Sam Van Rossom, 36 ans, a annoncé mettre un terme à sa carrière internationale avec les Belgian Lions, lundi à Mons, où la Belgique est rassemblée avant ses deux derniers matches de qualifications pour la Coupe du monde 2023 contre la Slovaquie jeudi à la Mons.Arena et contre la Serbie à Nis samedi.

Le capitaine des Belgian Lions ne pourra pas disputer l'Euro en septembre avec la Belgique. "C'est la fin de ma carrière internationale", a expliqué Sam Van Rossom, présent en équipe nationale depuis 2006 et qui compte 121 sélections. "C'est une décision très difficile."

Son absence en septembre est liée à son club. Sam Van Rossom s'est vu proposer une prolongation de contrat à condition de ne pas jouer avec son équipe nationale cet été.

"Les Belgian Lions ont toujours été très importants pour moi. Pour continuer avec Valence, je dois aussi faire l'impasse contractuellement sur les matches de qualifications pour la Coupe du monde (disputée en saison lors de différentes fenêtres en février, août et novembre, ndlr)", a expliqué le Gantois lors d'un interview-vidéo avec l'Agence BELGA. "Cela tombe en même temps que les matches de Valence en Euroligue. Et si la Belgique se qualifie, je trouve normal que ce soit les joueurs ayant disputé les qualifications qui soient sélectionnés. Je ne sais pas si ce serait vraiment correct de prendre la place de quelqu'un d'autre pour aller à la Coupe du monde".

Sam Van Rossom, 36 ans, évolue à Valence depuis 2013. Le club espagnol disputera l'Euroligue la saison prochaine grâce à une invitation. Le Gantois est papa pour la première fois avec la Belgian Cat Jana Raman depuis le mois de mai.

Dans le même temps de l'annonce de son retrait de l'équipe nationale, Valence a officialisé lundi la prolongation de contrat d'un an de son arrière.

Le meneur des Belgian Lions a dû effectuer un choix très difficile pour apposer sa signature au bas du contrat avec Valence acceptant ainsi la condition de ne pas jouer avec la Belgique cet été, renonçant ainsi à l'Euro en septembre.

Dans une vidéo qui reprend quelques moments marquants de ses neuf premières années à Valence, Sam Van Rossom ponctue celle-ci en annonçant "mais il y aura encore une saison de plus", actant ainsi la poursuite de sa carrière en club. Il sera seulement le 4e joueur de Valence à rester au moins dix saisons avec les Espagnols Victor Luengo, Rafa Martinez et le Monténégrin Bojan Dubljevic.

Véritable icône à Valence, qu'il avait rejoint en 2013, le Gantois a remporté deux fois l'EuroCoupe (2014 et 2019) et une fois le championnat d'Espagne (2017). Fer de lance de la formation valencienne avec qui il a joué 435 matches (4e de l'histoire du club aussi), dont 168 en Coupe d'Europe, le désormais ex-meneur des Belgian Lions retrouvera l'Euroligue pour lequel Valence a obtenu une invitation la saison prochaine.

La saison dernière, il a affiché une moyenne de 7,5 points, 3 rebonds et 4,1 passes décisives en 20 minutes de jeu en moyenne au total de ses 38 matches. Sam Van Rossom est le meilleur passeur de l'histoire du club (1.589) et le meilleur passeur de l'histoire du championnat d'Espagne (905).

Sam Van Rossom va continuer à porter le maillot de Valence la saison prochaine., iStock
Sam Van Rossom va continuer à porter le maillot de Valence la saison prochaine. © iStock

"Une grande perte" pour le sélectionneur belge

Dario Gjergja "respecte la décision" de son capitaine, mais "prévoit des problèmes", tant l'influence de son arrière est forte.

La Belgique est au-devant d'une période chargée avec les rencontres de qualifications pour la Coupe du monde 2023 et la phase finale de l'Euro en septembre. L'absence de Sam Van Rossom risque d'avoir de grandes conséquences. Pour prolonger à Valence une saison de plus, Sam Van Rossom s'est plié à des conditions renonçant à l'équipe nationale. Une attitude du club espagnol que regrette Gjergja.

"Sam ne voulait pas cela. On lui a un peu forcé la main. Nous aurions peut-être trouvé une solution. Nous sommes intelligents assez pour envisager d'alléger les charges de travail, mais son club n'a pas voulu en discuter. D'un autre côté, je comprends en partie et je soutiens totalement Sam. Cela n'aurait pas été fair play de ne pas le suivre dans sa décision. Il a fait tellement pour le basket belge. Il mérite de prendre cette décision et qu'on l'assume".

Dario Gjegja ne tarit pas d'éloges envers le Gantois qui aura passé 18 ans en équipe nationale. "Sam est un exemple pour les jeunes, par son leadership, son éthique de travail, tout ce qu'il transmet en dehors des parquets. Ces grands moments vont nous manquer", a concédé le sélectionneur des Lions qui estime que cela va porter un coup dur à l'équipe nationale. "Nous nous préparions à un avenir sans Sam, mais dans deux ou trois ans, pas maintenant. Nous comptions sur lui à l'Euro, mais là on est en problème. Cela dit, il est clair que si la situation devait évoluer, il serait évidemment tout de suite le bienvenu."

