Ce vendredi 6 mai, Emma Meesseman (28 ans) entame une nouvelle saison en WNBA, au Chicago Sky cette fois. La basketteuse yproise revient à la compétition qui lui a permis de se développer humainement et sportivement depuis 2013. Malgré son succès, elle n'a rien perdu de son réalisme ni de sa modestie au fil des années.

"En se dirigeant vers la salle des fêtes, Emma m'a brusquement saisi le bras. Je lui ai dit: - I'm so happy for you! Elle a souri puis a enchaîné sur mon nouvel emploi. - Félicitations, parle-moi donc de ton équipe. (DuDonis avait obtenu le poste d'entraîneur de l'université du Wisconsin-Rivers quelques semaines plus tôt, ndlr.) Emma venait de remporter son premier titre WNBA, elle avait été élue MVP, mais elle voulait parler de moi. J'ai tenté d'infléchir la conversation mais elle n'a cessé de me demander des précisions. Elle est ainsi faite. C'est une femme fantastique, qui s'intéresse vraiment aux autres. Je suis extrêmement heureux que nos chemins se soient croisés. Emma, merci pour tout. Merci d'être aussi authentiquement toi-même."

L'anecdote en dit long sur la modestie de la joueuse. Elle insiste souvent sur cet aspect. Ainsi, en septembre dernier, dans la vidéo de promotion de son sponsor, Nike, elle parlait de ses racines, soulignant qu'elle resterait toujours "

Emma from Ypres". C'est ce dont elle est la plus fière, bien plus encore que de ses prestations sportives. "Ici, les gens connaissent mon véritable moi. Pas l'Emma qui évolue en Russie ou aux USA. Pas Emma la MVP. Pour eux, je suis tout simplement Emma. Je serais honteuse si quelqu'un disait que je me comporte en vedette au gros cou. Je détesterais ça! J'ai toujours voulu éviter ça."

Découvrez notre portrait complet d'Emma Meesseman dans notre nouveau numéro mensuel de Sport/Foot Magazine qui paraît ce 6 maiou dans notre zone +

Ce vendredi 6 mai, Emma Meesseman (28 ans) entame une nouvelle saison en WNBA, au Chicago Sky cette fois. La basketteuse yproise revient à la compétition qui lui a permis de se développer humainement et sportivement depuis 2013. Malgré son succès, elle n'a rien perdu de son réalisme ni de sa modestie au fil des années. "En se dirigeant vers la salle des fêtes, Emma m'a brusquement saisi le bras. Je lui ai dit: - I'm so happy for you! Elle a souri puis a enchaîné sur mon nouvel emploi. - Félicitations, parle-moi donc de ton équipe. (DuDonis avait obtenu le poste d'entraîneur de l'université du Wisconsin-Rivers quelques semaines plus tôt, ndlr.) Emma venait de remporter son premier titre WNBA, elle avait été élue MVP, mais elle voulait parler de moi. J'ai tenté d'infléchir la conversation mais elle n'a cessé de me demander des précisions. Elle est ainsi faite. C'est une femme fantastique, qui s'intéresse vraiment aux autres. Je suis extrêmement heureux que nos chemins se soient croisés. Emma, merci pour tout. Merci d'être aussi authentiquement toi-même." L'anecdote en dit long sur la modestie de la joueuse. Elle insiste souvent sur cet aspect. Ainsi, en septembre dernier, dans la vidéo de promotion de son sponsor, Nike, elle parlait de ses racines, soulignant qu'elle resterait toujours " Emma from Ypres". C'est ce dont elle est la plus fière, bien plus encore que de ses prestations sportives. "Ici, les gens connaissent mon véritable moi. Pas l'Emma qui évolue en Russie ou aux USA. Pas Emma la MVP. Pour eux, je suis tout simplement Emma. Je serais honteuse si quelqu'un disait que je me comporte en vedette au gros cou. Je détesterais ça! J'ai toujours voulu éviter ça." Découvrez notre portrait complet d'Emma Meesseman dans notre nouveau numéro mensuel de Sport/Foot Magazine qui paraît ce 6 maiou dans notre zone +