Angleterre - pays de Galles 23-19

L'Angleterre peine à convaincre dans ce tournoi, même contre des Gallois pourtant pas plus en verve depuis le début des hostilités. Mais le XV de la Rose a quand même réussi à venir à bout de celui du Poireau en imposant sa puissance. Le pack anglais fut en effet déterminant dans cette victoire des hommes d'Eddie Jones, plus en difficulté au niveau de la créativité.

La première mi-temps, pauvre d'un point de vue technique fut par contre très engagée sur le plan athlétique. Les Gallois manquaient, comme lors de leurs deux premiers duels, de discipline et se faisaient sanctionnés à sept reprises au cours des 40 premières minutes. L'ouvreur Marcus Smith, nouvelle idole de Twickenham, convertissait ses quatre pénalités pour permettre aux Anglais de mener 12-0 au repos. Un score cependant flatteur pour des Gallois complètement dominés territorialement et qui pouvaient s'estimer heureux de ne pas avoir concédé d'essai.

La pause va remettre de l'ordre dans les têtes du XV du Poireau, même si les Anglais inscrivent un essai trois minutes après la reprise via le troisième-ligne Alex Dombrandt suite à une touche.

Le pays de Galles redresse alors la tête et part à l'abordage de la moitié de terrain anglaise. Les hommes de Wayne Pivac multiplient les actions au large et finissent par inscrire leur premier essai à la 54e via Josh Adams en bout de ligne. Il ne sera cependant pas transformé par Dan Biggar.

Revigorés, les Gallois continuent sur leur lancée et marquent un second essai par l'entremise de Nick Tompkins juste après l'heure de jeu. Le capitaine Biggar le transforme cette fois et permet au XV du Poireau de revenir à cinq unités de leur hôte du jour. La partie est totalement relancée.

Mais c'était sans compter sur la précision du pied de Marcus Smith qui va transformer une pénalité longue portée à douze minutes de la fin avant d'en marquer une seconde quatre minutes plus tard. Les Anglais pensaient pouvoir enfin souffler, mais ce ne sera qu'une illusion. Le pays de Galles se lançait alors dans un dernier raid courageux qui leur permis d'inscrire un dernier essai à la 80e grâce à Kieran Hardy. Il sera converti par Biggar mais c'était déjà trop tard, l'écart étant déjà de quatre points... Les Anglais devront en tout cas se montrer plus convaincants s'ils veulent espérer faire tomber le voisin insulaire irlandais lors de la prochaine journée. Tous les adversaires ne sont pas aussi indisciplinés que le pays de Galles ce samedi.

Après avoir été amorphes en première mi-temps, les Gallois ont réagi avec trois essais en seconde période. Mais ce n'était pas suffisant vu le trop grand nombre de pénalités concédées par le XV du Poireau., belga
Après avoir été amorphes en première mi-temps, les Gallois ont réagi avec trois essais en seconde période. Mais ce n'était pas suffisant vu le trop grand nombre de pénalités concédées par le XV du Poireau. © belga

Le joueur du match : Marcus Smith

Pour la troisième fois, c'est le remplaçant d'Owen Farrell qui a à nouveau porté son pays à bout de bras. Peu inspirés, les Anglais ont dû s'appuyer sur leur pack pour forcer des pénalités et compter sur la précision au pied de leur nouveau demi d'ouverture vedette. Marcus Smith a converti six des huits tentatives de pénalités qu'il a reçues ce samedi. Un pourcentage de 75% de réussite qui montre l'importance déjà énorme que l'ouvreur des Harlequins né à Manille a pris dans le XV de la Rose au cours de ce tournoi. Après tout, n'est-il pas normal qu'un homme qui a vu le jour un 14 février ait conquis rapidement le coeur d'un public aussi fervent que celui de Twickenham ?

