"J'ai entendu parler de cette histoire sans la suivre de très près. Pour moi ce sont juste les règles. Je ne fais pas le règlement, mais je l'applique", a indiqué le Jamaicain, huit fois champion olympique (100 m, 200 m et 4x100 m).

Dans le monde des affaires "on ne peut pas discuter, les règles sont les règles, c'est comme ça", a-t-il indiqué en marge du lancement de sa marque de trottinettes électriques. "Lorsqu'il y a un règlement je ne le discute jamais, je m'y plie et j'avance".

Le nouveau règlement de l'IAAF, qui s'applique depuis la semaine dernière, demande à certaines athlètes nées avec une différence de développement sexuel (DSD) de faire baisser leur taux de testostérone sous le seuil de 5 nmol/L de sang par un traitement pour courir dans la catégorie féminine sur les distances allant du 400 m au mile (1.609 m).

La double championne olympique Caster Semenya avait déposé un recours contre ce règlement, mais elle a été déboutée par le Tribunal arbitral du sport (TAS) le 1er mai. L'Afrique du Sud a annoncé qu'elle allait faire appel de cette décision devant le Tribunal fédéral suisse.

"J'ai entendu parler de cette histoire sans la suivre de très près. Pour moi ce sont juste les règles. Je ne fais pas le règlement, mais je l'applique", a indiqué le Jamaicain, huit fois champion olympique (100 m, 200 m et 4x100 m). Dans le monde des affaires "on ne peut pas discuter, les règles sont les règles, c'est comme ça", a-t-il indiqué en marge du lancement de sa marque de trottinettes électriques. "Lorsqu'il y a un règlement je ne le discute jamais, je m'y plie et j'avance". Le nouveau règlement de l'IAAF, qui s'applique depuis la semaine dernière, demande à certaines athlètes nées avec une différence de développement sexuel (DSD) de faire baisser leur taux de testostérone sous le seuil de 5 nmol/L de sang par un traitement pour courir dans la catégorie féminine sur les distances allant du 400 m au mile (1.609 m). La double championne olympique Caster Semenya avait déposé un recours contre ce règlement, mais elle a été déboutée par le Tribunal arbitral du sport (TAS) le 1er mai. L'Afrique du Sud a annoncé qu'elle allait faire appel de cette décision devant le Tribunal fédéral suisse.