L'arrière des Bleus Evan Fournier s'est engagé avec les New York Knicks, a annoncé la franchise mardi, pour quatre ans selon ESPN.

Ce transfert avait été révélé dès le 3 août par les médias américains, mais n'avait pas encore été officialisé par la franchise new-yorkaise. Le récent médaillé d'argent olympique avec l'équipe de France aurait signé un contrat de 78 millions de dollars (66 millions d'euros) selon le journaliste d'ESPN Adrian Wojnarowski, l'un des plus au fait des transferts en NBA.

A New York, il retrouve le meneur Kemba Walker, avec qui il a joué la deuxième partie de la saison chez les Boston Celtics, et dont le transfert a également été officialisé mardi. Fournier était agent libre à l'ouverture de la "trade agency", et pouvait donc s'engager pour la franchise de son choix.

Il évoluera la saison prochaine au mythique Madison Square Garden, ce qui a compté dans son choix, comme il l'a confié lors de la conférence de presse de présentation: "J'ai toujours adoré jouer au +MSG+, l'atmosphère et l'énergie dans cette salle sont différentes, donc pouvoir jouer 41 matches ici, avec les fans... J'ai hâte !" A 28 ans, Fournier semble dans la forme de sa vie, après un tournoi olympique où il a été l'option offensive N.1 des Bleus, avec 18.7 pts par match.

"C'est un super coéquipier, un compétiteur féroce et le complément parfait pour nos joueurs", a déclaré le président des Knicks Leon Rose dans un communiqué. "Il veut faire partie de ce qu'on construit ici, et nous sommes heureux qu'il rejoigne notre famille." L'arrière drafté aux Denver Nuggets en 2012 a passé six saisons et demi au Orlando Magic, soit l'essentiel de son temps en NBA. Il rejoint une franchise ambitieuse, après être revenue sur le devant de la scène l'an dernier, finissant la saison à la 4e place de la conférence Est.

"C'était très dur de jouer contre les Knicks la saison dernière, ils étaient très disciplinés", a affirmé Fournier. "Ils avaient une vraie cohésion, et ça s'est vu au cours de la saison, où ils se sont améliorés, en tant que joueur c'est excitant parce qu'on a envie de jouer dans une équipe qui fonctionne bien et qui gagne." Grâce notamment à l'éclosion de l'ailier fort Julius Randle, élu MIP (joueur ayant le plus progressé de la saison), les Knicks ont atteint les play-offs pour la première fois depuis 2013.

null, iStock
null © iStock

Embiid jusqu'en 2027 à Philadelphia

Le pivot star des Philadelphia Sixers Joel Embiid a prolongé son contrat, a annoncé mardi la franchise basée en Pennsylvanie, pour quatre saisons supplémentaires selon ESPN, soit jusqu'en 2027. Selon le média américain, très bien renseigné en matière de transferts NBA, le Camerounais toucherait 196 millions de dollars (167 millions d'euros) sur quatre ans, avec la possibilité de devenir agent libre en 2026 pour tester le marché et signer avec une autre franchise.

Embiid, 27 ans, a été drafté en troisième position par les Sixers en 2014. Au fil des saisons, il est devenu l'un des pivots dominants de la conférence Est. L'an dernier, il a même terminé en deuxième position des votes pour le MVP (meilleur joueur de la saison régulière), derrière le Serbe Nikola Jokic, un autre pivot.

La saison passée, il cumulait 28.5 points de moyenne par match, le quatrième meilleur total de la ligue, avec en moyenne 10.6 rebonds, et a débuté le All-Star game - match annuel qui rassemble les meilleurs joueurs des deux conférences - pour la quatrième saison consécutive. "Joel est la définition de l'élite, [...] un véritable joueur de calibre MVP sur le terrain", a déclaré le co-propriétaire de la franchise Josh Harris. "Depuis qu'il a été drafté en 2014, sa technique et son charisme [...] ont transformé la franchise." Le "Process", son surnom, s'inscrit dans la durée aux Sixers, avec pour objectif minimal de rallier enfin la finale de la conférence Est, cap que sa franchise ne parvient pas à passer malgré un effectif taillé pour depuis plusieurs saisons.

Les playoffs 2021 ont été particulièrement décevants pour les Sixers, battu par les surprenants Atlanta Hawks 4 victoires à 3. Cette désillusion pourrait pousser la franchise à se séparer de Ben Simmons, l'autre star de la franchise. Le meneur australien de 25 ans, drafté en première position par la franchise de Pennsylvanie en 2016, est annoncé sur le départ depuis le début du marché des transferts.

