Ils ne sont pas encore au firmament d'une carrière que l'on promet belle. Eliott Crestan, 23 ans, et à Rani Rosius, 21 ans, symbolisent le renouveau de l'athlétisme belge. Leurs premières qualifications pour des Mondiaux témoignent de réelles capacités au plus haut niveau. Belgrade ne devrait être qu'une étape dans leur ascension.

"Les Belges sont de plus en plus conscients de leurs qualités et de leur potentiel et ils le démontrent même sur l'échiquier mondial avec une jeune génération qui en veut", s'est réjoui Jonathan Nsenga, en charge du haut niveau à la ligue francophone (LBFA) Les séries du 800 m masculin s'annoncent redoutables. Eliott Crestan et Aurele Vandeputte seront en piste vendredi sur le coup de 13 heures.

Des vingt-sept engagés seuls neuf se qualifieront directement pour la finale du samedi (19h10), l'épreuve ne comprend pas de demi-finales. Si le titre ne devrait pas échapper au Kenyan Collins Kipruto, au Britannique Elliot Giles, à l'Espagnol Mariano Garcia ou l'Américain Bryce Hoppel, la performance du recordman de Belgique Eliott Crestan sera suivie avec intérêt. Demi-finaliste de l'Euro de Torun en 2021, le Namurois avait épaté aux JO de Tokyo en jouant sa chance jusqu'au bout. Cette saison, il a confirmé ses bonnes dispositions, se qualifiant rapidement pour Belgrade (le 12 février à Metz) avant de battre son record national (1:46.11). Ce 9e meilleur chrono de la saison parmi les participants à ces championnats laisse entrevoir une possible qualification si toutes les planètes s'alignent dans la Stark Arena pour le Namurois.

Eliott Crestan, recordman du 800 m en salle lors des derniers championnats de Belgique., iStock
Eliott Crestan, recordman du 800 m en salle lors des derniers championnats de Belgique. © iStock

Les ambitions de Aurele Vandeputte qui ne présente que le 19e temps des participants seront forcément plus limitées. Le Brugeois tentera de tirer profit de son expérience de l'an dernier à Torun où, pour son premier grand championnat indoor, il avait dû s'arrêter en séries.

Avec pas moins de 49 participantes, le 60 m est l'épreuve la plus courue côté féminin. Le chrono de référence de Rani Rosius de l'année 7.30 (le 20 février) lui a permis de répondre de justesse au critère de sélection exigé. Pointée à la 68e place du ranking mondial, la Genkoise ne figure qu'au 31e rang des performeuses de la saison présentes en Serbie. Si elle peut battre son record personnel (7.27 en 2021), la vice-championne d'Europe Espoirs (U23) du 100 m ne peut pas rêver raisonnablement d'entrer en finale. Elle n'est pas encore prête à imiter Kim Gevaert, la double médaillée belge aux Mondiaux indoor dans le sprint court.

La souriante Rani Rosius est vice-championne d'Europe espoirs mais n'est pas encore prête pour succéder à Kim Gevaert. Il faudra encore du temps., iStock
La souriante Rani Rosius est vice-championne d'Europe espoirs mais n'est pas encore prête pour succéder à Kim Gevaert. Il faudra encore du temps. © iStock
Ils ne sont pas encore au firmament d'une carrière que l'on promet belle. Eliott Crestan, 23 ans, et à Rani Rosius, 21 ans, symbolisent le renouveau de l'athlétisme belge. Leurs premières qualifications pour des Mondiaux témoignent de réelles capacités au plus haut niveau. Belgrade ne devrait être qu'une étape dans leur ascension."Les Belges sont de plus en plus conscients de leurs qualités et de leur potentiel et ils le démontrent même sur l'échiquier mondial avec une jeune génération qui en veut", s'est réjoui Jonathan Nsenga, en charge du haut niveau à la ligue francophone (LBFA) Les séries du 800 m masculin s'annoncent redoutables. Eliott Crestan et Aurele Vandeputte seront en piste vendredi sur le coup de 13 heures. Des vingt-sept engagés seuls neuf se qualifieront directement pour la finale du samedi (19h10), l'épreuve ne comprend pas de demi-finales. Si le titre ne devrait pas échapper au Kenyan Collins Kipruto, au Britannique Elliot Giles, à l'Espagnol Mariano Garcia ou l'Américain Bryce Hoppel, la performance du recordman de Belgique Eliott Crestan sera suivie avec intérêt. Demi-finaliste de l'Euro de Torun en 2021, le Namurois avait épaté aux JO de Tokyo en jouant sa chance jusqu'au bout. Cette saison, il a confirmé ses bonnes dispositions, se qualifiant rapidement pour Belgrade (le 12 février à Metz) avant de battre son record national (1:46.11). Ce 9e meilleur chrono de la saison parmi les participants à ces championnats laisse entrevoir une possible qualification si toutes les planètes s'alignent dans la Stark Arena pour le Namurois. Les ambitions de Aurele Vandeputte qui ne présente que le 19e temps des participants seront forcément plus limitées. Le Brugeois tentera de tirer profit de son expérience de l'an dernier à Torun où, pour son premier grand championnat indoor, il avait dû s'arrêter en séries. Avec pas moins de 49 participantes, le 60 m est l'épreuve la plus courue côté féminin. Le chrono de référence de Rani Rosius de l'année 7.30 (le 20 février) lui a permis de répondre de justesse au critère de sélection exigé. Pointée à la 68e place du ranking mondial, la Genkoise ne figure qu'au 31e rang des performeuses de la saison présentes en Serbie. Si elle peut battre son record personnel (7.27 en 2021), la vice-championne d'Europe Espoirs (U23) du 100 m ne peut pas rêver raisonnablement d'entrer en finale. Elle n'est pas encore prête à imiter Kim Gevaert, la double médaillée belge aux Mondiaux indoor dans le sprint court.