"Nous ne pouvons pas oublier ce qui s'est passé à Sotchi. Nous avons été clair, le passé, ce qui s'est passé là-bas, doit être sanctionné", a-t-il confié dans une interview jeudi au New York Times quelques heures avant sa rencontre avec le président des Etats-Unis Donald Trump.

Thomas Bach s'est gardé d'évoquer la nature de ces sanctions, rappelant l'actuel travail de deux commissions olympiques qui se penchent sur les athlètes et membres du gouvernement impliqués.

Elles étudient notamment le rapport établi par Richard McLaren pour le compte de l'agence mondial antidopage. Il révélait un système de dopage mis en place par la Russie depuis des années pour favoriser l'utilisation de dopage.

Le CIO a entrepris une procédure disciplinaire à l'encontre de 28 sportifs russes soupçonnés de s'être dopés à Sotchi.

"Pour prendre une sanction appropriée, nous devons savoir à quel point le système de manipulation était développé."

Selon Thomas Bach, les sanctions à l'encontre de la Russie interviendront "au plus tard" au mois d'octobre.

Thomas Bach s'était opposé l'an dernier à la suspension de totale de la Russie aux Jeux Olympiques de Rio, estimant que ce serait contraire aux valeurs olympiques. L'IAAF avait, elle, décidé d'interdire tous les Russes des compétitions d'athlétisme au Brésil.

"Nous ne pouvons pas oublier ce qui s'est passé à Sotchi. Nous avons été clair, le passé, ce qui s'est passé là-bas, doit être sanctionné", a-t-il confié dans une interview jeudi au New York Times quelques heures avant sa rencontre avec le président des Etats-Unis Donald Trump. Thomas Bach s'est gardé d'évoquer la nature de ces sanctions, rappelant l'actuel travail de deux commissions olympiques qui se penchent sur les athlètes et membres du gouvernement impliqués. Elles étudient notamment le rapport établi par Richard McLaren pour le compte de l'agence mondial antidopage. Il révélait un système de dopage mis en place par la Russie depuis des années pour favoriser l'utilisation de dopage. Le CIO a entrepris une procédure disciplinaire à l'encontre de 28 sportifs russes soupçonnés de s'être dopés à Sotchi. "Pour prendre une sanction appropriée, nous devons savoir à quel point le système de manipulation était développé." Selon Thomas Bach, les sanctions à l'encontre de la Russie interviendront "au plus tard" au mois d'octobre. Thomas Bach s'était opposé l'an dernier à la suspension de totale de la Russie aux Jeux Olympiques de Rio, estimant que ce serait contraire aux valeurs olympiques. L'IAAF avait, elle, décidé d'interdire tous les Russes des compétitions d'athlétisme au Brésil.