Quelque 1.269 contrôles seront menés dans les semaines précédant la quinzaine olympique, soit plus de 400 de plus qu'en 2010, pour un total de 2453 contrôles prévus avant et pendant les Jeux, a-t-il précisé. "Nous devons être plus rusés et sévères dans notre lutte contre le dopage que lors des précédents Jeux Olympiques d'hiver", a déclaré Thomas Bach, lors de la 4e Conférence mondiale sur le dopage dans le sport à Johannesburg.

Selon le patron du CIO, le programme antidopage des Jeux va coûter "des millions de dollars", mais c'est "un investissement pour l'avenir du sport". L'Allemand, pour qui Sotchi sera ses premiers Jeux en tant que président du CIO, a plaidé pour des sanctions plus sévères pour les athlètes convaincus de dopage: "Ce dont nous avons besoin, c'est d'un système le plus dissuasif possible".

L'ancien escrimeur a déclaré qu'il était partisan d'une suspension à vie même pour la première violation antidopage avant de comprendre que de telles sanctions étaient impossibles. Aussi, il a pressé les délégués d'entériner cette semaine le Code mondial antidopage 2015, qui prévoit de doubler à quatre ans la durée de suspension pour les athlètes reconnus coupables de dopage intentionnel, contre deux ans, le tarif habituel jusqu'à présent.

Le passage à quatre ans de suspension aura pour effet d'écarter de fait les sportifs convaincus de dopage de l'édition suivante des jeux Olympiques.

Quelque 1.269 contrôles seront menés dans les semaines précédant la quinzaine olympique, soit plus de 400 de plus qu'en 2010, pour un total de 2453 contrôles prévus avant et pendant les Jeux, a-t-il précisé. "Nous devons être plus rusés et sévères dans notre lutte contre le dopage que lors des précédents Jeux Olympiques d'hiver", a déclaré Thomas Bach, lors de la 4e Conférence mondiale sur le dopage dans le sport à Johannesburg. Selon le patron du CIO, le programme antidopage des Jeux va coûter "des millions de dollars", mais c'est "un investissement pour l'avenir du sport". L'Allemand, pour qui Sotchi sera ses premiers Jeux en tant que président du CIO, a plaidé pour des sanctions plus sévères pour les athlètes convaincus de dopage: "Ce dont nous avons besoin, c'est d'un système le plus dissuasif possible". L'ancien escrimeur a déclaré qu'il était partisan d'une suspension à vie même pour la première violation antidopage avant de comprendre que de telles sanctions étaient impossibles. Aussi, il a pressé les délégués d'entériner cette semaine le Code mondial antidopage 2015, qui prévoit de doubler à quatre ans la durée de suspension pour les athlètes reconnus coupables de dopage intentionnel, contre deux ans, le tarif habituel jusqu'à présent. Le passage à quatre ans de suspension aura pour effet d'écarter de fait les sportifs convaincus de dopage de l'édition suivante des jeux Olympiques.