"Je ne suis pas déçu", a expliqué Yohan Blake, 21 ans, mercredi à Vilvorde. "D'abord parce que c'est un Jamaïquain qui a gagné. Et c'étaient mes premiers jeux Olympiques. Je suis encore jeune. C'est le plus grand évènement du monde. Rien à voir avec un championnat du monde. L'atmosphère est énorme. La pression immense. Il faut être mentalement très fort. Mais j'y étais préparé. J'étais nerveux, bien sûr. Nous en avons beaucoup parlé avec mon entraîneur (Glen Mills, le même qu'Usain Bolt). Un soir, on s'est assis, il m'a expliqué. Il m'a bien préparé. Cela fait 4 ans que je travaille avec lui, je continue à progresser et je peux aller encore plus vite." Deuxième performeur de tous les temps derrière Bolt (qui courra le 100m au Van Damme), Yohan Blake ne court pas souvent "contre" Bolt en dehors des grands championnats, "pour conserver le caractère exceptionnel de l'évènement", essaient de justifier les managers. "Mais même avec un autre entraîneur, je ne pense pas que je choisirais de courir plus souvent dans la même course qu'Usain", a souri Yohan Blake. (DTC)

"Je ne suis pas déçu", a expliqué Yohan Blake, 21 ans, mercredi à Vilvorde. "D'abord parce que c'est un Jamaïquain qui a gagné. Et c'étaient mes premiers jeux Olympiques. Je suis encore jeune. C'est le plus grand évènement du monde. Rien à voir avec un championnat du monde. L'atmosphère est énorme. La pression immense. Il faut être mentalement très fort. Mais j'y étais préparé. J'étais nerveux, bien sûr. Nous en avons beaucoup parlé avec mon entraîneur (Glen Mills, le même qu'Usain Bolt). Un soir, on s'est assis, il m'a expliqué. Il m'a bien préparé. Cela fait 4 ans que je travaille avec lui, je continue à progresser et je peux aller encore plus vite." Deuxième performeur de tous les temps derrière Bolt (qui courra le 100m au Van Damme), Yohan Blake ne court pas souvent "contre" Bolt en dehors des grands championnats, "pour conserver le caractère exceptionnel de l'évènement", essaient de justifier les managers. "Mais même avec un autre entraîneur, je ne pense pas que je choisirais de courir plus souvent dans la même course qu'Usain", a souri Yohan Blake. (DTC)