Jorre Verstraeten aura vécu un tournoi éprouvant. En effet, il lui aura fallu pas moins de 8:50 puis de 6:24 pour venir à bout, chaque fois au golden score, du Bulgare Yanislav Gerchev (IJF 35) et de l'Azerbaïdjanais Orkhan Safarov (IJF 58). "Mon tirage n'était pas très favorable. J'ai commencé avec deux combats très durs mais ça m'a bien mis dans le rythme." Une défaite au 3e tour contre l'Espagnol Francisco Garrigos (IJF 13), finalement médaillé d'argent, l'a envoyé en repêchages. "C'est dommage car j'ai fait une petite erreur et il a très bien anticipé. Je n'ai pas pu donner ce que je voulais dans ce combat mais c'est comme ça, c'est le judo." Longtemps malmené par le Français Luka Mkheidze (IJF 23) dans le combat pour le bronze, Verstraeten a magnifiquement inversé la tendance en s'imposant grâce à un ippon sur étranglement. "Après une séquence au sol en début de combat, je sentais que c'était possible. Debout c'était compliqué par contre, j'ai fait deux erreurs qui se sont payées par des shidos. Mais j'ai ensuite saisi le bon moment pour porter mon attaque." Verstraeten, qui s'entraîne à la Fédération francophone belge de judo (FFBJ) sous les ordres de Frédéric Georgery, a loué les qualités de sa préparation. "On a fait un super travail avec les entraîneurs de la fédération et cela se voit maintenant. Je suis dans la forme de ma vie. Pendant les combats, je ne me sentais même pas fatigué." Pour le Belge, 21 ans, ce titre est le plus "beau moment de sa carrière" mais ce n'est pas pour ça que son statut va changer. "Je suis jeune, je reste le challenger", a ponctué celui qui va devoir passer quelques examens avant de prendre la direction du Canada début juillet. Il participera au GP de Montréal, première étape de sa préparation en vue des prochains Mondiaux de Tokyo fin août.