Le ministre flamand du Sport, Philippe Muyters (N-VA), par ailleurs expert européen au sein de la WADA, a avisé la hiérarchie de l'agence du cas Van der Plaetsen et a demandé une révision des procédures internationales en matière d'hormones HCG (Human Chorionic Gonadotropine). Thomas Van der Plaetsen avait été contrôlé positif à cette hormone lors d'un contrôle hors compétition le 3 septembre dernier. Averti par un courrier de l'agence antidopage flamande, NADO Vlaanderen, l'athlète a alors effectué des recherches pour comprendre l'origine de cette hormone dans son corps et a découvert que chez les hommes elle pouvait provenir d'une tumeur cancéreuse. Ce que son médecin n'a pas tardé à confirmer. Il a été opéré vendredi dernier.

Expert européen au sein du 'Foundation Board' de la WADA, M. Muyters était bien placé pour adapter les manquements de la politique internationale antidopage. Il a envoyé un courriel aux responsables David Howman et Craig Reedie, expliquant notamment comment l'athlète belge avait été provisoirement suspendu à tort et demandant de revoir les procédures autour de l'usage d'hormones HCG. Le ministre a reçu une réponse dans la foulée. La WADA y indique qu'elle se penchera avec attention sur le dossier Van der Plaetsen. L'affaire devrait être abordée lors de la prochaine rencontre, prévue mi-novembre à Paris. "L'objectif est d'aboutir à une politique en matière de dopage qui soit correcte et humaine", a indiqué Philippe Muyters.

Le ministre flamand du Sport, Philippe Muyters (N-VA), par ailleurs expert européen au sein de la WADA, a avisé la hiérarchie de l'agence du cas Van der Plaetsen et a demandé une révision des procédures internationales en matière d'hormones HCG (Human Chorionic Gonadotropine). Thomas Van der Plaetsen avait été contrôlé positif à cette hormone lors d'un contrôle hors compétition le 3 septembre dernier. Averti par un courrier de l'agence antidopage flamande, NADO Vlaanderen, l'athlète a alors effectué des recherches pour comprendre l'origine de cette hormone dans son corps et a découvert que chez les hommes elle pouvait provenir d'une tumeur cancéreuse. Ce que son médecin n'a pas tardé à confirmer. Il a été opéré vendredi dernier.Expert européen au sein du 'Foundation Board' de la WADA, M. Muyters était bien placé pour adapter les manquements de la politique internationale antidopage. Il a envoyé un courriel aux responsables David Howman et Craig Reedie, expliquant notamment comment l'athlète belge avait été provisoirement suspendu à tort et demandant de revoir les procédures autour de l'usage d'hormones HCG. Le ministre a reçu une réponse dans la foulée. La WADA y indique qu'elle se penchera avec attention sur le dossier Van der Plaetsen. L'affaire devrait être abordée lors de la prochaine rencontre, prévue mi-novembre à Paris. "L'objectif est d'aboutir à une politique en matière de dopage qui soit correcte et humaine", a indiqué Philippe Muyters.