Ecosse - France 17-36

L'Ecosse est rarement un déplacement apprécié par le XV de France qui a souvent éprouvé de grosses difficultés par le passé. Mais grâce à un début de match tonitruant, les hommes de Fabien Galthié se sont facilités les choses. Le XV de France en a pris l'habitude ces derniers temps comme il l'avait déjà fait contre la Nouvelle-Zélande et l'Irlande. Antoine Dupont, le meilleur joueur du monde qui n'était pas spécialement en verve lors des deux premiers matches, va sortir de sa coquille avec un coup d'éclat magistral qui va amener l'essai inaugural tout en "french flair" de Paul Willemse dès la 9e minute. "L'un des plus grands essais du Six Nations", selon Rugby Pass. Quelques minutes après cette pépite, Yoram Moefana perforait la ligne écossaise pour permettre aux Bleus de doubler la mise, là aussi tout en maîtrise et en talent.

Malgré cela, la France a quand même bénéficié d'un peu de réussite comme le soulignait le sélectionneur Fabien Galthié en conférence de presse. . "Il y a eu des moments clés dans ce match. Cette contre-attaque dans la difficulté en fin de première mi-temps avec cet en-avant. Derrière, on marque dans les arrêts de jeu de la première période. C'était important."

En effet, une pénalité de Finn Russell et un essai transformé du talentueux troisième ligne Rory Darge avaient permis aux locaux de recoller à deux points de Français qui avaient connu un petit passage à vide. Mais la 38e minute va changer définitivement le cours du match. Duhan Van Der Merwe initiait une relance depuis ses 22 mètres et transperçait le premier rideau défensif français. En bout de course, il parvenait à croiser avec Chris Harris, qui se retrouvait en excellente position dans les 22 mètres du XV de France. Malgré plusieurs solutions à sa portée, le centre écossais tentait une passe sautée vers Stuart Hogg. Le ballon arrivait un mètre devant l'arrière écossais qui ne pouvait pas s'en emparer correctement et commettait un en-avant évitable alors qu'aucun défenseur français n'était dans les parages. Ce gros gâchis, qui aurait changé la physionomie de ce duel, va couper les bras et les jambes des pensionnaires de Murrayfield.

Juste avant que la mi-temps soit sifflée, Gaël Fickou plantait le troisième essai français transformé par Jaminet. Au lieu d'être menés, les Bleus rentraient aux vestiaires avec neuf points d'avance.

Le repos ne va relancer les Ecossais qui encaissent un quatrième essai français des oeuvres du 3/4 Jonathan Danty, bien aidé par un rebond plutôt favorable.

Plus rien désormais ne pouvait empêcher les leaders actuels de ce Six nations de filer vers la victoire. Damien Penaud, décidément inspiré depuis le début de la compétition, plantait encore deux essais aux 59e et 74e minutes. Duhan Van Der Merwe plantera un essai de l'honneur pour une Ecosse qui au final pourra nourrir des regrets, tout en se disant, que cette fois, l'armada française était probablement tout simplement meilleure.

La France profite d'ailleurs de ce succès convaincant pour conforter sa place en tête du tournoi et rester en lice pour la quête d'un Grand Chelem. Elle en profite pour aussi pour retrouver le podium du classement mondial en dépassant l'Angleterre. Seules l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande sont désormais devant l'Hexagone.

Antoine Dupont a fait parler sa classe sur le premier essai des Bleus à Murrayfield., belga
Antoine Dupont a fait parler sa classe sur le premier essai des Bleus à Murrayfield. © belga

L'homme du match :Antoine Dupont

Après deux sorties relativement discrètes, Antoine Dupont a rappelé à Murrayfield pourquoi il avait été sacré meilleur joueur du monde en 2021. L'ouvreur y est allé d'une percée magistrale sur le premier essai de Willemse. Dupont a été capable de magnifier un ballon pourtant pas évident au départ de cette action. On soulignera aussi son impact physique dans le jeu, illustré par un tampon sur Ali Price peu avant la pause. Impliqué dans tous les compartements du jeu, l'ouvreur a livré un véritable récital. Il monte en puissance en vue des prochaines échéances et la France ne peut que s'en réjouir.

