Vingt saisons en NBA. Une moyenne de 23,7 points et 2,3 blocs par match. Quatre titres nationaux. Un titre de MVP... La carrière du Shaquille O'Neal méritait bien un hommage. Ce sont les Lakers qui le lui ont rendu en retirant à jamais le célèbre N° 34 et en accrochant son maillot à côté de celui d'une autre légende du club: Magic Johnson.

Le tout Los Angeles, Jack Nicholson en tête, était là pour célébrer le joueur le plus populaire du club. Et la fête fut totale avec une victoire (101-81) sur les Dallas Mavericks. Pas une fausse note, même pas de la part de Kobe Bryant,. Mieux, les deux frères ennemis se sont même rabibochés pour l'occasion. Phil Jackson, l'entraîneur fétiche a prononcé le mot "fun" une douzaine de fois en évoquant son joueur devant les 20.000 spectateurs du Staples Center. " Je rigole encore tout seul quand je repense au jour où il est arrivé en retard dans la salle d'entraînement vêtu... de ses seules godasses! Quel showman! "

Présenté sur la musique de "Superman" de John Williams , O'Neal n'a pas failli à sa réputation d'entertainer. Mais aussi de gros nounours (2,16 m - 147 kg), en remerciant avec tendresse et admiration son père adoptif : le Sergent Philip Harrison. " Je lui dois ma carrière, a-t-il avoué. Il n'a jamais cessé de me motiver. "

Par Bernard Geenen

Vingt saisons en NBA. Une moyenne de 23,7 points et 2,3 blocs par match. Quatre titres nationaux. Un titre de MVP... La carrière du Shaquille O'Neal méritait bien un hommage. Ce sont les Lakers qui le lui ont rendu en retirant à jamais le célèbre N° 34 et en accrochant son maillot à côté de celui d'une autre légende du club: Magic Johnson. Le tout Los Angeles, Jack Nicholson en tête, était là pour célébrer le joueur le plus populaire du club. Et la fête fut totale avec une victoire (101-81) sur les Dallas Mavericks. Pas une fausse note, même pas de la part de Kobe Bryant,. Mieux, les deux frères ennemis se sont même rabibochés pour l'occasion. Phil Jackson, l'entraîneur fétiche a prononcé le mot "fun" une douzaine de fois en évoquant son joueur devant les 20.000 spectateurs du Staples Center. " Je rigole encore tout seul quand je repense au jour où il est arrivé en retard dans la salle d'entraînement vêtu... de ses seules godasses! Quel showman! " Présenté sur la musique de "Superman" de John Williams , O'Neal n'a pas failli à sa réputation d'entertainer. Mais aussi de gros nounours (2,16 m - 147 kg), en remerciant avec tendresse et admiration son père adoptif : le Sergent Philip Harrison. " Je lui dois ma carrière, a-t-il avoué. Il n'a jamais cessé de me motiver. "Par Bernard Geenen