"Ca semblerait assez naturel de sa part (de monter sur 400 m), et cela permettrait d'attirer l'attention sur cette distance", a remarqué James, 20 ans, dans le cadre des festivités du centenaire de la Fédération internationale (IAAF).

Pour sa part, l'étudiant de l'université d'Alabama envisage de s'adonner plus souvent au 200 m, histoire d'améliorer sa vitesse de base, mais sans ambition face aux ogres jamaïcains Bolt et Yohan Blake.

Quant au record du monde du 400 m, propriété depuis 1999 de l'Américain Michael Johnson (43.18), James n'est pas pressé. "C'est quelque chose que je n'ai pas particulièrement en tête. Mon objectif, lors de chaque grande manifestation, c'est d'aller toujours plus vite. Sur cette voie, logiquement, je devrais m'en rapprocher peu à peu", a-t-il estimé.

Le record personnel de James sur 400 m est de 43.94 secondes, en finale des Jeux de Londres.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Ca semblerait assez naturel de sa part (de monter sur 400 m), et cela permettrait d'attirer l'attention sur cette distance", a remarqué James, 20 ans, dans le cadre des festivités du centenaire de la Fédération internationale (IAAF). Pour sa part, l'étudiant de l'université d'Alabama envisage de s'adonner plus souvent au 200 m, histoire d'améliorer sa vitesse de base, mais sans ambition face aux ogres jamaïcains Bolt et Yohan Blake. Quant au record du monde du 400 m, propriété depuis 1999 de l'Américain Michael Johnson (43.18), James n'est pas pressé. "C'est quelque chose que je n'ai pas particulièrement en tête. Mon objectif, lors de chaque grande manifestation, c'est d'aller toujours plus vite. Sur cette voie, logiquement, je devrais m'en rapprocher peu à peu", a-t-il estimé. Le record personnel de James sur 400 m est de 43.94 secondes, en finale des Jeux de Londres. Sportfootmagazine.be, avec Belga