Irlande - Italie 57-6

L'Irlande peut toujours rêver de remporter le tournoi avec cinq victoires, mais elle n'a plus son sort entre les mains depuis sa défaite au stade de France lors de la deuxième journée. Les Verts ont profité de la réception de l'Italie pour soigner leur différence de points, bien aidés par des transalpins qui ont écopé d'un carton rouge très tôt dans la rencontre. L'arbitre géorgien du match sanctionnait le talonneur Hame Faiva à la 19e minute de jeu pour un plaquage dangereux sur le première ligne Dan Sheehan. Faiva avait remplacé Lucchesi dix minutes plus tôt.

Cette carte a même réduit les effectifs italiens à treize en raison d'un point de règlement que nous allons vous expliquer. Pour disputer les mêlées, même quand elles sont simulées, le règlement oblige une équipe à aligner trois joueurs de première ligne. La Squadra n'ayant plus de talonneurs disponibles, elle a été contrainte de terminer le match à 13 car la règle de la carence stipule que, sur la première mêlée suivant le carton rouge, le capitaine doit sortir un joueur de champ, en plus du joueur expulsé. Ce sera finalement l'ailier Bruno.

Avant cet épisode, la lanterne rouge du tournoi accusait déjà un essai de retard. Le demi d'ouverture Joey Carbery avait donné le ton dès la 4e minute en inscrivant le premier des neuf essais du XV du Trèfle. La récolte aurait pu être plus importante si les locaux ne s'étaient pas compliqués la vie sur certaines phases offensives. Jamison Gibson-Park, le demi de mêlée (21e) plantait le deuxième essai juste après le renvoi aux vestiaires de Faiva. Michael Lowry et le capitaine Peter O'Mahony inscrivaient les troisième et quatrième essais irlandais qui leur permettaient de rentrer aux vestiaires avec 18 unités d'avance puisque les Italiens avaient converti deux pénalités.

La deuxième mi-temps sera forcément à sens unique vu l'infériorité numérique des visiteurs. Les Verts marqueront cinq autres essais grâce à un doublé de James Lowe (52e et 76e) et au deuxième essai de l'après-midi de Lowry (59e). Ryan Baird (69e) et le réserviste Kieran Triedwell à la dernière minute iront aussi déposer le ballon oval derrière la ligne d'en-but.

A noter que le capitaine et demi d'ouverture Jonathan Sexton faisait son retour dans l'équipe après son absence pour blessure contre la France. Il a transformé quatre essais en guise d'échauffement et de réglage de sa mire en vue du choc contre l'Angleterre où il fera beaucoup de bien à ses couleurs. Car pour espérer remporter le tournoi et avant de tabler sur un faux pas français, les Irlandais doivent d'abord se montrer irréprochables.

L'arrière Michael Lowry a marqué deux essais contre l'Italie., belga
L'arrière Michael Lowry a marqué deux essais contre l'Italie. © belga

L'homme du match: Michael Lowry

L'arrière irlandais a été un danger permanent pour des Italiens complètement déboussolés par leur réduction à treize après seulement 20 minutes. S'il aurait pu encore faire de meilleurs choix pour amener d'autres essais, il en a marqué deux et sera sans doute l'un des hommes à suivre du XV au Trèfle contre l'Angleterre.

