Il y a un peu plus d'un an, les Belges étaient rentrés de la capitale allemande nantis de trois titres (Nafi Thiam/heptathlon, Koen Naert/marathon et Tornados/4X400m masculin) et de six médailles au total, avec celles en argent (Bachir Abdi/10.000m et Kevin Borlée/400m messieurs) et celle en bronze (Jonathan Borlée/400m messieurs).

La large délégation envoyée à Doha s'explique par les onze invitations (sur 22 athlètes engagés dans des épreuves individuelles) lancées par l'IAAF. Vingt-six des 29 athlètes ont pris part aux compétitions (trois sont restés remplaçants dans les relais).

"Il faut aussi souligner qu'avec le nouveau système de ranking, il faut encourager le maximum d'athlètes à participer à ces grands championnats qui rapportent beaucoup de points qui peuvent être désormais décisifs pour les sélections futures", rappelle Frédéric Kimmlingen.

"Les athlètes ont bien presté dans l'ensemble. Les points négatifs seront discutés avec les athlètes et coachs au cours d'une analyse à tête reposée. Ce qu'il faut souligner, c'est la jeunesse de l'équipe. C'est encourageant", a estimé l'ancien lanceur néerlandais Rudger Smith, désormais manager-performance dans les lancers au sein de la Ligue flamande (VAL).

"Dans une semaine, une large évaluation sera effectuée en compagnie des coachs, afin de tirer les enseignements en vue notamment de Tokyo. En tout cas sur le plan de notre organisation interne au Qatar, tout s'est déroulé parfaitement dans une parfaite entente. Tout le monde connaissait son rôle et l'a rempli parfaitement, en particulier le staff médical très efficace bien que très sollicité du matin au soir", s'est félicité le responsable du haut niveau à la LBFA.

On se souvient des polémiques qui avaient précédé ces Mondiaux concernant les sélections des relais féminin et mixte mais aussi de certains membres de ces relais.

"Nous allons étudier tout cela et en discuter avec les coachs pour trouver les meilleures solutions à l'avenir et que tout puisse se passer au mieux pour tout le monde."