Lange a bouclé l'épreuve (3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,195 km de course à pied) en 7h52:39, devançant de plus de 4 minutes notre compatriote Bart Aernouts (7h56:41), alors que Ryf a explosé son ancien chrono pour s'imposer en 8h26:16.

Chez les messieurs, après une natation dominée en 47:39 par l'Australien Josh Amberger, son compatriote Cameron Wurf a rapidement pris les commandes de la course à vélo. L'ancien rameur et cycliste professionnel a lui aussi profité de la journée clémente pour améliorer son record en déposant son vélo en 4h09:06, soit presque 3 minutes de mieux que l'an dernier pour les 180 km.

Quelques places derrière lui, Patrick Lange et Bart Aernouts, qui étaient restés en embuscade jusque là, ont profité du dernier tiers du parcours cycliste pour intégrer le top 5. Si Lange reprenait Wurf vers le 15e kilomètres du marathon pour s'envoler vers une 2e victoire consécutive, l'Anversois, poursuivait lui aussi sa remontée vers l'avant. Seulement 46e à la sortie de l'eau, Aernouts, 4e temps à vélo (4h12) et 2e chrono à pied (2h45:42), terminait sur la 2e marche du podium, descendant, en 7h56:41, lui aussi sous la barrière mythique des 8 heures à Hawaii.

Le précédent record de Lange, établi en 2017, était de 8h01:40. Comme l'an dernier, l'Ecossais David McNamee a complété le podium masculin, en 8h01:09. Aernouts est ainsi devenu le cinquième de nos compatriotes à se hisser sur le podium du plus célèbre triathlon de longue distance, après Luc et Frederik Van Lierde (sans lien de parenté), Rutger Beke et Marino Vanhoenacker. Le deuxième triathlète professionnel belge engagé, Frederik Van Lierde a écopé d'une pénalité de 5 minutes au début de parcours cycliste, brisant les espoirs du lauréat de l'épreuve de 2013. Le sportif de la Défense a franchi la ligne en 32e position, en 8h38:48. Chez les dames, l'épreuve a été marquée en son début par le record natation (48:13) de la Britannique Lucy Charles, qui n'a été reprise qu'en fin de parcours vélo par Daniela Ryf, auteure de son côté d'une nouvelle référence cycliste en 4h26:07. La Suissesse a conforté sa domination sur le marathon pour claquer de plus une nouvelle marque totale, en 8h26:16, soit une vingtaine de minutes de mieux que son propre record établi en 2016 (8h46:46). Charles, comme en 2017, a pris la 2e place (8h36:32), devant la rookie allemande Anne Haug (8h41:57).

Seule professionnelle belge, Tine Deckers a bouclé sa 7e participation à la 21e place, en 9h17:21. A noter chez les amateurs, le titre de champion du monde Ironman de l'ancien professionnel belge Bruno Clerbout, vainqueur en 8h47:41 de la catégorie d'âge des 40-44 ans, où Bert Verbeke s'est classé 2e (8h50:34). Chez les 45-49 ans, l'ancien athlète de demi-fond Koen Van Rie s'est lui aussi distingué, remportant sa classe en 8h55:34, se montrant notamment plus fort que l'ancien cycliste professionnel kazakhe Alexandr Vinokourov, 6e en 9h13:38. Yves Depoorter est lui 3e chez les 50-54 ans, où un autre ancien cycliste, Laurent Jalabert, a fini 5e.

Lange a bouclé l'épreuve (3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,195 km de course à pied) en 7h52:39, devançant de plus de 4 minutes notre compatriote Bart Aernouts (7h56:41), alors que Ryf a explosé son ancien chrono pour s'imposer en 8h26:16.Chez les messieurs, après une natation dominée en 47:39 par l'Australien Josh Amberger, son compatriote Cameron Wurf a rapidement pris les commandes de la course à vélo. L'ancien rameur et cycliste professionnel a lui aussi profité de la journée clémente pour améliorer son record en déposant son vélo en 4h09:06, soit presque 3 minutes de mieux que l'an dernier pour les 180 km. Quelques places derrière lui, Patrick Lange et Bart Aernouts, qui étaient restés en embuscade jusque là, ont profité du dernier tiers du parcours cycliste pour intégrer le top 5. Si Lange reprenait Wurf vers le 15e kilomètres du marathon pour s'envoler vers une 2e victoire consécutive, l'Anversois, poursuivait lui aussi sa remontée vers l'avant. Seulement 46e à la sortie de l'eau, Aernouts, 4e temps à vélo (4h12) et 2e chrono à pied (2h45:42), terminait sur la 2e marche du podium, descendant, en 7h56:41, lui aussi sous la barrière mythique des 8 heures à Hawaii. Le précédent record de Lange, établi en 2017, était de 8h01:40. Comme l'an dernier, l'Ecossais David McNamee a complété le podium masculin, en 8h01:09. Aernouts est ainsi devenu le cinquième de nos compatriotes à se hisser sur le podium du plus célèbre triathlon de longue distance, après Luc et Frederik Van Lierde (sans lien de parenté), Rutger Beke et Marino Vanhoenacker. Le deuxième triathlète professionnel belge engagé, Frederik Van Lierde a écopé d'une pénalité de 5 minutes au début de parcours cycliste, brisant les espoirs du lauréat de l'épreuve de 2013. Le sportif de la Défense a franchi la ligne en 32e position, en 8h38:48. Chez les dames, l'épreuve a été marquée en son début par le record natation (48:13) de la Britannique Lucy Charles, qui n'a été reprise qu'en fin de parcours vélo par Daniela Ryf, auteure de son côté d'une nouvelle référence cycliste en 4h26:07. La Suissesse a conforté sa domination sur le marathon pour claquer de plus une nouvelle marque totale, en 8h26:16, soit une vingtaine de minutes de mieux que son propre record établi en 2016 (8h46:46). Charles, comme en 2017, a pris la 2e place (8h36:32), devant la rookie allemande Anne Haug (8h41:57). Seule professionnelle belge, Tine Deckers a bouclé sa 7e participation à la 21e place, en 9h17:21. A noter chez les amateurs, le titre de champion du monde Ironman de l'ancien professionnel belge Bruno Clerbout, vainqueur en 8h47:41 de la catégorie d'âge des 40-44 ans, où Bert Verbeke s'est classé 2e (8h50:34). Chez les 45-49 ans, l'ancien athlète de demi-fond Koen Van Rie s'est lui aussi distingué, remportant sa classe en 8h55:34, se montrant notamment plus fort que l'ancien cycliste professionnel kazakhe Alexandr Vinokourov, 6e en 9h13:38. Yves Depoorter est lui 3e chez les 50-54 ans, où un autre ancien cycliste, Laurent Jalabert, a fini 5e.