L'Angleterre peine à convaincre dans ce tournoi, même contre des Gallois pourtant pas plus en verve depuis le début des hostilités. Mais le XV de la Rose a quand même réussi à venir à bout de celui du Poireau en imposant sa puissance. Le pack anglais fut en effet déterminant dans cette victoire des hommes d'Eddie Jones, plus en difficulté au niveau de la créativité. La première mi-temps, pauvre d'un point de vue technique fut par contre très engagée sur le plan athlétique. Les Gallois manquaient, comme lors de leurs deux premiers duels, de discipline et se faisaient sanctionnés à sept reprises au cours des 40 premières minutes. L'ouvreur Marcus Smith, nouvelle idole de Twickenham, convertissait ses quatre pénalités pour permettre aux Anglais de mener 12-0 au repos. Un score cependant flatteur pour des Gallois complètement dominés territorialement et qui pouvaient s'estimer heureux de ne pas avoir concédé d'essai. La pause va remettre de l'ordre dans les têtes du XV du Poireau, même si les Anglais inscrivent un essai trois minutes après la reprise via le troisième-ligne Alex Dombrandt suite à une touche.Le pays de Galles redresse alors la tête et part à l'abordage de la moitié de terrain anglaise. Les hommes de Wayne Pivac multiplient les actions au large et finissent par inscrire leur premier essai à la 54e via Josh Adams en bout de ligne. Il ne sera cependant pas transformé par Dan Biggar.Revigorés, les Gallois continuent sur leur lancée et marquent un second essai par l'entremise de Nick Tompkins juste après l'heure de jeu. Le capitaine Biggar le transforme cette fois et permet au XV du Poireau de revenir à cinq unités de leur hôte du jour. La partie est totalement relancée. Mais c'était sans compter sur la précision du pied de Marcus Smith qui va transformer une pénalité longue portée à douze minutes de la fin avant d'en marquer une seconde quatre minutes plus tard. Les Anglais pensaient pouvoir enfin souffler, mais ce ne sera qu'une illusion. Le pays de Galles se lançait alors dans un dernier raid courageux qui leur permis d'inscrire un dernier essai à la 80e grâce à Kieran Hardy. Il sera converti par Biggar mais c'était déjà trop tard, l'écart étant déjà de quatre points... Les Anglais devront en tout cas se montrer plus convaincants s'ils veulent espérer faire tomber le voisin insulaire irlandais lors de la prochaine journée. Tous les adversaires ne sont pas aussi indisciplinés que le pays de Galles ce samedi.L'Ecosse est rarement un déplacement apprécié par le XV de France qui a souvent éprouvé de grosses difficultés par le passé. Mais grâce à un début de match tonitruant, les hommes de Fabien Galthié se sont facilités les choses. Le XV de France en a pris l'habitude ces derniers temps comme il l'avait déjà fait contre la Nouvelle-Zélande et l'Irlande. Antoine Dupont, le meilleur joueur du monde qui n'était pas spécialement en verve lors des deux premiers matches, va sortir de sa coquille avec un coup d'éclat magistral qui va amener l'essai inaugural tout en "french flair" de Paul Willemse dès la 9e minute. "L'un des plus grands essais du Six Nations", selon Rugby Pass. Quelques minutes après cette pépite, Yoram Moefana perforait la ligne écossaise pour permettre aux Bleus de doubler la mise, là aussi tout en maîtrise et en talent.Malgré cela, la France a quand même bénéficié d'un peu de réussite comme le soulignait le sélectionneur Fabien Galthié en conférence de presse. . "Il y a eu des moments clés dans ce match. Cette contre-attaque dans la difficulté en fin de première mi-temps avec cet en-avant. Derrière, on marque dans les arrêts de jeu de la première période. C'était important." En effet, une pénalité de Finn Russell et un essai transformé du talentueux troisième ligne Rory Darge avaient permis aux locaux de recoller à deux points de Français qui avaient connu un petit passage à vide. Mais la 38e minute va changer définitivement le cours du match. Duhan Van Der Merwe initiait une relance depuis ses 22 mètres et transperçait le premier rideau défensif français. En bout de course, il parvenait à croiser avec Chris Harris, qui se retrouvait en excellente position dans les 22 mètres du