, 'on est en finale et si on finit 6e c'est ok', ce ne sera pas le cas."

Les trois premiers des deux demi-finales entraient en finale A, celle qui décernera le titre et les deux autres places sur le podium. La finale est programmée jeudi matin (9h50 locales/02h50 belges, les athlètes devront se lever avant 4 heures) sur le Canal de la forêt de la mer de Tokyo. Outre l'Irlande et l'Italie, l'Allemagne, l'Uruguay (seul bateau passé par les repêchages) et la République tchèque qui ont terminé dans cet ordre la première demi-finale complèteront le plateau des participants à cette finale.

Tim Brys et Niels Van Zandweghe se sont qualifiés mercredi en fin de matinée pour la finale olympique de l'épreuve du deux de couple poids légers en aviron. Ils ont terminé 3e de leur demi-finale à 7.74 secondes des Irlandais vainqueurs devant l'Italie qui a couvert les 2000 mètres 2.37 secondes plus lentement que Fintan McCarthy et Paul O'Donovan. Ces derniers ont profité du vent assez violent - mais favorable - pour établir un nouveau meilleur temps mondial en 6:05.33, effaçant de 3/100e la précédente marque établie en 2014 aux championnats du monde d'Amsterdam. La surprise des demi-finales est venue du chavirage du bateau norvégien, candidat au podium, dans le dernier quart de la première demi-finale. Le duo flandrien, visiblement peu satisfait, résuma son sentiment après sa course. "C'est une répétition générale ratée. Mais même en ratant notre course, on se qualifie pour la finale. Ce n'était pas notre meilleure course, mais il faut encore l'analyser", a reconnu Niels Van Zandweghe après la course. Le coach Frans Claes ne comprenait pas non plus ce qui s'était passé en milieu d'épreuve quand ses rameurs ont concédé beaucoup de distances "ce qui ne leur arrive pas généralement. Ce fut une course bizarre. Demain/jeudi, l'idée est de briguer une place sur le podium. Ce ne sera pas évident. L'absence de la Norvège dans cette lutte pour une médaille est regrettable pour les athlètes que l'on connaît relativement bien." Mais ce n'est pas une mauvaise affaire pour les Belges. "Maintenant nous allons pouvoir concourir pour une médaille et il fallait entrer en finale A pour le faire" a ajouté Van Zandweghe. "Aujourd'hui les conditions n'étaient pas idéales. Il était difficile de trouver le bon rythme mais c'était pour tout le monde." En 6:13.07, les Belges ont signé le moins bon temps des six demi-finalistes qui se retrouveront en finale A. "Espérons que demain (en finale), il y aura moins de vent et que les conditions seront plus favorables et que nous serons davantage dans le rythme", avança Tim Brys en charge de la nage du bateau qui arbore, comme son équipier, une magnifique moustache dans ces Jeux. Quand on est assuré de finir dans le top 6, quand on dispute une finale A, l'objectif est naturellement de briguer une médaille. "En théorie on a une chance sur deux puisqu'il y a trois médailles", rappela Van Zandweghe. Toutefois, l'écart concédé aux Irlandais et Italiens n'incite pas vraiment à l'optimisme sachant que l'Allemagne a aussi été très rapide dans l'autre demi-finale. "L''écart était trop important aujourd'hui" a reconnu Tim Brys. "Demain/jeudi, on va surtout se concentrer sur notre course. Notre ambition est toujours de remporter une médaille et de tout faire pour y arriver". "Le premier objectif était la finale A", confirma le coach brugeois,. "Maintenant ils ne vont pas se dire, 'on est en finale et si on finit 6e c'est ok', ce ne sera pas le cas." Les trois premiers des deux demi-finales entraient en finale A, celle qui décernera le titre et les deux autres places sur le podium. La finale est programmée jeudi matin (9h50 locales/02h50 belges, les athlètes devront se lever avant 4 heures) sur le Canal de la forêt de la mer de Tokyo. Outre l'Irlande et l'Italie, l'Allemagne, l'Uruguay (seul bateau passé par les repêchages) et la République tchèque qui ont terminé dans cet ordre la première demi-finale complèteront le plateau des participants à cette finale.