Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a mis en garde les deux commentateurs sportifs de France Télévisons pour les propos tenus durant les épreuves des Jeux olympiques. "Les propos tenus par ces commentateurs, par leur teneur et leur caractère graveleux portant en particulier sur l'aspect physique de sportives, étaient extrêmement déplacés et que certains d'entre eux étaient même de nature à refléter des préjugés sexistes. Face aux réactions suscitées par ces propos, le Conseil a relevé, en le regrettant vivement, que la direction responsable des sports s'en était tenue à une attitude de dénégation."

La mise en garde est le premier niveau d'avertissement du CSA, avant la mise en demeure. Dans de très rares cas, le CSA peut aussi imposer des sanctions telles que des excuses publiques ou des amendes.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a mis en garde les deux commentateurs sportifs de France Télévisons pour les propos tenus durant les épreuves des Jeux olympiques. "Les propos tenus par ces commentateurs, par leur teneur et leur caractère graveleux portant en particulier sur l'aspect physique de sportives, étaient extrêmement déplacés et que certains d'entre eux étaient même de nature à refléter des préjugés sexistes. Face aux réactions suscitées par ces propos, le Conseil a relevé, en le regrettant vivement, que la direction responsable des sports s'en était tenue à une attitude de dénégation." La mise en garde est le premier niveau d'avertissement du CSA, avant la mise en demeure. Dans de très rares cas, le CSA peut aussi imposer des sanctions telles que des excuses publiques ou des amendes.