Sam Van Rossom, 36 ans, a annoncé mettre un terme à sa carrière internationale avec les Belgian Lions, lundi à Mons, où la Belgique est rassemblée avant ses deux derniers matches de qualifications pour la Coupe du monde 2023 contre la Slovaquie jeudi à la Mons.Arena et contre la Serbie à Nis samedi. Le capitaine des Belgian Lions ne pourra pas disputer l'Euro en septembre avec la Belgique. "C'est la fin de ma carrière internationale", a expliqué Sam Van Rossom, présent en équipe nationale depuis 2006 et qui compte 121 sélections. "C'est une décision très difficile." Son absence en septembre est liée à son club. Sam Van Rossom s'est vu proposer une prolongation de contrat à condition de ne pas jouer avec son équipe nationale cet été. "Les Belgian Lions ont toujours été très importants pour moi. Pour continuer avec Valence, je dois aussi faire l'impasse contractuellement sur les matches de qualifications pour la Coupe du monde (disputée en saison lors de différentes fenêtres en février, août et novembre, ndlr)", a expliqué le Gantois lors d'un interview-vidéo avec l'Agence BELGA. "Cela tombe en même temps que les matches de Valence en Euroligue. Et si la Belgique se qualifie, je trouve normal que ce soit les joueurs ayant disputé les qualifications qui soient sélectionnés. Je ne sais pas si ce serait vraiment correct de prendre la place de quelqu'un d'autre pour aller à la Coupe du monde".Sam Van Rossom, 36 ans, évolue à Valence depuis 2013. Le club espagnol disputera l'Euroligue la saison prochaine grâce à une invitation. Le Gantois est papa pour la première fois avec la Belgian Cat Jana Raman depuis le mois de mai.Dans le même temps de l'annonce de son retrait de l'équipe nationale, Valence a officialisé lundi la prolongation de contrat d'un an de son arrière. Le meneur des Belgian Lions a dû effectuer un choix très difficile pour apposer sa signature au bas du contrat avec Valence acceptant ainsi la condition de ne pas jouer avec la Belgique cet été, renonçant ainsi à l'Euro en septembre. Dans une vidéo qui reprend quelques moments marquants de ses neuf premières années à Valence, Sam Van Rossom ponctue celle-ci en annonçant "mais il y aura encore une saison de plus", actant ainsi la poursuite de sa carrière en club. Il sera seulement le 4e joueur de Valence à rester au moins dix saisons avec les Espagnols Victor Luengo, Rafa Martinez et le Monténégrin Bojan Dubljevic. Véritable icône à Valence, qu'il avait rejoint en 2013, le Gantois a remporté deux fois l'EuroCoupe (2014 et 2019) et une fois le championnat d'Espagne (2017). Fer de lance de la formation valencienne avec qui il a joué 435 matches (4e de l'histoire du club aussi), dont 168 en Coupe d'Europe, le désormais ex-meneur des Belgian Lions retrouvera l'Euroligue pour lequel Valence a obtenu une invitation la saison prochaine. La saison dernière, il a affiché une moyenne de 7,5 points, 3 rebonds et 4,1 passes décisives en 20 minutes de jeu en moyenne au total de ses 38 matches. Sam Van Rossom est le meilleur passeur de l'histoire du club (1.589) et le meilleur passeur de l'histoire du championnat d'Espagne (905).Dario Gjergja "respecte la décision" de son capitaine, mais "prévoit des problèmes", tant l'influence de son arrière est forte. La Belgique est au-devant d'une période chargée avec les rencontres de qualifications pour la Coupe du monde 2023 et la phase finale de l'Euro en septembre. L'absence de Sam Van Rossom risque d'avoir de grandes conséquences. Pour prolonger à Valence une saison de plus, Sam Van Rossom s'est plié à des conditions renonçant à l'équipe nationale. Une attitude du club espagnol que regrette Gjergja. "Sam ne voulait pas cela. On lui a un peu forcé la main. Nous aurions peut-être trouvé une solution. Nous sommes intelligents assez pour envisager d'alléger les charges de travail, mais son club n'a pas voulu en discuter. D'un autre côté, je comprends en partie et je soutiens totalement Sam. Cela n'aurait pas été fair play de ne pas le suivre dans sa décision. Il a fait tellement pour le basket belge. Il mérite de prendre cette décision et qu'on l'assume".Dario Gjegja ne tarit pas d'éloges envers le Gantois qui aura passé 18 ans en équipe nationale. "Sam est un exemple pour les jeunes, par son leadership, son éthique de travail, tout ce qu'il transmet en dehors des parquets. Ces grands moments vont nous manquer", a concédé le sélectionneur des Lions qui estime que cela va porter un coup dur à l'équipe nationale. "Nous nous préparions à un avenir sans Sam, mais dans deux ou trois ans, pas maintenant. Nous comptions sur lui à l'Euro, mais là on est en problème. Cela dit, il est clair que si la situation devait évoluer, il serait évidemment tout de suite le bienvenu."