C'est la quatrième fois que la Belgique accueillera les Mondiaux de gymnastique. Anvers avait déjà été le théâtre de l'événement en 1903 pour la première édition et en 2013 pour la 44e édition. En 2001, c'est Gand qui avait été désigné.

Dix ans après, Anvers et le Sportaleis accueilleront donc une nouvelle fois les gymnastes du monde entier. Près de 500 athlètes issus de 80 pays sont attendus dans la ville portuaire. Ces Mondiaux, disputés un an avant les Jeux Olympiques 2024 de Paris, seront de la plus grande importance. En effet, les derniers tickets pour l'épreuve par équipes des JO parisiens seront distribués à Anvers. A noter que la candidature anversoise a été soutenue à hauteur de 800.000 euros par les autorités flamandes et de 400.000 euros par la ville d'Anvers.

Le ministre flamand des Sports Philippe Muyters (N-VA) s'est réjoui de cette décision. "La gymnastique est un sport très populaire avec près de 130.000 membres en Flandres et nous prestons d'ailleurs à un très bon niveau sur la scène internationale. Nous avons également beaucoup investi, entre autres dans la nouvelle salle à Gand, et sommes très fiers de pouvoir accueillir ces Mondiaux à Anvers."

Cette nomination intervient alors que Nina Derwael brille au sommet de la gym mondiale. La Belge, 19 ans, est entrée dans l'histoire en devenant la première Belge à être sacrée championne d'Europe aux barres asymétriques, à Cluj en 2017, puis la première championne du monde belge, toujours aux barres asymétriques, à Doha en 2018. Au Qatar, elle avait également décroché la médaille de bronze à la poutre et la 4e place du concours général. Fin 2018, elle a d'ailleurs été récompensée de ses performances en décrochant le Trophée national du Mérite Sportif et le titre de Sportive belge de l'année.