Les quatre derniers candidats au titre 2013 sont regroupés en 48 points, du triple champion du monde allemand, Vettel (172 points, 4 victoires), à ce diable d'Hamilton (124 points) qui a triomphé en Hongrie fin juillet, en passant par les deux "accros" au podium, Räikkönen (134 points, 1 victoire) et Alonso (133 points, 2 victoires).

Ils trustent au total huit victoires en dix manches, les deux autres étant à mettre au crédit de Nico Rosberg (Monaco, Silverstone), souvent rapide aux essais mais distancé dans la course au titre (6e avec 84 points). C'est aussi le cas de Mark Webber (5e avec 105 points), l'équipier de Vettel, et son objectif d'ici la fin de l'année sera de gagner au moins un Grand Prix, si les circonstances le permettent.

Après plus de trois semaines de trêve, dont 15 jours de vacances forcées, ateliers, souffleries et bureaux d'étude fermés à double tour, le microcosme de la F1 va donc reprendre ses habitudes à Spa, dans les Ardennes belges, sur l'un des circuits les plus longs de la saison (7 km) et dans des conditions météo toujours aussi imprévisibles.

L'as de pique, Vettel, peut se contenter de gérer, alors que l'as de trèfle, Räikkönen, a déjà gagné quatre fois à Spa et aimerait bien ajouter une cinquième perle à sa couronne. D'après un quotidien finlandais en général bien informé, le Turun Sonomat, il ne réfléchit plus à un transfert chez Red Bull, car les négociations seraient rompues avec ses agents, les Robertson père et fils.

Button et Grosjean, les jokers?

L'as de carreau, Alonso, a cruellement besoin d'abattre de nouveaux atouts, lui qui n'a plus gagné depuis début mai chez lui en Espagne, sous peine de se voir irrémédiablement distancé par Vettel... et Räikkönen. Enfin, l'as de coeur, le Britannique Hamilton, a confirmé en Hongrie que sa période de rodage et d'apprentissage, chez Mercedes-AMG, était bel et bien terminée.

Dans la plupart des jeux de cartes, il y a un joker, voire deux. Jenson Button, vainqueur l'an dernier, a le profil idéal pour récidiver, surtout si un regain de forme des McLaren, entrevu en juillet, se confirme ce week-end. Son expérience sera bien utile dimanche si la course devient compliquée, comme souvent du côté de Francorchamps.

Le deuxième joker pourrait être français, en la personne de Romain Grosjean, sur un circuit où sa Lotus devrait être à l'aise. Submergé de critiques l'an dernier après avoir touché Hamilton et provoqué un carambolage au départ, il s'est remis en question pour revenir au niveau des meilleurs, en performance pure, tout en commettant moins d'erreurs en course.

Pneus durs et medium

Le manufacturier italien Pirelli fournira des pneus à gomme "dure" et "medium" aux onze écuries en course au Grand Prix de Belgique. Les logos Pirelli et PZéro (le type de pneus) seront peints en orange sur les durs et en blanc sur les medium, pour que ceux-ci soient aisément reconnaissables.

Alors que la première moitié de saison s'est achevée sur le circuit permanent le plus lent de la saison, au Hungaroring fin juillet, c'est sur l'un des plus rapides du calendrier F1 qu'elle va reprendre. Pirelli a apporté dans les Ardennes les deux mélanges de gomme les plus durs de sa gamme de pneus.

"Ces composés seront extrêmement bien adaptés aux fortes demandes du circuit en termes d'énergie", explique Pirelli, en rappelant aussi que "l'une des caractéristiques principales de Spa concerne la météo variable". Les pneus intermédiaires (Cinturato vert) et pluie (Cinturato Bleu) sont donc susceptibles d'être utilisés eux aussi.

Selon le directeur de Pirelli Motorsport, Paul Hembery, "Spa est non seulement un circuit légendaire, mais il s'agit également de l'un des plus grands défis pour nos pneus en raison des très importantes charges d'énergie traversant les pneus, aussi bien verticalement, comme à Eau Rouge, et latéralement, comme dans Blanchimont".

"Régulièrement, les pneus sont soumis à des forces poussant dans différentes directions à la fois, augmentant ainsi le travail du pneu. Préserver les enveloppes sera donc très important, particulièrement sur un tour aussi long. Cela signifie qu'une grande variété de stratégies sera possible à Spa, beaucoup de temps pouvant être gagné en faisant le bon choix", ajoute-t-il.

Ces nouveaux pneus, déjà vus en Hongrie, combinent des structures 2012, à base d'acier, à des gommes 2013, plus tendres que les modèles 2012, après les nombreuses crevaisons qui ont émaillé le Grand Prix de Grande-Bretagne, fin juin.

Pirelli a mis au point pour l'ensemble de la saison quatre qualités de gommes pour conditions sèches: dur, medium, tendre et super-tendre, dont deux seulement sont retenues à chaque Grand Prix.

