Ce n'est pas la victoire secrètement espérée dans le cadre du prochain centenaire de la FMB. L'équipe belge n'a toutefois pas à rougir. Mais les regrets sont superflus car le trio Desalle-Van Horebeek-De Dycker, avait la ferme intention de frapper fort. Et ils l'ont fait dans des conditions difficiles (blessures encore présentes pour Desalle, ennuis mécaniques avec abandon à la clef pour Van Horebeek).

Dimanche, la journée débutait par la finale B. En plaçant Joshua Coppins et Cody Cooper aux 2 premières places, la Nouvelle Zélande accédait au groupe des 20 meilleures nations du plateau.

La première manche (MX1+MX2) fut une fois de plus l'occasion pour Antonio Cairoli de se livrer à un nouveau show victorieux devant le Français Gautier Paulin et l'Allemand Max Nagl. Clément Desalle décrochait la 4e place après avoir soutenu un siège en règle du jeune Allemand Roczen. Pour sa part, le Néerlandais Marc De Reuver (9e) tenait tête à notre compatriote Jérémy Van Horebeek (10e). Quant au Britannique Searle, il réalisa une fin de parcours énergique qui lui permit d'accéder à la 8e place. Les Etats-Unis, par contre, ne se montrèrent pas à la hauteur de leur sulfureuse réputation, ses 2 champions nationaux, Dungey et Baggett, chutant tour à tour.

La seconde manche (MX2+ "Open") donna lieu à un second "one man show" : celui du jeune Néerlandais Jeffrey Herlings qui déposa tous ses adversaires pour ne laisser que 4 d'entre eux dans le même tour. Euphoriques après un départ prometteur, les Belges durent rapidement déchanter : Van Horebeek tombait très vite en panne et De Dycker n'avait pas le coup de gaz dévastateur dans la silice qu'il affectionne. Tant et si bien que les Allemands décollèrent au classement provisoire où, seule, la Belgique conservait encore un petit espoir de victoire.

Elle n'en profita pas au cours de l'ultime manche (MX1+Open). Desalle craqua à mi-course et De Dycker manqua lui aussi de ressources pour faire basculer la partie. Bref, le suspense tombait à plat et il n'y eut que le duel Cairoli-Herlings qui prévalut pour assurer le spectacle. Un duel que Cairoli remporta, mais de justesse. Côté américain, Barcia s'avéra le plus performant et Dungey, peu inspiré, chutait.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Ce n'est pas la victoire secrètement espérée dans le cadre du prochain centenaire de la FMB. L'équipe belge n'a toutefois pas à rougir. Mais les regrets sont superflus car le trio Desalle-Van Horebeek-De Dycker, avait la ferme intention de frapper fort. Et ils l'ont fait dans des conditions difficiles (blessures encore présentes pour Desalle, ennuis mécaniques avec abandon à la clef pour Van Horebeek). Dimanche, la journée débutait par la finale B. En plaçant Joshua Coppins et Cody Cooper aux 2 premières places, la Nouvelle Zélande accédait au groupe des 20 meilleures nations du plateau. La première manche (MX1+MX2) fut une fois de plus l'occasion pour Antonio Cairoli de se livrer à un nouveau show victorieux devant le Français Gautier Paulin et l'Allemand Max Nagl. Clément Desalle décrochait la 4e place après avoir soutenu un siège en règle du jeune Allemand Roczen. Pour sa part, le Néerlandais Marc De Reuver (9e) tenait tête à notre compatriote Jérémy Van Horebeek (10e). Quant au Britannique Searle, il réalisa une fin de parcours énergique qui lui permit d'accéder à la 8e place. Les Etats-Unis, par contre, ne se montrèrent pas à la hauteur de leur sulfureuse réputation, ses 2 champions nationaux, Dungey et Baggett, chutant tour à tour. La seconde manche (MX2+ "Open") donna lieu à un second "one man show" : celui du jeune Néerlandais Jeffrey Herlings qui déposa tous ses adversaires pour ne laisser que 4 d'entre eux dans le même tour. Euphoriques après un départ prometteur, les Belges durent rapidement déchanter : Van Horebeek tombait très vite en panne et De Dycker n'avait pas le coup de gaz dévastateur dans la silice qu'il affectionne. Tant et si bien que les Allemands décollèrent au classement provisoire où, seule, la Belgique conservait encore un petit espoir de victoire. Elle n'en profita pas au cours de l'ultime manche (MX1+Open). Desalle craqua à mi-course et De Dycker manqua lui aussi de ressources pour faire basculer la partie. Bref, le suspense tombait à plat et il n'y eut que le duel Cairoli-Herlings qui prévalut pour assurer le spectacle. Un duel que Cairoli remporta, mais de justesse. Côté américain, Barcia s'avéra le plus performant et Dungey, peu inspiré, chutait. Sportfootmagazine.be, avec Belga