Ce dimanche 15 février, la coureuse kényane de 29 ans a vraiment tout donné pour pouvoir finir le marathon d'Austin en Australie qu'elle avait entamé. Seulement, si le mental était toujours fort, son corps n'a pas suivi et a fini par la lâcher quelques mètres avant la ligne d'arrivée. Qu'importe! La runneuse, qui s'était effondrée, a voulu à tout prix terminer sa course, à genoux, se trainant jusqu'à la "finish line". Dans ces moments d'efforts intenses, elle était suivie de près par l'équipe médicale qui lui a proposé à plusieurs reprises de prendre place dans un fauteuil roulant.

Hyvon Ngetich a déclaré de pas avoir réalisé la portée de son exploit. "Je ne me souviens pas de ce qui s'est passé et je n'ai pas vu la ligne d'arrivée", a-t-elle même raconté après la course. Le docteur Laura Goldberg, spécialiste de la médecine sportive interrogée par ABC, rappelle toutefois qu'il est dangereux et donc fortement déconseillé de tenter un tel exploit quand on ne se sent plus capable d'avancer.

Ce dimanche 15 février, la coureuse kényane de 29 ans a vraiment tout donné pour pouvoir finir le marathon d'Austin en Australie qu'elle avait entamé. Seulement, si le mental était toujours fort, son corps n'a pas suivi et a fini par la lâcher quelques mètres avant la ligne d'arrivée. Qu'importe! La runneuse, qui s'était effondrée, a voulu à tout prix terminer sa course, à genoux, se trainant jusqu'à la "finish line". Dans ces moments d'efforts intenses, elle était suivie de près par l'équipe médicale qui lui a proposé à plusieurs reprises de prendre place dans un fauteuil roulant. Hyvon Ngetich a déclaré de pas avoir réalisé la portée de son exploit. "Je ne me souviens pas de ce qui s'est passé et je n'ai pas vu la ligne d'arrivée", a-t-elle même raconté après la course. Le docteur Laura Goldberg, spécialiste de la médecine sportive interrogée par ABC, rappelle toutefois qu'il est dangereux et donc fortement déconseillé de tenter un tel exploit quand on ne se sent plus capable d'avancer.