L'Anversoise a avoué n'avoir plus la force mentale pour continuer au plus haut niveau jusqu'au Mondiaux de Moscou, en août prochain. "Combiner la vie de maman et le sport au plus haut niveau est très lourd. C'est terriblement pesant. Mon mental a toujours été ma grande force. Je dois être honnête et prendre les décisions qui s'imposent. Et je trouve que c'était le bon moment pour arrêter", a-t-elle expliqué dans les locaux de Golazo, son agence de management, aux côtés de son entraîneur et compagnon, Wim Van de Ven. "Ce fut en fin de compte une décision facile à prendre. Physiquement, tout va bien, je me suis vraiment bien entraînée cet hiver. Je me sens capable de sauter encore 1m95, 1m96, mais je n'ai plus l'envie de me battre. Je n'ai plus la force mentale nécessaire. Je l'ai bien senti après Göteborg (où Tia Hellebaut a calé à 1m92, finissant 8e en finale de l'Euro en salle en Suède dimanche). C'était clair. C'est pour ça que la décision s'imposait d'elle-même. Je ne suis pas une machine. Je suis quelqu'un de normal." Maman de deux enfants, Lotte et Saartje, Tia Hellebaut avait ouvert fin 2011 le troisième chapitre de sa carrière après ses deux maternités. "Je suis fier de ce que j'ai fait. J'ai pu accomplir tous mes objectifs. J'aurais signé des deux mains pour ça. Je n'ai vraiment aucun regret après une fantastique carrière. Mon plus beau souvenir restera ma médaille d'or aux JO de Pékin en 2008, c'est logique. Mais je suis très fier d'avoir encore été 5e des Jeux de Londres." . (DTC)

L'Anversoise a avoué n'avoir plus la force mentale pour continuer au plus haut niveau jusqu'au Mondiaux de Moscou, en août prochain. "Combiner la vie de maman et le sport au plus haut niveau est très lourd. C'est terriblement pesant. Mon mental a toujours été ma grande force. Je dois être honnête et prendre les décisions qui s'imposent. Et je trouve que c'était le bon moment pour arrêter", a-t-elle expliqué dans les locaux de Golazo, son agence de management, aux côtés de son entraîneur et compagnon, Wim Van de Ven. "Ce fut en fin de compte une décision facile à prendre. Physiquement, tout va bien, je me suis vraiment bien entraînée cet hiver. Je me sens capable de sauter encore 1m95, 1m96, mais je n'ai plus l'envie de me battre. Je n'ai plus la force mentale nécessaire. Je l'ai bien senti après Göteborg (où Tia Hellebaut a calé à 1m92, finissant 8e en finale de l'Euro en salle en Suède dimanche). C'était clair. C'est pour ça que la décision s'imposait d'elle-même. Je ne suis pas une machine. Je suis quelqu'un de normal." Maman de deux enfants, Lotte et Saartje, Tia Hellebaut avait ouvert fin 2011 le troisième chapitre de sa carrière après ses deux maternités. "Je suis fier de ce que j'ai fait. J'ai pu accomplir tous mes objectifs. J'aurais signé des deux mains pour ça. Je n'ai vraiment aucun regret après une fantastique carrière. Mon plus beau souvenir restera ma médaille d'or aux JO de Pékin en 2008, c'est logique. Mais je suis très fier d'avoir encore été 5e des Jeux de Londres." . (DTC)