L'arrière des Bleus Evan Fournier s'est engagé avec les New York Knicks, a annoncé la franchise mardi, pour quatre ans selon ESPN. Ce transfert avait été révélé dès le 3 août par les médias américains, mais n'avait pas encore été officialisé par la franchise new-yorkaise. Le récent médaillé d'argent olympique avec l'équipe de France aurait signé un contrat de 78 millions de dollars (66 millions d'euros) selon le journaliste d'ESPN Adrian Wojnarowski, l'un des plus au fait des transferts en NBA. A New York, il retrouve le meneur Kemba Walker, avec qui il a joué la deuxième partie de la saison chez les Boston Celtics, et dont le transfert a également été officialisé mardi. Fournier était agent libre à l'ouverture de la "trade agency", et pouvait donc s'engager pour la franchise de son choix. Il évoluera la saison prochaine au mythique Madison Square Garden, ce qui a compté dans son choix, comme il l'a confié lors de la conférence de presse de présentation: "J'ai toujours adoré jouer au +MSG+, l'atmosphère et l'énergie dans cette salle sont différentes, donc pouvoir jouer 41 matches ici, avec les fans... J'ai hâte !" A 28 ans, Fournier semble dans la forme de sa vie, après un tournoi olympique où il a été l'option offensive N.1 des Bleus, avec 18.7 pts par match. "C'est un super coéquipier, un compétiteur féroce et le complément parfait pour nos joueurs", a déclaré le président des Knicks Leon Rose dans un communiqué. "Il veut faire partie de ce qu'on construit ici, et nous sommes heureux qu'il rejoigne notre famille." L'arrière drafté aux Denver Nuggets en 2012 a passé six saisons et demi au Orlando Magic, soit l'essentiel de son temps en NBA. Il rejoint une franchise ambitieuse, après être revenue sur le devant de la scène l'an dernier, finissant la saison à la 4e place de la conférence Est."C'était très dur de jouer contre les Knicks la saison dernière, ils étaient très disciplinés", a affirmé Fournier. "Ils avaient une vraie cohésion, et ça s'est vu au cours de la saison, où ils se sont améliorés, en tant que joueur c'est excitant parce qu'on a envie de jouer dans une équipe qui fonctionne bien et qui gagne." Grâce notamment à l'éclosion de l'ailier fort Julius Randle, élu MIP (joueur ayant le plus progressé de la saison), les Knicks ont atteint les play-offs pour la première fois depuis 2013.Le pivot star des Philadelphia Sixers Joel Embiid a prolongé son contrat, a annoncé mardi la franchise basée en Pennsylvanie, pour quatre saisons supplémentaires selon ESPN, soit jusqu'en 2027. Selon le média américain, très bien renseigné en matière de transferts NBA, le Camerounais toucherait 196 millions de dollars (167 millions d'euros) sur quatre ans, avec la possibilité de devenir agent libre en 2026 pour tester le marché et signer avec une autre franchise. Embiid, 27 ans, a été drafté en troisième position par les Sixers en 2014. Au fil des saisons, il est devenu l'un des pivots dominants de la conférence Est. L'an dernier, il a même terminé en deuxième position des votes pour le MVP (meilleur joueur de la saison régulière), derrière le Serbe Nikola Jokic, un autre pivot. La saison passée, il cumulait 28.5 points de moyenne par match, le quatrième meilleur total de la ligue, avec en moyenne 10.6 rebonds, et a débuté le All-Star game - match annuel qui rassemble les meilleurs joueurs des deux conférences - pour la quatrième saison consécutive. "Joel est la définition de l'élite, [...] un véritable joueur de calibre MVP sur le terrain", a déclaré le co-propriétaire de la franchise Josh Harris. "Depuis qu'il a été drafté en 2014, sa technique et son charisme [...] ont transformé la franchise." Le "Process", son surnom, s'inscrit dans la durée aux Sixers, avec pour objectif minimal de rallier enfin la finale de la conférence Est, cap que sa franchise ne parvient pas à passer malgré un effectif taillé pour depuis plusieurs saisons. Les playoffs 2021 ont été particulièrement décevants pour les Sixers, battu par les surprenants Atlanta Hawks 4 victoires à 3. Cette désillusion pourrait pousser la franchise à se séparer de Ben Simmons, l'autre star de la franchise. Le meneur australien de 25 ans, drafté en première position par la franchise de Pennsylvanie en 2016, est annoncé sur le départ depuis le début du marché des transferts.