La Belgique a largement dominé la Russie (9-2) pour son dernier match de groupe au championnat d'Europe de hockey à Amsterdam aux Pays-Bas mardi. Un large succès qui permet aux Red Lions de se qualifier pour les demi-finales sans attendre le résultat de la rencontre entre l'Angleterre et l'Espagne.

Van Doren et Dohmen rappellent que leur préparation est programmée jusqu'aux JO

"Le principal est là, c'est maintenant que cela va commencer à être gai", a commenté Arthur Van Doren à sa sortie de terrain. "On l'a déjà souvent dit, ce n'est pas maintenant que l'on doit être à 100 pour cent. On est occupé à bien travailler, à faire de bonnes choses, mais le chemin est encore long (avant Tokyo, soit leur objectif majeur de l'année, ndlr)", a encore expliqué Van Doren. "Nous avons confiance dans le travail que nous fournissons au quotidien. Alors oui, certaines périodes dans le match sont encore trop confuses. Autant avec la balle que sans la possession de la balle. Quand on sera au top, cela disparaîtra et les automatismes seront meilleurs. Vu notre courte période de préparation, tout cela est normal. Jusqu'ici, on s'est donné le temps de se préparer correctement, mais bon jeudi, il n'y aura que 60 minutes à jouer, il ne faudra plus tergiverser", selon le double meilleur joueur mondial.

Avec la qualification pour la Coupe du monde, -"c'est vrai, on l'oubliait un peu", a réagi en souriant John-John Dohmen -, les 9 buts inscrits et la qualification pour les demies, le meneur de jeu de l'Orée s'est montré également heureux mais aussi un rien plus critique après le succès contre la Russie. "On est là où on voulait être. Le chemin pris a déjà été plus facile dans le passé, mais si on regarde l'ensemble des trois matchs on peut être content. Il y a encore des petites choses à améliorer, tout n'est pas encore parfait. On a trop vite tendance à oublier que notre préparation est programmée jusqu'aux Jeux et non jusqu'à cet Euro. On retombe à certains moments dans nos travers. Un jeu compliqué, où l'on veut aller trop vite vers l'avant, alors que c'est quand on construit de façon simple que l'on joue le mieux. Il faut essayer de faire cela 60 minutes, mais on n'arrive pas encore à le faire maintenant. On veut trop bien faire et être trop offensif. Il faudra améliorer cela pour les demies. Le reste, notamment les penalty-corners, est correct. C'est du côté des combinaisons pour sortir de défense que l'on doit s'améliorer."

Suivant le résultat du match entre l'Angleterre et l'Espagne, les Belges termineront 1er ou 2e de leur poule et affronteront soit les Pays-Bas soit l'Allemagne pour une place en finale. "Quel que soit l'adversaire, ils ont le même niveau. Ils peuvent nous embêter tous les deux, mais nous sommes aussi capables de les battre. À partir des demi-finales, cela devient toujours une guerre. De toute façon il faudra encore battre deux grosses équipes pour gagner le tournoi. On va tout faire pour y arriver!"

La Belgique a largement dominé la Russie (9-2) pour son dernier match de groupe au championnat d'Europe de hockey à Amsterdam aux Pays-Bas mardi. Un large succès qui permet aux Red Lions de se qualifier pour les demi-finales sans attendre le résultat de la rencontre entre l'Angleterre et l'Espagne.Van Doren et Dohmen rappellent que leur préparation est programmée jusqu'aux JO"Le principal est là, c'est maintenant que cela va commencer à être gai", a commenté Arthur Van Doren à sa sortie de terrain. "On l'a déjà souvent dit, ce n'est pas maintenant que l'on doit être à 100 pour cent. On est occupé à bien travailler, à faire de bonnes choses, mais le chemin est encore long (avant Tokyo, soit leur objectif majeur de l'année, ndlr)", a encore expliqué Van Doren. "Nous avons confiance dans le travail que nous fournissons au quotidien. Alors oui, certaines périodes dans le match sont encore trop confuses. Autant avec la balle que sans la possession de la balle. Quand on sera au top, cela disparaîtra et les automatismes seront meilleurs. Vu notre courte période de préparation, tout cela est normal. Jusqu'ici, on s'est donné le temps de se préparer correctement, mais bon jeudi, il n'y aura que 60 minutes à jouer, il ne faudra plus tergiverser", selon le double meilleur joueur mondial. Avec la qualification pour la Coupe du monde, -"c'est vrai, on l'oubliait un peu", a réagi en souriant John-John Dohmen -, les 9 buts inscrits et la qualification pour les demies, le meneur de jeu de l'Orée s'est montré également heureux mais aussi un rien plus critique après le succès contre la Russie. "On est là où on voulait être. Le chemin pris a déjà été plus facile dans le passé, mais si on regarde l'ensemble des trois matchs on peut être content. Il y a encore des petites choses à améliorer, tout n'est pas encore parfait. On a trop vite tendance à oublier que notre préparation est programmée jusqu'aux Jeux et non jusqu'à cet Euro. On retombe à certains moments dans nos travers. Un jeu compliqué, où l'on veut aller trop vite vers l'avant, alors que c'est quand on construit de façon simple que l'on joue le mieux. Il faut essayer de faire cela 60 minutes, mais on n'arrive pas encore à le faire maintenant. On veut trop bien faire et être trop offensif. Il faudra améliorer cela pour les demies. Le reste, notamment les penalty-corners, est correct. C'est du côté des combinaisons pour sortir de défense que l'on doit s'améliorer." Suivant le résultat du match entre l'Angleterre et l'Espagne, les Belges termineront 1er ou 2e de leur poule et affronteront soit les Pays-Bas soit l'Allemagne pour une place en finale. "Quel que soit l'adversaire, ils ont le même niveau. Ils peuvent nous embêter tous les deux, mais nous sommes aussi capables de les battre. À partir des demi-finales, cela devient toujours une guerre. De toute façon il faudra encore battre deux grosses équipes pour gagner le tournoi. On va tout faire pour y arriver!"