La justice bavaroise a condamné fin juin un ancien banquier allemand, Gerhard Gribkowsky, à huit ans et demi de prison ferme pour avoir touché d'énormes pots-de-vin de M. Ecclestone, qui est menacé d'être poursuivi à son tour. Une enquête du parquet de Munich à son encontre est toujours en cours.

A la fin de son procès, M. Gribkowsky avait avoué avoir touché 44 millions de dollars (35 millions d'euros) de pots-de-vin de la part de M. Ecclestone en 2006 et 2007 dans le cadre de la vente des droits de la F1 dont il était chargé, au fonds d'investissement britannique CVC.

Depuis le richissime patron de la F1 a évité de mettre les pieds en Allemagne, peut-être par peur d'une arrestation. Ainsi, contrairement à ce qu'il avait promis, il n'avait finalement pas assisté au Grand Prix de Hockenheim fin juillet.

Ce revirement intervient alors que le groupe Daimler, maison mère de l'écurie Mercedes, a récemment fait savoir qu'il engagerait un débat sur le maintien de M. Ecclestone à la tête de la discipline reine du sport automobile s'il faisait l'objet de poursuites judiciaires.

Par ailleurs la banque allemande BayernLB, pour laquelle M. Gribkowsky travaillait et qui s'estime lésée dans le cadre de l'affaire de la vente des droits de la F1, réclame 400 millions d'euros de dommages et intérêts à M. Ecclestone, ont confié vendredi à l'AFP deux sources financières.

La banque a pu récemment avoir accès à des documents du parquet qui lui ont permis d'arriver à chiffrer le dommage financier qu'elle a subi dans l'affaire, selon ces sources.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de la BayernLB a confirmé que la banque avait "envoyé en début de semaine ses exigences par courrier aux avocats d'Ecclestone", sans être en mesure de divulguer un montant. M. Ecclestone, qui clame son innocence, a déjà refusé l'offre de BayernLB, selon la presse allemande.

Selon sa propre version des faits, qu'il avait notamment exposée en novembre dernier lors du procès à Munich de M. Gribkowsky où il était venu en tant que témoin, M. Ecclestone a payé le banquier allemand par crainte d'un chantage par rapport à d'anciens démêlés avec le fisc britannique.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

La justice bavaroise a condamné fin juin un ancien banquier allemand, Gerhard Gribkowsky, à huit ans et demi de prison ferme pour avoir touché d'énormes pots-de-vin de M. Ecclestone, qui est menacé d'être poursuivi à son tour. Une enquête du parquet de Munich à son encontre est toujours en cours. A la fin de son procès, M. Gribkowsky avait avoué avoir touché 44 millions de dollars (35 millions d'euros) de pots-de-vin de la part de M. Ecclestone en 2006 et 2007 dans le cadre de la vente des droits de la F1 dont il était chargé, au fonds d'investissement britannique CVC. Depuis le richissime patron de la F1 a évité de mettre les pieds en Allemagne, peut-être par peur d'une arrestation. Ainsi, contrairement à ce qu'il avait promis, il n'avait finalement pas assisté au Grand Prix de Hockenheim fin juillet. Ce revirement intervient alors que le groupe Daimler, maison mère de l'écurie Mercedes, a récemment fait savoir qu'il engagerait un débat sur le maintien de M. Ecclestone à la tête de la discipline reine du sport automobile s'il faisait l'objet de poursuites judiciaires. Par ailleurs la banque allemande BayernLB, pour laquelle M. Gribkowsky travaillait et qui s'estime lésée dans le cadre de l'affaire de la vente des droits de la F1, réclame 400 millions d'euros de dommages et intérêts à M. Ecclestone, ont confié vendredi à l'AFP deux sources financières. La banque a pu récemment avoir accès à des documents du parquet qui lui ont permis d'arriver à chiffrer le dommage financier qu'elle a subi dans l'affaire, selon ces sources. Interrogé par l'AFP, un porte-parole de la BayernLB a confirmé que la banque avait "envoyé en début de semaine ses exigences par courrier aux avocats d'Ecclestone", sans être en mesure de divulguer un montant. M. Ecclestone, qui clame son innocence, a déjà refusé l'offre de BayernLB, selon la presse allemande. Selon sa propre version des faits, qu'il avait notamment exposée en novembre dernier lors du procès à Munich de M. Gribkowsky où il était venu en tant que témoin, M. Ecclestone a payé le banquier allemand par crainte d'un chantage par rapport à d'anciens démêlés avec le fisc britannique. Sportfootmagazine.be, avec Belga