XV de France. Malgré plusieurs solutions à sa portée, le centre écossais tentait une passe sautée vers Stuart Hogg. Le ballon arrivait un mètre devant l'arrière écossais qui ne pouvait pas s'en emparer correctement et commettait un en-avant évitable alors qu'aucun défenseur français n'était dans les parages. Ce gros gâchis, qui aurait changé la physionomie de ce duel, va couper les bras et les jambes des pensionnaires de Murrayfield.Juste avant que la mi-temps soit sifflée, Gaël Fickou plantait le troisième essai français transformé par Jaminet. Au lieu d'être menés, les Bleus rentraient aux vestiaires avec neuf points d'avance.Le repos ne va relancer les Ecossais qui encaissent un quatrième essai français des oeuvres du 3/4 Jonathan Danty, bien aidé par un rebond plutôt favorable. Plus rien désormais ne pouvait empêcher les leaders actuels de ce Six nations de filer vers la victoire. Damien Penaud, décidément inspiré depuis le début de la compétition, plantait encore deux essais aux 59e et 74e minutes. Duhan Van Der Merwe plantera un essai de l'honneur pour une Ecosse qui au final pourra nourrir des regrets, tout en se disant, que cette fois, l'armada française était probablement tout simplement meilleure.La France profite d'ailleurs de ce succès convaincant pour conforter sa place en tête du tournoi et rester en lice pour la quête d'un Grand Chelem. Elle en profite pour aussi pour retrouver le podium du classement mondial en dépassant l'Angleterre. Seules l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande sont désormais devant l'Hexagone.L'Irlande peut toujours rêver de remporter le tournoi avec cinq victoires, mais elle n'a plus son sort entre les mains depuis sa défaite au stade de France lors de la deuxième journée. Les Verts ont profité de la réception de l'Italie pour soigner leur différence de points, bien aidés par des transalpins qui ont écopé d'un carton rouge très tôt dans la rencontre. L'arbitre géorgien du match sanctionnait le talonneur Hame Faiva à la 19e minute de jeu pour un plaquage dangereux sur le première ligne Dan Sheehan. Faiva avait remplacé Lucchesi dix minutes plus tôt. Cette carte a même réduit les effectifs italiens à treize en raison d'un point de règlement que nous allons vous expliquer. Pour disputer les mêlées, même quand elles sont simulées, le règlement oblige une équipe à aligner trois joueurs de première ligne. La Squadra n'ayant plus de talonneurs disponibles, elle a été contrainte de terminer le match à 13 car la règle de la carence stipule que, sur la première mêlée suivant le carton rouge, le capitaine doit sortir un joueur de champ, en plus du joueur expulsé. Ce sera finalement l'ailier Bruno.Avant cet épisode, la lanterne rouge du tournoi accusait déjà un essai de retard. Le demi d'ouverture Joey Carbery avait donné le ton dès la 4e minute en inscrivant le premier des neuf essais du XV du Trèfle. La récolte aurait pu être plus importante si les locaux ne s'étaient pas compliqués la vie sur certaines phases offensives. Jamison Gibson-Park, le demi de mêlée (21e) plantait le deuxième essai juste après le renvoi aux vestiaires de Faiva. Michael Lowry et le capitaine Peter O'Mahony inscrivaient les troisième et quatrième essais irlandais qui leur permettaient de rentrer aux vestiaires avec 18 unités d'avance puisque les Italiens avaient converti deux pénalités.La deuxième mi-temps sera forcément à sens unique vu l'infériorité numérique des visiteurs. Les Verts marqueront cinq autres essais grâce à un doublé de James Lowe (52e et 76e) et au deuxième essai de l'après-midi de Lowry (59e). Ryan Baird (69e) et le réserviste Kieran Triedwell à la dernière minute iront aussi déposer le ballon oval derrière la ligne d'en-but. A noter que le capitaine et demi d'ouverture Jonathan Sexton faisait son retour dans l'équipe après son absence pour blessure contre la France. Il a transformé quatre essais en guise d'échauffement et de réglage de sa mire en vue du choc contre l'Angleterre où il fera beaucoup de bien à ses couleurs. Car pour espérer remporter le tournoi et avant de tabler sur un faux pas français, les Irlandais doivent d'abord se montrer irréprochables.