Matthias Casse et Dirk Van Tichelt à propos...

...des Jeux de Rio :

MATTHIAS CASSE : "Je n'avais que 19 ans et pouvoir aller à Rio pour soutenir mon idole, un type que j'admirais depuis des années, était déjà fantastique, même si on s'entraînait ensemble depuis un an et qu'on était devenu des collègues et des amis."

DIRK VAN TICHELT : "Les premières années, Matthias reniflait mes vêtements et les ramenait chez lui, tellement je l'impressionnais. Bon, je plaisante!"

CASSE : "Je ne suis pas allé à Rio en touriste, hein. Comme je suis plus lourd (-81 kilos), je poussais Dirk dans ses retranchements à l'entraînement. Et le jour de la compétition, j'étais sa petite main : je lui tendais ses boissons, son essuie, je veillais à ce qu'il puisse se concentrer sur ses combats. J'ai aussi essayé de lui faire oublier son combat perdu en demi-finale. Tous les judokas, moi y compris, ont tendance à trop penser à leur défaite et ne sont pas assez concentrés pour le combat suivant. Donc, j'ai commencé à parler de tout et de rien avec Dirk mais ne me demandez pas de quoi."

...de leurs entraînements intensifs :

CASSE: "Impossible de faire autrement quand on est sur le tatami avec Dirk. On aime se livrer à fond et on s'encourage dans les moins bons jours."

VAN TICHELT : "C'est pour ça que Matthias est si important pour moi. Sans lui, j'aurais peut-être arrêté. Mais on se marre aussi en dehors du tatami. On déconne. Ça nous aide à recharger nos batteries pour la prochaine séance."

CASSE: "On se soigne très bien : une alimentation saine, neuf à dix heures de sommeil par jour, y compris une sieste à midi. Il ne suffit pas de faire de son mieux, il faut en faire plus que les autres. S'entraîner plus dur, se nourrir mieux, dormir davantage. Puis, on monte sur le tatami avec l'idée qu'on mérite davantage la victoire que son adversaire."

...du palmarès de Van Tichelt :

CASSE: "Dirk a un palmarès superbe mais j'en veux plus. Même si vous me demandiez si je signerais pour l'argent au prochain Mondial, à 22 ans, je refuserais. Je veux l'or. Je suis quatrième au rang mondial, j'ai déjà battu tout le monde et je ne redoute aucun concurrent. Donc, je peux nourrir des ambitions. Si je "gagne" le bronze ou l'argent, je penserai : merde, j'ai perdu."

VAN TICHELT : "C'est la bonne mentalité. J'aurais battu Matthias s'il avait signé. Je n'ai jamais eu de titre mondial ou olympique. Il en est capable. De toute façon, il faut toujours viser le plus haut possible. Même moi, dans ce qui sera peut-être mon dernier Mondial, je ne signerais pas pour l'argent."

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Matthias Casse et de Dirk Van Tichelt dans votre Sport/Foot Magazine