Izzat Artykov a indiqué vendredi qu'il soupçonne le Français Bernardin Kingue Matam, 8e de la compétition, d'avoir introduit des produits dopants dans sa boisson ou sa nourriture.

"Je vais bien sûr faire appel de la décision de me retirer ma médaille de bronze. C'est injuste", a-t-il expliqué à l'AFP. "Je soupçonne l'haltérophile français d'avoir ajouté des produits dopants à ma boisson ou ma nourriture. Tout ce tapage a commencé avec ses déclarations et ses doutes sur ma victoire".

Bernardin Kingue Matam (8e) avait en effet raconté, après le concours, qu'il fallait "attendre le résultat des contrôles antidopage", pensant "pouvoir gagner bien quatre places, parce que les cinq premiers ne sont pas 'clean'".

Testé positif à la strychnine (stimulant), Izzat Artykov est devenu le premier médaillé des JO de Rio à être exclu pour dopage. Le TAS, le tribunal arbitral du sport qui se retrouve délocalisé au Brésil à l'occasion des Jeux, avait annoncé son exclusion et le retrait de sa médaille jeudi.

Dans un communiqué, l'agence kirghize pour la Jeunesse et les Sports a annoncé que la Fédération kirghize d'haltérophilie "prépare un appel devant le Tribunal arbitral du sport" contre l'exclusion de son athlète.

Izzat Artykov a indiqué vendredi qu'il soupçonne le Français Bernardin Kingue Matam, 8e de la compétition, d'avoir introduit des produits dopants dans sa boisson ou sa nourriture."Je vais bien sûr faire appel de la décision de me retirer ma médaille de bronze. C'est injuste", a-t-il expliqué à l'AFP. "Je soupçonne l'haltérophile français d'avoir ajouté des produits dopants à ma boisson ou ma nourriture. Tout ce tapage a commencé avec ses déclarations et ses doutes sur ma victoire". Bernardin Kingue Matam (8e) avait en effet raconté, après le concours, qu'il fallait "attendre le résultat des contrôles antidopage", pensant "pouvoir gagner bien quatre places, parce que les cinq premiers ne sont pas 'clean'". Testé positif à la strychnine (stimulant), Izzat Artykov est devenu le premier médaillé des JO de Rio à être exclu pour dopage. Le TAS, le tribunal arbitral du sport qui se retrouve délocalisé au Brésil à l'occasion des Jeux, avait annoncé son exclusion et le retrait de sa médaille jeudi. Dans un communiqué, l'agence kirghize pour la Jeunesse et les Sports a annoncé que la Fédération kirghize d'haltérophilie "prépare un appel devant le Tribunal arbitral du sport" contre l'exclusion de son athlète.