Selon Doyle, la combinaison de 20 compléments alimentaires et les injections fournies par Xuereb seraient responsables du contrôle positif. Parmi les substances figuraient des vitamines C et D et l'antidouleur Aleve mais aussi des produits comme de l'Actovegin, produit utilisé par Lance Armstrong et son équipe à base de sang de veau et censé améliorer l'endurance.

"Nous essayons de savoir ce qui s'est passé, et il nous est apparu clairement vers où nous devons chercher", a précisé Doyle au quotidien new yorkais. "Il leur a donné beaucoup de choses différentes, et nous ne savons pas laquelle a provoqué le contrôle positif."

L'Oxilofrine, détecté et responsable du cas positif, n'est pas mentionné par Xuereb qui a fourni la liste des produit fournis à Powell et aussi à Sherone Simpson, également contrôlée positive.

Les accusations de Doyle font suite à la descente de la police italienne lundi dans l'hôtel de Lignano Sabbiadoro où logeaient Xuereb et les sprinters jamaïcains. La police a saisi les produits qui seront analysés afin de savoir si ces produits sont autorisés ou non. Les autorités locales ont ouvert une enquête.

Sebastian Coe: "l'IAAF doit maintenir sa ligne dure"

La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) doit maintenir sa "ligne dure" et ne pas "relâcher ses efforts", a estimé son vice-président, le Britannique Sebastian Coe, au lendemain des révélations de dopage touchant notamment les vedettes du 100 mètres Tyson Gay et Asafa Powell.

"Pour moi, la chose la plus importante est que le système de contrôle fonctionne et pour le bien des athlètes propres, il est très important que nous ne relâchions pas nos efforts", a déclaré Sebastian Coe, également président du Comité olympique britannique. "Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cette guerre. Il est important que les athlètes sachent que s'ils veulent se risquer à tricher, ils se feront prendre", a-t-il poursuivi.

L'athlétisme a été ébranlé dimanche à moins d'un mois des Mondiaux de Moscou (10-18 août) par l'annonce des contrôles positifs de l'Américain Tyson Gay et du Jamaïcain Asafa Powell, respectivement deuxième et quatrième performeurs mondiaux de l'histoire sur 100 mètres. Powell fait partie d'un groupe de cinq Jamaïcains positifs, avec également sa camarade d'entraînement Sherone Simpson.

"Bien sûr, nous préférerions ne pas nous retrouver en première page comme nous l'avons fait aujourd'hui (lundi) mais nous avons adopté une ligne dure sur le dopage et nous allons la maintenir", a poursuivi Sebastian Coe. "Nous attendons toujours les échantillons B et en tant que vice-président de l'IAAF, il est très important que cette procédure soit menée proprement pour comprendre vraiment ce à quoi nous avons à faire."

Selon Doyle, la combinaison de 20 compléments alimentaires et les injections fournies par Xuereb seraient responsables du contrôle positif. Parmi les substances figuraient des vitamines C et D et l'antidouleur Aleve mais aussi des produits comme de l'Actovegin, produit utilisé par Lance Armstrong et son équipe à base de sang de veau et censé améliorer l'endurance. "Nous essayons de savoir ce qui s'est passé, et il nous est apparu clairement vers où nous devons chercher", a précisé Doyle au quotidien new yorkais. "Il leur a donné beaucoup de choses différentes, et nous ne savons pas laquelle a provoqué le contrôle positif." L'Oxilofrine, détecté et responsable du cas positif, n'est pas mentionné par Xuereb qui a fourni la liste des produit fournis à Powell et aussi à Sherone Simpson, également contrôlée positive. Les accusations de Doyle font suite à la descente de la police italienne lundi dans l'hôtel de Lignano Sabbiadoro où logeaient Xuereb et les sprinters jamaïcains. La police a saisi les produits qui seront analysés afin de savoir si ces produits sont autorisés ou non. Les autorités locales ont ouvert une enquête. Sebastian Coe: "l'IAAF doit maintenir sa ligne dure" La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) doit maintenir sa "ligne dure" et ne pas "relâcher ses efforts", a estimé son vice-président, le Britannique Sebastian Coe, au lendemain des révélations de dopage touchant notamment les vedettes du 100 mètres Tyson Gay et Asafa Powell. "Pour moi, la chose la plus importante est que le système de contrôle fonctionne et pour le bien des athlètes propres, il est très important que nous ne relâchions pas nos efforts", a déclaré Sebastian Coe, également président du Comité olympique britannique. "Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cette guerre. Il est important que les athlètes sachent que s'ils veulent se risquer à tricher, ils se feront prendre", a-t-il poursuivi. L'athlétisme a été ébranlé dimanche à moins d'un mois des Mondiaux de Moscou (10-18 août) par l'annonce des contrôles positifs de l'Américain Tyson Gay et du Jamaïcain Asafa Powell, respectivement deuxième et quatrième performeurs mondiaux de l'histoire sur 100 mètres. Powell fait partie d'un groupe de cinq Jamaïcains positifs, avec également sa camarade d'entraînement Sherone Simpson. "Bien sûr, nous préférerions ne pas nous retrouver en première page comme nous l'avons fait aujourd'hui (lundi) mais nous avons adopté une ligne dure sur le dopage et nous allons la maintenir", a poursuivi Sebastian Coe. "Nous attendons toujours les échantillons B et en tant que vice-président de l'IAAF, il est très important que cette procédure soit menée proprement pour comprendre vraiment ce à quoi nous avons à faire."