L'enquêteur Hilton Botha avait annoncé mercredi devant le tribunal de Pretoria que son équipe avait trouvé "deux boîtes de testostérone" et des seringues chez Pistorius, ce à quoi l'avocat de la défense Barry Roux avait répondu qu'il s'agissait d'"un remède à base de plantes" nommé testocompasutium coenzyme que l'athlète "(avait) le droit d'utiliser".

Le médecin sportif Jon Patricios a expliqué à City Press que ce produit administré par injection -composé de morceaux de coeur et de testicules d'animaux, de plantes médicinales et de vitamines- est généralement utilisé pour combattre les défaillances sexuelles.

Mais il est déconseillé aux sportifs car il pourrait augmenter leur niveau de testostérone, leur faisant courir le risque d'être testés positifs, a ajouté le spécialiste.

L'enquêteur Hilton Botha avait annoncé mercredi devant le tribunal de Pretoria que son équipe avait trouvé "deux boîtes de testostérone" et des seringues chez Pistorius, ce à quoi l'avocat de la défense Barry Roux avait répondu qu'il s'agissait d'"un remède à base de plantes" nommé testocompasutium coenzyme que l'athlète "(avait) le droit d'utiliser". Le médecin sportif Jon Patricios a expliqué à City Press que ce produit administré par injection -composé de morceaux de coeur et de testicules d'animaux, de plantes médicinales et de vitamines- est généralement utilisé pour combattre les défaillances sexuelles. Mais il est déconseillé aux sportifs car il pourrait augmenter leur niveau de testostérone, leur faisant courir le risque d'être testés positifs, a ajouté le spécialiste.