"J'ai volontairement commencé derrière pour pouvoir ensuite remonter. Mais je crois que j'ai attendu trop longtemps. Dommage. Il faisait très chaud. La course a commencé très lentement. Cela tirait et poussait. C'était dangereux. Même le grand favori Mo Farah est tombé (cela ne l'a pas empêché de gagner, ndlr). J'ai moi-même été poussé hors de ma ligne à plusieurs reprises", a encore expliqué Bashir Abdi. "Et au moment où la course a accéléré, j'ai manqué le train. Pas de chance." Prochain objectif du coureur de fond, le 5.000 mètres. "Les séries se courent le (mercredi) 17. Je pense que j'aurai récupéré sans problème. Je serai prêt."

"Je n'ai éprouvé aucune gêne à mes anciennes blessures. Tout se passe sans problème. La piste est très dure mais c'est un avantage. Je ne sais pas trop quoi attendre sur 5000 mètres. Les séries vont être très disputées. Tout est possible", a-t-il conclu, même si son principal objectif à Rio était le 10.000 mètres.

"J'ai volontairement commencé derrière pour pouvoir ensuite remonter. Mais je crois que j'ai attendu trop longtemps. Dommage. Il faisait très chaud. La course a commencé très lentement. Cela tirait et poussait. C'était dangereux. Même le grand favori Mo Farah est tombé (cela ne l'a pas empêché de gagner, ndlr). J'ai moi-même été poussé hors de ma ligne à plusieurs reprises", a encore expliqué Bashir Abdi. "Et au moment où la course a accéléré, j'ai manqué le train. Pas de chance." Prochain objectif du coureur de fond, le 5.000 mètres. "Les séries se courent le (mercredi) 17. Je pense que j'aurai récupéré sans problème. Je serai prêt.""Je n'ai éprouvé aucune gêne à mes anciennes blessures. Tout se passe sans problème. La piste est très dure mais c'est un avantage. Je ne sais pas trop quoi attendre sur 5000 mètres. Les séries vont être très disputées. Tout est possible", a-t-il conclu, même si son principal objectif à Rio était le 10.000 mètres.