Kim Meylemans souffre d'une petite déchirure aux adducteurs, a-t-elle expliqué à l'Agence BELGA mercredi après avoir renoncé à son dernier entraînement. L'athlète belge envisage cependant toujours bien prendre le départ de l'épreuve de skeleton prévue vendredi aux Jeux Olympiques d'hiver de Pékin.

"J'ai senti quelque chose à l'échauffement. Mais manquer la dernière séance ne fera pas de différence", a commenté Kim Meylemans. "Je vais mordre sur ma chique. Ce n'est pas idéal bien sûr, mais je vais essayer de faire de mon mieux. Ce ne sont pour l'instant décidément pas mes JO. Il y a déjà eu beaucoup de contre-temps, mais je continue."

Kim Meylemans s'était plaint des adducteurs à l'issue de la 5e descente d'essai mercredi et avait renoncé à son dernier entraînement pour retourner vers le Village olympique et y passer un "check up médical", avait annoncé le Comité olympique et interfédéral belge (COIB). Le périple de la skeletoneuse est déjà très compliqué depuis son arrivée à Pékin où elle a été testée positive au coronavirus dimanche 30 janvier. Un deuxième test s'était avéré négatif, mais le troisième avait présenté un résultat positif.

L'athlète belge avait donc été emmenée dans un hôtel-quarantaine dans la capitale chinoise, qu'elle avait pu quitter ensuite mercredi dernier, avant d'être de nouveau mise en quarantaine. Quelques heures plus tard, Kim Meylemans avait finalement pu revenir au Village olympique.

Lundi, enfin sortie de quarantaine, Kim Meylemans avait entamé ses entraînements avec deux séances officielles lundi (9e et 18e) et deux autres mardi (3e et 7e). Mercredi, elle a fait sa première séance - signant le 15e chrono - avant de renoncer à sa 6e et dernière descente avant la course prévue vendredi.

Kim Meylemans souffre d'une petite déchirure aux adducteurs, a-t-elle expliqué à l'Agence BELGA mercredi après avoir renoncé à son dernier entraînement. L'athlète belge envisage cependant toujours bien prendre le départ de l'épreuve de skeleton prévue vendredi aux Jeux Olympiques d'hiver de Pékin."J'ai senti quelque chose à l'échauffement. Mais manquer la dernière séance ne fera pas de différence", a commenté Kim Meylemans. "Je vais mordre sur ma chique. Ce n'est pas idéal bien sûr, mais je vais essayer de faire de mon mieux. Ce ne sont pour l'instant décidément pas mes JO. Il y a déjà eu beaucoup de contre-temps, mais je continue." Kim Meylemans s'était plaint des adducteurs à l'issue de la 5e descente d'essai mercredi et avait renoncé à son dernier entraînement pour retourner vers le Village olympique et y passer un "check up médical", avait annoncé le Comité olympique et interfédéral belge (COIB). Le périple de la skeletoneuse est déjà très compliqué depuis son arrivée à Pékin où elle a été testée positive au coronavirus dimanche 30 janvier. Un deuxième test s'était avéré négatif, mais le troisième avait présenté un résultat positif. L'athlète belge avait donc été emmenée dans un hôtel-quarantaine dans la capitale chinoise, qu'elle avait pu quitter ensuite mercredi dernier, avant d'être de nouveau mise en quarantaine. Quelques heures plus tard, Kim Meylemans avait finalement pu revenir au Village olympique. Lundi, enfin sortie de quarantaine, Kim Meylemans avait entamé ses entraînements avec deux séances officielles lundi (9e et 18e) et deux autres mardi (3e et 7e). Mercredi, elle a fait sa première séance - signant le 15e chrono - avant de renoncer à sa 6e et dernière descente avant la course prévue vendredi.