"Je suis très déçue et j'ai des raisons de l'être, mais j'ai vécu des choses plus dures", a lancé l'Américaine Mikaela Shiffrin, éliminée dès la première manche du slalom des Jeux olympiques mercredi à Yanqing, essayant de relativiser l'échec en retenant difficilement ses larmes, deux jours après une même mésaventure dans le slalom.

"Je suis partie avec un état d'esprit très solide et j'ai été mise hors course. C'est décevant", a-t-elle commenté à chaud en zone mixte mercredi. "Toute ma carrière, mon ski a été vraiment solide et j'ai appris à lui faire confiance. Quand il y a de la pression, de la nervosité et le sentiment de vouloir bien faire, je reviens toujours à l'idée fondamentale que je pourrai m'appuyer sur du bon ski. (Larmes aux yeux) Donc ce n'est pas la fin du monde, c'est vraiment stupide de s'en soucier autant, mais je sens que je dois me poser beaucoup de questions."

L'Américaine poursuit ses Jeux Olympiques d'hiver avec encore trois courses au programme: le Super-G, la descente et le combiné. "Je vais passer à autre chose, peut-être mieux cette fois. Je n'ai jamais été dans cette situation auparavant et je ne sais pas comment m'y prendre. Les JO ne sont pas finis, mais c'est vrai que le géant et le slalom étaient mes deux meilleures chances. Donc ça fait beaucoup de travail pour rien. Je ne dois pas être trop dure avec moi-même, mais au final ça fait cinq portes en géant, et cinq en slalom".

C'est la première fois depuis 11 ans que Mikaela Shiffrin est sortie dans deux courses consécutives dès la première manche. "Je suis perdue, je ne sais pas vraiment ce qui a mal tourné. J'aimerais pouvoir appeler mon père (décédé accidentellement début 2020, ndlr) alors ça ne rend pas les choses plus faciles. Il me dirait probablement de passer à autre chose, mais il n'est pas là pour le dire, alors je suis pas mal en colère contre lui (entre rires et larmes). Je me suis déçue et j'ai déçu des gens autour de moi mais la course n'est pas finie, je vais regarder la deuxième manche. Malgré tout ce qui m'arrive, la journée est magnifique, j'ai des coéquipiers fantastiques. Mon petit ami (le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, ndlr) est là, il a une médaille de bronze. Moi j'en ai déjà eu trois, elles sont dans mon armoire. Je suis très déçue et j'ai des raisons de l'être, mais j'ai vécu des choses plus dures et j'ai des raisons d'être optimiste pour la suite."

"Je suis très déçue et j'ai des raisons de l'être, mais j'ai vécu des choses plus dures", a lancé l'Américaine Mikaela Shiffrin, éliminée dès la première manche du slalom des Jeux olympiques mercredi à Yanqing, essayant de relativiser l'échec en retenant difficilement ses larmes, deux jours après une même mésaventure dans le slalom."Je suis partie avec un état d'esprit très solide et j'ai été mise hors course. C'est décevant", a-t-elle commenté à chaud en zone mixte mercredi. "Toute ma carrière, mon ski a été vraiment solide et j'ai appris à lui faire confiance. Quand il y a de la pression, de la nervosité et le sentiment de vouloir bien faire, je reviens toujours à l'idée fondamentale que je pourrai m'appuyer sur du bon ski. (Larmes aux yeux) Donc ce n'est pas la fin du monde, c'est vraiment stupide de s'en soucier autant, mais je sens que je dois me poser beaucoup de questions."L'Américaine poursuit ses Jeux Olympiques d'hiver avec encore trois courses au programme: le Super-G, la descente et le combiné. "Je vais passer à autre chose, peut-être mieux cette fois. Je n'ai jamais été dans cette situation auparavant et je ne sais pas comment m'y prendre. Les JO ne sont pas finis, mais c'est vrai que le géant et le slalom étaient mes deux meilleures chances. Donc ça fait beaucoup de travail pour rien. Je ne dois pas être trop dure avec moi-même, mais au final ça fait cinq portes en géant, et cinq en slalom". C'est la première fois depuis 11 ans que Mikaela Shiffrin est sortie dans deux courses consécutives dès la première manche. "Je suis perdue, je ne sais pas vraiment ce qui a mal tourné. J'aimerais pouvoir appeler mon père (décédé accidentellement début 2020, ndlr) alors ça ne rend pas les choses plus faciles. Il me dirait probablement de passer à autre chose, mais il n'est pas là pour le dire, alors je suis pas mal en colère contre lui (entre rires et larmes). Je me suis déçue et j'ai déçu des gens autour de moi mais la course n'est pas finie, je vais regarder la deuxième manche. Malgré tout ce qui m'arrive, la journée est magnifique, j'ai des coéquipiers fantastiques. Mon petit ami (le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, ndlr) est là, il a une médaille de bronze. Moi j'en ai déjà eu trois, elles sont dans mon armoire. Je suis très déçue et j'ai des raisons de l'être, mais j'ai vécu des choses plus dures et j'ai des raisons d'être optimiste pour la suite."