Le Français, qui restait sur huit défaites face au Britannique, atteint sa première demi-finale en Masters 1000 depuis Shanghai en octobre 2013. C'est seulement la deuxième fois cette saison qu'il se hisse dans le dernier carré d'un tournoi, après Marseille en février. Le Manceau affrontera au tour suivant le vainqueur du match opposant le Bulgare Grigor Dimitrov (N.7) au Sud-Africain Kevin Anderson. Après Djokovic en 8e de finale, "Jo" se défait donc d'un deuxième Top-10 consécutivement, ce qui ne lui était plus arrivé depuis l'édition 2011 de Wimbledon (hors Masters de fin d'année). Pour y parvenir, il a dû cependant s'employer davantage que face au N.1 mondial serbe, balayé en une heure. Comme face au "Djoker", le Français s'est appuyé sur son puissant service, son atout N.1 sur les courts en dur de Toronto, empilant 18 aces et remportant plus de 80% de ses points derrière sa première balle. C'est d'ailleurs sur un ace qu'il concluait la rencontre après 2h18 de jeu. . (Belga)

Le Français, qui restait sur huit défaites face au Britannique, atteint sa première demi-finale en Masters 1000 depuis Shanghai en octobre 2013. C'est seulement la deuxième fois cette saison qu'il se hisse dans le dernier carré d'un tournoi, après Marseille en février. Le Manceau affrontera au tour suivant le vainqueur du match opposant le Bulgare Grigor Dimitrov (N.7) au Sud-Africain Kevin Anderson. Après Djokovic en 8e de finale, "Jo" se défait donc d'un deuxième Top-10 consécutivement, ce qui ne lui était plus arrivé depuis l'édition 2011 de Wimbledon (hors Masters de fin d'année). Pour y parvenir, il a dû cependant s'employer davantage que face au N.1 mondial serbe, balayé en une heure. Comme face au "Djoker", le Français s'est appuyé sur son puissant service, son atout N.1 sur les courts en dur de Toronto, empilant 18 aces et remportant plus de 80% de ses points derrière sa première balle. C'est d'ailleurs sur un ace qu'il concluait la rencontre après 2h18 de jeu. . (Belga)