Parmi ces sportifs figurent plusieurs champions olympiques dont les plus grands noms des disciplines hivernales russes, notamment Alexander Legkov (champion olympique en ski de fond, sur 50 km) et Aleksandr Zubkov, véritable héros en Russie après son doublé en or (bob à 2 et bob à 4).

Jusqu'à présent, le CIO a disqualifié 25 sportifs russes des JO 2014, retirant ainsi un tiers des médailles russes remportées à Sotchi, soit 11 sur 33 au total. Parmi elles 4 des 13 médailles d'or russes. La Russie avait terminé première au tableau des médailles avant les disqualifications décidées. Désormais, c'est la Norvège avec 11 titres olympiques qui figure au premier rang des nations.

Conséquence de ce système de dopage institutionnalisé mis en place de 2011 à 2015 et révélé par le rapport McLaren, le CIO a décidé mardi de suspendre la Russie des prochains JO d'hiver de Pyeongchang (9-25 février) -une première dans l'histoire de l'instance suprême olympique- tout en proposant néanmoins aux sportifs russes "propres" d'y participer sous le drapeau olympique.

Parmi ces sportifs figurent plusieurs champions olympiques dont les plus grands noms des disciplines hivernales russes, notamment Alexander Legkov (champion olympique en ski de fond, sur 50 km) et Aleksandr Zubkov, véritable héros en Russie après son doublé en or (bob à 2 et bob à 4). Jusqu'à présent, le CIO a disqualifié 25 sportifs russes des JO 2014, retirant ainsi un tiers des médailles russes remportées à Sotchi, soit 11 sur 33 au total. Parmi elles 4 des 13 médailles d'or russes. La Russie avait terminé première au tableau des médailles avant les disqualifications décidées. Désormais, c'est la Norvège avec 11 titres olympiques qui figure au premier rang des nations. Conséquence de ce système de dopage institutionnalisé mis en place de 2011 à 2015 et révélé par le rapport McLaren, le CIO a décidé mardi de suspendre la Russie des prochains JO d'hiver de Pyeongchang (9-25 février) -une première dans l'histoire de l'instance suprême olympique- tout en proposant néanmoins aux sportifs russes "propres" d'y participer sous le drapeau olympique.