Les relations entre les deux pilotes risquent de ne pas s'améliorer dimanche à Shanghai, en cas de conditions de course semblables : "Je ferais probablement la même chose", a déclaré Vettel à la presse.

A Sépang, Vettel, alors en 2e position, avait pris un gros risque en dépassant, en pneus neufs et donc plus rapides, son coéquipier Mark Webber, alors que Red Bull venait de demander à l'Australien, via la radio de bord, de lever le pied et de gérer ses pneus afin d'assurer le doublé.

Vettel, simultanément, a été prié de ne pas le dépasser: "J'ai reçu un appel radio, que j'ai entendu mais que je n'ai pas tout à fait compris sur le coup. J'aurais dû comprendre, c'est pourquoi je me suis excusé auprès de l'équipe", a-t-il expliqué. "Mon intention, en tant que pilote, était de gagner la course, et c'est pourquoi je ne m'excuse pas d'avoir gagné", a-t-il poursuivi.

Webber "ne méritait pas de gagner" la course, a-t-il insisté. "Pour être tout à fait honnête, je n'ai jamais reçu beaucoup de soutien de sa part. Je pense qu'en plus d'une occasion dans le passé, quatre ou cinq occasions, il aurait pu aider l'équipe et ne l'a pas fait".

Les relations entre les deux pilotes risquent de ne pas s'améliorer dimanche à Shanghai, en cas de conditions de course semblables : "Je ferais probablement la même chose", a déclaré Vettel à la presse. A Sépang, Vettel, alors en 2e position, avait pris un gros risque en dépassant, en pneus neufs et donc plus rapides, son coéquipier Mark Webber, alors que Red Bull venait de demander à l'Australien, via la radio de bord, de lever le pied et de gérer ses pneus afin d'assurer le doublé. Vettel, simultanément, a été prié de ne pas le dépasser: "J'ai reçu un appel radio, que j'ai entendu mais que je n'ai pas tout à fait compris sur le coup. J'aurais dû comprendre, c'est pourquoi je me suis excusé auprès de l'équipe", a-t-il expliqué. "Mon intention, en tant que pilote, était de gagner la course, et c'est pourquoi je ne m'excuse pas d'avoir gagné", a-t-il poursuivi. Webber "ne méritait pas de gagner" la course, a-t-il insisté. "Pour être tout à fait honnête, je n'ai jamais reçu beaucoup de soutien de sa part. Je pense qu'en plus d'une occasion dans le passé, quatre ou cinq occasions, il aurait pu aider l'équipe et ne l'a pas fait".