Sur ses terres, à Hockenheim, le pilote allemand Sebastian Vettel avait été sanctionné d'une pénalité de 20 secondes par les commissaires de course pour un dépassement litigieux au 66e tour contre le Britannique Jenson Button (McLaren) et avait en conséquence été rétrogradé de la 2e à la 5e place, Button prenant la 2e place sur le podium.

Pour le conseiller sport automobile de Red Bull, l'ancien pilote autrichien de F1 Helmut Marko, qui s'est exprimé sur la chaîne de télévision privée autrichienne Servus TV, appartenant à Red Bull, cette sanction revient "à condamner à la peine de mort un voleur de poules".

Correct pour Vettel, pas pour D'Ambrosio

"Tout était correct selon moi", a estimé Vettel sur son site internet. "Mais vous ne pouvez rien faire si les responsables voient les choses différemment. C'est comme en football : un arbitre donne un penalty, l'autre pas. Il faut vivre avec."

Jérôme D'Ambrosio, qui commentait la course sur la RTBF, estimait lui que la dépassement n'était pas régulier puisque les quatre roues de la Red Bull avaient quitté la piste au moment du dépassement.

A mi-parcours du championnat du monde de F1, après dix Grand Prix, Sebastian Vettel pointe au 3e rang et compte 44 points de retard sur l'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari).

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Sur ses terres, à Hockenheim, le pilote allemand Sebastian Vettel avait été sanctionné d'une pénalité de 20 secondes par les commissaires de course pour un dépassement litigieux au 66e tour contre le Britannique Jenson Button (McLaren) et avait en conséquence été rétrogradé de la 2e à la 5e place, Button prenant la 2e place sur le podium. Pour le conseiller sport automobile de Red Bull, l'ancien pilote autrichien de F1 Helmut Marko, qui s'est exprimé sur la chaîne de télévision privée autrichienne Servus TV, appartenant à Red Bull, cette sanction revient "à condamner à la peine de mort un voleur de poules". Correct pour Vettel, pas pour D'Ambrosio "Tout était correct selon moi", a estimé Vettel sur son site internet. "Mais vous ne pouvez rien faire si les responsables voient les choses différemment. C'est comme en football : un arbitre donne un penalty, l'autre pas. Il faut vivre avec." Jérôme D'Ambrosio, qui commentait la course sur la RTBF, estimait lui que la dépassement n'était pas régulier puisque les quatre roues de la Red Bull avaient quitté la piste au moment du dépassement. A mi-parcours du championnat du monde de F1, après dix Grand Prix, Sebastian Vettel pointe au 3e rang et compte 44 points de retard sur l'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari). Sportfootmagazine.be, avec Belga