Les dix derniers vainqueurs:

2012: Jenson Button (G-B/McLaren-Mercedes)

2011: Sebastian Vettel (All/Red Bull-Renault)

2010: Lewis Hamilton (G-B/McLaren-Mercedes)

2009: Kimi Räikkönen (Fin/Ferrari)

2008: Felipe Massa (Bré/Ferrari)

2007: Kimi Räikkönen (Fin/Ferrari)

2005: Kimi Räikkönen (Fin/McLaren-Mercedes)

2004: Kimi Räikkönen (Fin/McLaren-Mercedes)

2002: Michael Schumacher (All/Ferrari)

2001: Michael Schumacher (All/Ferrari)

Les quatre derniers candidats au titre 2013 sont regroupés en 48 points, du triple champion du monde allemand, Vettel (172 points, 4 victoires), à ce diable d'Hamilton (124 points) qui a triomphé en Hongrie fin juillet, en passant par les deux "accros" au podium, Räikkönen (134 points, 1 victoire) et Alonso (133 points, 2 victoires). Ils trustent au total huit victoires en dix manches, les deux autres étant à mettre au crédit de Nico Rosberg (Monaco, Silverstone), souvent rapide aux essais mais distancé dans la course au titre (6e avec 84 points). C'est aussi le cas de Mark Webber (5e avec 105 points), l'équipier de Vettel, et son objectif d'ici la fin de l'année sera de gagner au moins un Grand Prix, si les circonstances le permettent. Après plus de trois semaines de trêve, dont 15 jours de vacances forcées, ateliers, souffleries et bureaux d'étude fermés à double tour, le microcosme de la F1 va donc reprendre ses habitudes à Spa, dans les Ardennes belges, sur l'un des circuits les plus longs de la saison (7 km) et dans des conditions météo toujours aussi imprévisibles. L'as de pique, Vettel, peut se contenter de gérer, alors que l'as de trèfle, Räikkönen, a déjà gagné quatre fois à Spa et aimerait bien ajouter une cinquième perle à sa couronne. D'après un quotidien finlandais en général bien informé, le Turun Sonomat, il ne réfléchit plus à un transfert chez Red Bull, car les négociations seraient rompues avec ses agents, les Robertson père et fils. Button et Grosjean, les jokers? L'as de carreau, Alonso, a cruellement besoin d'abattre de nouveaux atouts, lui qui n'a plus gagné depuis début mai chez lui en Espagne, sous peine de se voir irrémédiablement distancé par Vettel... et Räikkönen. Enfin, l'as de coeur, le Britannique Hamilton, a confirmé en Hongrie que sa période de rodage et d'apprentissage, chez Mercedes-AMG, était bel et bien terminée. Dans la plupart des jeux de cartes, il y a un joker, voire deux. Jenson Button, vainqueur l'an dernier, a le profil idéal pour récidiver, surtout si un regain de forme des McLaren, entrevu en juillet, se confirme ce week-end. Son expérience sera bien utile dimanche si la course devient compliquée, comme souvent du côté de Francorchamps. Le deuxième joker pourrait être français, en la personne de Romain Grosjean, sur un circuit où sa Lotus devrait être à l'aise. Submergé de critiques l'an dernier après avoir touché Hamilton et provoqué un carambolage au départ, il s'est remis en question pour revenir au niveau des meilleurs, en performance pure, tout en commettant moins d'erreurs en course. Pneus durs et medium Le manufacturier italien Pirelli fournira des pneus à gomme "dure" et "medium" aux onze écuries en course au Grand Prix de Belgique. Les logos Pirelli et PZéro (le type de pneus) seront peints en orange sur les durs et en blanc sur les medium, pour que ceux-ci soient aisément reconnaissables. Alors que la première moitié de saison s'est achevée sur le circuit permanent le plus lent de la saison, au Hungaroring fin juillet, c'est sur l'un des plus rapides du calendrier F1 qu'elle va reprendre. Pirelli a apporté dans les Ardennes les deux mélanges de gomme les plus durs de sa gamme de pneus. "Ces composés seront extrêmement bien adaptés aux fortes demandes du circuit en termes d'énergie", explique Pirelli, en rappelant aussi que "l'une des caractéristiques principales de Spa concerne la météo variable". Les pneus intermédiaires (Cinturato vert) et pluie (Cinturato Bleu) sont donc susceptibles d'être utilisés eux aussi. Selon le directeur de Pirelli Motorsport, Paul Hembery, "Spa est non seulement un circuit légendaire, mais il s'agit également de l'un des plus grands défis pour nos pneus en raison des très importantes charges d'énergie traversant les pneus, aussi bien verticalement, comme à Eau Rouge, et latéralement, comme dans Blanchimont". "Régulièrement, les pneus sont soumis à des forces poussant dans différentes directions à la fois, augmentant ainsi le travail du pneu. Préserver les enveloppes sera donc très important, particulièrement sur un tour aussi long. Cela signifie qu'une grande variété de stratégies sera possible à Spa, beaucoup de temps pouvant être gagné en faisant le bon choix", ajoute-t-il. Ces nouveaux pneus, déjà vus en Hongrie, combinent des structures 2012, à base d'acier, à des gommes 2013, plus tendres que les modèles 2012, après les nombreuses crevaisons qui ont émaillé le Grand Prix de Grande-Bretagne, fin juin. Pirelli a mis au point pour l'ensemble de la saison quatre qualités de gommes pour conditions sèches: dur, medium, tendre et super-tendre, dont deux seulement sont retenues à chaque Grand Prix.