Hervé Hubeaux : "J'ai perdu beaucoup de poids et je me sens beaucoup mieux. Je pèse quasiment vingt kilos de moins qu'au moment où j'ai été le plus lourd. Jusqu'à présent, je ne suis jamais allé au tapis et je compte bien lutter de toutes mes forces pour ne jamais tomber. Dans quelques jours, je vais affronter un adversaire coriace mais ma préparation est bonne et je suis confiant."

"De toute façon, s'il gagne facilement, on trouvera encore un moyen de dire qu'il a affronté un mauvais", grimace son coach Alain Vanckère. "C'est un peu la façon de fonctionner en Belgique malheureusement... Plus encore chez les poids lourds je crois. Les gens font semblant de ne pas voir le travail qu'il y a derrière chaque victoire. Pourtant, quand on jette un oeil au palmarès de Hervé, on peut se dire qu'il y a des heures de labeur et de sueur. Je me souviens d'un combat que Hervé a disputé au début de cette année. Il a dégommé son rival au premier round, un KO magnifique. En réponse, on a eu droit à cette phrase : -Il a boxé un nul. Ça fait mal..."

"Mon prochain adversaire n'est pas depuis longtemps chez les lourds mais lors d'un récent combat, il n'a perdu qu'aux points contre le onzième mondial", enchérit Hervé. "Je pense donc que ce sera un bon test. Après cela, je pourrai me faire une idée plus précise de mon niveau et de ma place dans la catégorie. J'aime l'esprit de la boxe, j'aime la préparation, les secondes qui précèdent la montée sur le ring, l'émulation intérieure que je ressens quand la cloche va retentir. Mais je vous assure, devenir un champion, ce n'est pas évident. Le quotidien, c'est aussi la solitude dans les entraînements et les mouvements que l'on a l'impression de répéter en permanence. J'ai eu un petit coup de mou par le passé mais c'est désormais derrière moi. Je suis pleinement tourné vers l'avenir."

Par David Dupont

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Hervé Hubeaux dans votre Sport/Foot Magazine

Hervé Hubeaux : "J'ai perdu beaucoup de poids et je me sens beaucoup mieux. Je pèse quasiment vingt kilos de moins qu'au moment où j'ai été le plus lourd. Jusqu'à présent, je ne suis jamais allé au tapis et je compte bien lutter de toutes mes forces pour ne jamais tomber. Dans quelques jours, je vais affronter un adversaire coriace mais ma préparation est bonne et je suis confiant.""De toute façon, s'il gagne facilement, on trouvera encore un moyen de dire qu'il a affronté un mauvais", grimace son coach Alain Vanckère. "C'est un peu la façon de fonctionner en Belgique malheureusement... Plus encore chez les poids lourds je crois. Les gens font semblant de ne pas voir le travail qu'il y a derrière chaque victoire. Pourtant, quand on jette un oeil au palmarès de Hervé, on peut se dire qu'il y a des heures de labeur et de sueur. Je me souviens d'un combat que Hervé a disputé au début de cette année. Il a dégommé son rival au premier round, un KO magnifique. En réponse, on a eu droit à cette phrase : -Il a boxé un nul. Ça fait mal...""Mon prochain adversaire n'est pas depuis longtemps chez les lourds mais lors d'un récent combat, il n'a perdu qu'aux points contre le onzième mondial", enchérit Hervé. "Je pense donc que ce sera un bon test. Après cela, je pourrai me faire une idée plus précise de mon niveau et de ma place dans la catégorie. J'aime l'esprit de la boxe, j'aime la préparation, les secondes qui précèdent la montée sur le ring, l'émulation intérieure que je ressens quand la cloche va retentir. Mais je vous assure, devenir un champion, ce n'est pas évident. Le quotidien, c'est aussi la solitude dans les entraînements et les mouvements que l'on a l'impression de répéter en permanence. J'ai eu un petit coup de mou par le passé mais c'est désormais derrière moi. Je suis pleinement tourné vers l'avenir."Par David DupontRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Hervé Hubeaux dans votre Sport/Foot Magazine