Elu à la présidence du COIB le 10 septembre dernier, Jean-Michel Saive a dû rapidement s'habituer à sa nouvelle casquette. "Ma vie a changé depuis deux mois. Je fais pratiquement tout pour le mouvement olympique. J'ai beaucoup de réunions à tous les niveaux avec de grosses responsabilités. Il y a des périodes où il y a un peu plus à faire que d'autres mais c'est passionnant. J'ai été un peu surpris le premier jour mais au final, cela ressemble à la vie d'un sportif de haut niveau avec certains pics durant une saison. J'ai été habitué à ce rythme durant ma carrière de sportif même si c'est complètement différent."

À peine élu, l'ancien pongiste va voir les échéances se succéder dans les prochaines semaines avec les Jeux Olympiques d'hiver à Pékin, ses premiers en tant que président, et la nomination d'un nouveau CEO, Philippe Vander Putten quittant son poste après les Jeux de Pékin.

"À Pékin, ce sera une découverte pour moi car je n'ai jamais assisté aux Jeux Olympiques d'hiver. J'ai moins d'expérience sur ces Jeux et j'ai plus à apprendre car je connais moins les sports. Je suis persuadé que ce sera une belle expérience et il faudra être là pour soutenir les athlètes", a assuré Saive. "En ce qui concerne la nomination du nouveau CEO, nous sommes toujours occupés sur le dossier et je ne peux pas en dire plus. Ce qui est sûr, c'est que c'est une page qui va se tourner."

Présent au stage du COIB à Belek, le Liégeois veut également commencer à dessiner les grandes lignes vers les Jeux de Paris en 2024. "Le but est de tout mettre en oeuvre pour que les athlètes soient dans les meilleures conditions possibles. Nous devons continuer à améliorer tous les petits détails qui vont nous permettre de progresser à tous les niveaux. À cause du coronavirus, nous avons un timing assez court et nous travaillons avec le pied sur l'accélérateur. Nous aurons une réunion stratégique avec le Conseil d'administration en mars afin de mettre en place une stratégie pour le futur."

Elu à la présidence du COIB le 10 septembre dernier, Jean-Michel Saive a dû rapidement s'habituer à sa nouvelle casquette. "Ma vie a changé depuis deux mois. Je fais pratiquement tout pour le mouvement olympique. J'ai beaucoup de réunions à tous les niveaux avec de grosses responsabilités. Il y a des périodes où il y a un peu plus à faire que d'autres mais c'est passionnant. J'ai été un peu surpris le premier jour mais au final, cela ressemble à la vie d'un sportif de haut niveau avec certains pics durant une saison. J'ai été habitué à ce rythme durant ma carrière de sportif même si c'est complètement différent." À peine élu, l'ancien pongiste va voir les échéances se succéder dans les prochaines semaines avec les Jeux Olympiques d'hiver à Pékin, ses premiers en tant que président, et la nomination d'un nouveau CEO, Philippe Vander Putten quittant son poste après les Jeux de Pékin. "À Pékin, ce sera une découverte pour moi car je n'ai jamais assisté aux Jeux Olympiques d'hiver. J'ai moins d'expérience sur ces Jeux et j'ai plus à apprendre car je connais moins les sports. Je suis persuadé que ce sera une belle expérience et il faudra être là pour soutenir les athlètes", a assuré Saive. "En ce qui concerne la nomination du nouveau CEO, nous sommes toujours occupés sur le dossier et je ne peux pas en dire plus. Ce qui est sûr, c'est que c'est une page qui va se tourner." Présent au stage du COIB à Belek, le Liégeois veut également commencer à dessiner les grandes lignes vers les Jeux de Paris en 2024. "Le but est de tout mettre en oeuvre pour que les athlètes soient dans les meilleures conditions possibles. Nous devons continuer à améliorer tous les petits détails qui vont nous permettre de progresser à tous les niveaux. À cause du coronavirus, nous avons un timing assez court et nous travaillons avec le pied sur l'accélérateur. Nous aurons une réunion stratégique avec le Conseil d'administration en mars afin de mettre en place une stratégie pour le futur."