La Belgique, 12e nation mondiale, avait remporté la 1ère manche 2-0, une avance qu'elle a conservée jusqu'à 5 minutes du terme avant de s'écrouler sous la pression chinoise et s'incliner aux shoot-outs, comme en 2015 face à la Corée du Sud, ce qui l'avait privée des JO de Rio.

Avec le même onze de départ que vendredi, mais cette fois avec Jill Boon comme capitaine, la Belgique a subi durant le premier quart-temps une pression haute de la part de la 10e nation mondiale, qui s'est obstinée à passer et centrer par le flanc gauche des Belges. C'est d'ailleurs de cette manière que les Chinoises faillirent ouvrir le score sur une déviation qui vint lècher la barre transversale du but défendu par Aisling D'Hooghe. Contrairement à la veille où elles avaient rapidement trouvé la faille dans la défense adverse, les joueuses de Niels Thijssen ont cette fois dû attendre le début du deuxième quart pour alerter Li Dongxiao, la gardienne chinoise.

D'abord par un tir de Louise Versavel, puis sur leur premier pc tiré par Stephanie Vanden Borre. Grâce à un recours judicieux à l'arbitrage vidéo, la Belgique a obtenu son 2e pc juste avant de rejoindre les vestiaires, mais la phase jouée sur la donneuse ne permit pas à Emma Puvrez d'inscrire ce premier but tant attendu. La pression chinoise s'intensifia en seconde mi-temps, avec à la clé trois pc consécutifs. Le premier fut sauvé spectaculairement par Vanden Borre d'un smash sur la ligne et le troisième par D'Hooghe du sabot.

La défense fut continuellement mise à mal durant ce troisième quart, mais tint bon. Anne-Sophie Weyns contra bien le 4e pc adverse. Le temps joua en faveur des Panthers mais le match bascula à 5 minutes du terme lorsque la Chine évolua à onze joueuses de champ. Les Asiatiques forcèrent un 5e pc, qui amena un penalty stroke pour un arrêt fautif sur la ligne. Gu Bingfeng se chargea de le transformer en trompant D'Hooghe sur son côté droit (56e). La toute fin de match vira au drame pour les Belges. Un centre, à nouveau de la droite, fut dévié malencontreusement par Alix Gerniers dans son but, le goal étant attribué à Liang Meiyu (57e).

Les deux équipes étant à égalité de points et de buts marqués à l'issue des deux matchs, la décision se fit donc aux shoot-outs. Un exercice tant redouté par les Belges, qui avaient vu les JO de Rio leur échapper à deux reprises en 2015 sur ces duels à un contre un avec la gardienne adverse. Seule Ambre Ballenghien réussit à inscrire son essai, ramemant les deux équipes à égalité 1-1 après les cinq premières tentatives. A la mort subite, Li Jiaqi marqua d'abord avant que Gerniers ne manque le cadre. Les Red Panthers restent donc sur une seule participation aux JO, en 2012 à Londres où elles avaient pris la 11e place. La Chine n'a quant à elle plus manqué l'événement depuis 2000. Avec comme meilleur résultat une médaille d'argent lors de ses JO de Pékin en 2008, ce sera sa 6e participation à Tokyo.