Retombée au 21e rang mondial, la médaillée de bronze aux jeux olympiques de Londres était engagée dans la catégorie des moins de 48 kg qui réunissait les trois meilleures mondiales et 8 judokas du Top-14. Après avoir éliminée la championne du monde la Japonaise Kondo, Van Snick s'est imposée en finale que contre la Mongole Urantsetseg Munkhbat, l'actuelle N°1 mondiale.

Charline Van Snick a d'abord repoussé en finale une tentative d'immobilisation en début de combat avant de voir son adversaire, vice-championne du monde en titre, et championne du monde il y a deux ans, écoper d'une pénalité à 40 secondes du terme. Dans les derniers secondes du combat, Charline Van Snick entamait même une clé de bras. La Liégeoise s'offrait ainsi une brillante victoire.

Après un succès difficile (sur penalité au golden score) contre la jeune Sud-Coréenne Kang Yujeong (IJF 163), Charline Van Snick, retombée au 21e rang mondial, après son absence d'une année des tatamis, devait rencontrer la championne du monde la Japonaise Ami Kondo (IJF 3). La néo-Parisienne a réussi à surprendre celle-ci pour accrocher une superbe victoire sur ippon en fin de combat. L'Italienne Valentina Moscatt (IJF 12), en finale de la poule D, concédait aussi un ippon ouvrant la voie des demi-finales à notre représentante.

Van Snick y affrontait la Roumaine Monica Ungureanu (IJF 13) qui l'avait battue en demi-finale à Moscou en 2013 et au même stade de la compétition à Zagreb l'an dernier lors de son retour à la compétition après une année perdue à cause de la sombre histoire de contrôle positif à la cocaïne dont elle fut victime lors des Mondiaux de Rio.

Notre compatriote y a signé un nouveau succès (waza ari) afin d'avoir le droit d'y défier la N.1 mondiale qui restait sur deux succès contre elle à Qingdao en 2010 et à Moscou en 2011.

Retombée au 21e rang mondial, la médaillée de bronze aux jeux olympiques de Londres était engagée dans la catégorie des moins de 48 kg qui réunissait les trois meilleures mondiales et 8 judokas du Top-14. Après avoir éliminée la championne du monde la Japonaise Kondo, Van Snick s'est imposée en finale que contre la Mongole Urantsetseg Munkhbat, l'actuelle N°1 mondiale. Charline Van Snick a d'abord repoussé en finale une tentative d'immobilisation en début de combat avant de voir son adversaire, vice-championne du monde en titre, et championne du monde il y a deux ans, écoper d'une pénalité à 40 secondes du terme. Dans les derniers secondes du combat, Charline Van Snick entamait même une clé de bras. La Liégeoise s'offrait ainsi une brillante victoire. Après un succès difficile (sur penalité au golden score) contre la jeune Sud-Coréenne Kang Yujeong (IJF 163), Charline Van Snick, retombée au 21e rang mondial, après son absence d'une année des tatamis, devait rencontrer la championne du monde la Japonaise Ami Kondo (IJF 3). La néo-Parisienne a réussi à surprendre celle-ci pour accrocher une superbe victoire sur ippon en fin de combat. L'Italienne Valentina Moscatt (IJF 12), en finale de la poule D, concédait aussi un ippon ouvrant la voie des demi-finales à notre représentante. Van Snick y affrontait la Roumaine Monica Ungureanu (IJF 13) qui l'avait battue en demi-finale à Moscou en 2013 et au même stade de la compétition à Zagreb l'an dernier lors de son retour à la compétition après une année perdue à cause de la sombre histoire de contrôle positif à la cocaïne dont elle fut victime lors des Mondiaux de Rio.Notre compatriote y a signé un nouveau succès (waza ari) afin d'avoir le droit d'y défier la N.1 mondiale qui restait sur deux succès contre elle à Qingdao en 2010 et à Moscou en 2011.