L'Américain, poids moyen professionnel de valeur, avait brigué sans succès le titre mondial des moyens en 1964 et était pressenti comme le prochain champion. Il a alors vu sa carrière se briser car outre ses prestations sportives, Carter a défrayé la chronique pour avoir passé 19 années en prison alors qu'il était innocent. Il avait été condamné par un tribunal du New Jersey pour son implication supposée dans un triple meurtre.. Il a passé 19 ans en prison après avoir été jugé coupable, à tort, de trois meurtres commis en 1966.

Le triste sort du boxeur avait été décrit par Bob Dylan dans sa chanson de plus de huit minutes intitulée 'Hurricane'. Le cinéma s'était également penché sur son cas avec le film 'The Hurricane' de Norman Jewison, avec Denzel Washington dans le rôle principal. L'acteur avait obtenu une nomination aux Oscars pour sa prestation.

La condamnation de Rubin Carter avait été vue comme un témoignage du racisme ambiant à l'époque et de la mainmise des blancs sur l'appareil judiciaire américain. Malgré ses dénégations, il avait été condamné par deux fois, en 1967 et 1976, pour le meurtre de trois blancs dans un bar de Paterson (New Jersey), en 1966. Un jury exclusivement blanc avait prononcé la peine, infligée également à son co-accusé noir John Artis. Le boxeur avait été brièvement libéré en 1976, avant d'être renvoyé en prison pour neuf années à l'issue de son second procès. En 1985, un juge fédéral avait annulé sa deuxième condamnation, l'estimant entachée de racisme. John Artis a accompagné "The Hurricane" jusqu'à ses derniers instants.

"Repose en paix Rubin, ton combat est achevé mais tu ne seras pas oublié", a réagi sur son site l'association de défense des victimes d'erreurs judiciaires, dont Rubin Carter fut le directeur exécutif de 1993 à 2005.

L'Américain, poids moyen professionnel de valeur, avait brigué sans succès le titre mondial des moyens en 1964 et était pressenti comme le prochain champion. Il a alors vu sa carrière se briser car outre ses prestations sportives, Carter a défrayé la chronique pour avoir passé 19 années en prison alors qu'il était innocent. Il avait été condamné par un tribunal du New Jersey pour son implication supposée dans un triple meurtre.. Il a passé 19 ans en prison après avoir été jugé coupable, à tort, de trois meurtres commis en 1966.Le triste sort du boxeur avait été décrit par Bob Dylan dans sa chanson de plus de huit minutes intitulée 'Hurricane'. Le cinéma s'était également penché sur son cas avec le film 'The Hurricane' de Norman Jewison, avec Denzel Washington dans le rôle principal. L'acteur avait obtenu une nomination aux Oscars pour sa prestation.La condamnation de Rubin Carter avait été vue comme un témoignage du racisme ambiant à l'époque et de la mainmise des blancs sur l'appareil judiciaire américain. Malgré ses dénégations, il avait été condamné par deux fois, en 1967 et 1976, pour le meurtre de trois blancs dans un bar de Paterson (New Jersey), en 1966. Un jury exclusivement blanc avait prononcé la peine, infligée également à son co-accusé noir John Artis. Le boxeur avait été brièvement libéré en 1976, avant d'être renvoyé en prison pour neuf années à l'issue de son second procès. En 1985, un juge fédéral avait annulé sa deuxième condamnation, l'estimant entachée de racisme. John Artis a accompagné "The Hurricane" jusqu'à ses derniers instants. "Repose en paix Rubin, ton combat est achevé mais tu ne seras pas oublié", a réagi sur son site l'association de défense des victimes d'erreurs judiciaires, dont Rubin Carter fut le directeur exécutif de 1993 à 2005.