Le congrès de la fédération internationale de patinage (ISU), qui se tiendra du 6 au 10 juin à Phuket en Thaïlande, va se pencher notamment sur la proposition de repousser progressivement de 15 à 17 ans l'âge pour pouvoir disputer les grandes compétitions internationales de patinage artistique. L'idée est que ce changement puisse être effectif avant les Jeux Olympiques de Milan-Cortina en 2026.

Selon la proposition 22 qui sera soumise au Congrès de l'ISU, l'idée est de passer lors de la saison 2023-24 à l'âge minimum de 16 ans et à partir de 2024-25 à celui de 17 ans (au 1er juillet précédent la compétition). La commission médicale de l'ISU, qui soutient cette proposition, s'inquiète des risques physiques et psychologiques que font courir les compétitions de très haut niveau professionnel aux athlètes mineurs. "L'augmentation de la limite d'âge à 17 ans pour l'accès à la catégorie senior donne à l'athlète junior le temps nécessaire pour atteindre la maturité squelettique en diminuant le risque de blessure épiphysaire (plaque de croissance, NDLR) si les charges d'entraînement sont modifiées pendant les périodes de croissance rapide et de développer leurs compétences sociales et émotionnelles. Plus important encore, l'ISU a le devoir de protéger la santé physique et psychologique et la sécurité de tous les athlètes, y compris les athlètes élites adolescents", résume la proposition.

Il y est encore précisé que 86,2% des athlètes qui ont répondu à l'enquête menée par la commission des athlètes de l'ISU étaient favorables au relèvement de l'âge. L'exemple récent de la jeune Russe Kamila Valieva, 15 ans, n'est sans doute pas étranger à cette proposition. En tête après le programme court aux JO de Pékin, l'adolescente a craqué sous la pression dans le programme libre. Elle avait été l'objet d'une controverse. Positive à la trimétazidine en décembre, un résultat annoncé seulement après la victoire russe dans l'épreuve par équipes des Jeux en février, elle avait été néanmoins autorisée par le TAS à poursuivre les JO. Valieva avait finalement terminé 4e. La Russe avait permis quelques jours auparavant à son pays de remporter la médaille d'or de l'épreuve par équipes.

Le congrès de la fédération internationale de patinage (ISU), qui se tiendra du 6 au 10 juin à Phuket en Thaïlande, va se pencher notamment sur la proposition de repousser progressivement de 15 à 17 ans l'âge pour pouvoir disputer les grandes compétitions internationales de patinage artistique. L'idée est que ce changement puisse être effectif avant les Jeux Olympiques de Milan-Cortina en 2026. Selon la proposition 22 qui sera soumise au Congrès de l'ISU, l'idée est de passer lors de la saison 2023-24 à l'âge minimum de 16 ans et à partir de 2024-25 à celui de 17 ans (au 1er juillet précédent la compétition). La commission médicale de l'ISU, qui soutient cette proposition, s'inquiète des risques physiques et psychologiques que font courir les compétitions de très haut niveau professionnel aux athlètes mineurs. "L'augmentation de la limite d'âge à 17 ans pour l'accès à la catégorie senior donne à l'athlète junior le temps nécessaire pour atteindre la maturité squelettique en diminuant le risque de blessure épiphysaire (plaque de croissance, NDLR) si les charges d'entraînement sont modifiées pendant les périodes de croissance rapide et de développer leurs compétences sociales et émotionnelles. Plus important encore, l'ISU a le devoir de protéger la santé physique et psychologique et la sécurité de tous les athlètes, y compris les athlètes élites adolescents", résume la proposition. Il y est encore précisé que 86,2% des athlètes qui ont répondu à l'enquête menée par la commission des athlètes de l'ISU étaient favorables au relèvement de l'âge. L'exemple récent de la jeune Russe Kamila Valieva, 15 ans, n'est sans doute pas étranger à cette proposition. En tête après le programme court aux JO de Pékin, l'adolescente a craqué sous la pression dans le programme libre. Elle avait été l'objet d'une controverse. Positive à la trimétazidine en décembre, un résultat annoncé seulement après la victoire russe dans l'épreuve par équipes des Jeux en février, elle avait été néanmoins autorisée par le TAS à poursuivre les JO. Valieva avait finalement terminé 4e. La Russe avait permis quelques jours auparavant à son pays de remporter la médaille d'or de l'épreuve par équipes.