Nafi Thiam avait battu le record du monde juniors du pentathlon (4.558 points) le 3 février dernier à Gand lors des championnats de Belgique indoor. L'IAAF avait cependant refusé d'homologuer ce record pour une erreur de procédure. L'athlète namuroise n'avait pu subir de contrôle antidopage directement après sa compétition, aucun médecin contrôleur de la Communauté flamande, seul habilité à exercer en Flandre, n'étant présent à Gand ce jour-là. Ce n'est donc que le lendemain que Nafi Thiam a été contrôlée à son domicile, par un médecin contrôleur de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La Ligue belge d'athlétisme (LRBA) avait fait appel de cette décision auprès du Conseil de l'IAAF. Un appel dans lequel avait été expliqué la "particularité" du système belge en matière de contrôles antidopage. Le Conseil de l'IAAF s'est penché lundi sur le dossier Thiam, qui a été transmis à la Commission de révision antidopage qui étudiera les arguments invoqués par la LRBA avant que l'IAAF ne se prononce de manière définitive. Aucun calendrier n'a, semble-t-il, été fixé pour le nouveau chapitre de cette affaire, selon Le Soir. Si elle n'obtenait pas gain de cause, la LRBA pourrait se tourner vers le Tribunal arbitral du sport (TAS). (Belga)

Nafi Thiam avait battu le record du monde juniors du pentathlon (4.558 points) le 3 février dernier à Gand lors des championnats de Belgique indoor. L'IAAF avait cependant refusé d'homologuer ce record pour une erreur de procédure. L'athlète namuroise n'avait pu subir de contrôle antidopage directement après sa compétition, aucun médecin contrôleur de la Communauté flamande, seul habilité à exercer en Flandre, n'étant présent à Gand ce jour-là. Ce n'est donc que le lendemain que Nafi Thiam a été contrôlée à son domicile, par un médecin contrôleur de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La Ligue belge d'athlétisme (LRBA) avait fait appel de cette décision auprès du Conseil de l'IAAF. Un appel dans lequel avait été expliqué la "particularité" du système belge en matière de contrôles antidopage. Le Conseil de l'IAAF s'est penché lundi sur le dossier Thiam, qui a été transmis à la Commission de révision antidopage qui étudiera les arguments invoqués par la LRBA avant que l'IAAF ne se prononce de manière définitive. Aucun calendrier n'a, semble-t-il, été fixé pour le nouveau chapitre de cette affaire, selon Le Soir. Si elle n'obtenait pas gain de cause, la LRBA pourrait se tourner vers le Tribunal arbitral du sport (TAS). (Belga)