"J'ai essayé que le tempo soit le plus élevé mais cela n'a pas suffit. Quand je vois que quelqu'un comme le Français Bob Tahri n'a pas de médaille, c'est dire le niveau ici." Koen Naert 11e, qui présentait une impressionnante ampoule ensanglantée sous le pied gauche, espérait en venant à Zurich finir dans le Top 10. "Le tempo des meilleurs était beaucoup trop élevé. J'avais établi un plan : courir les 7 premiers kilomètres à mon rythme et à fond les 3 derniers. Mais j'étais déjà très content de terminer les 3 derniers à mon rythme. Ici le niveau n'a rien à voir avec Helsinki en 2012 (NDLR : il s'y était aussi classé 11e)." Huitième de l'Euro espoirs l'an dernier à Tampere, Mats Lunders s'était fixé comme objectif une place parmi les 12 meilleurs. Lui aussi a fini une place derrière (13e). "C'est une belle expérience pour mes débuts. C'est le très haut niveau. Et la piste était si dure. Je vais certainement avoir mal demain au talon." (Belga)

"J'ai essayé que le tempo soit le plus élevé mais cela n'a pas suffit. Quand je vois que quelqu'un comme le Français Bob Tahri n'a pas de médaille, c'est dire le niveau ici." Koen Naert 11e, qui présentait une impressionnante ampoule ensanglantée sous le pied gauche, espérait en venant à Zurich finir dans le Top 10. "Le tempo des meilleurs était beaucoup trop élevé. J'avais établi un plan : courir les 7 premiers kilomètres à mon rythme et à fond les 3 derniers. Mais j'étais déjà très content de terminer les 3 derniers à mon rythme. Ici le niveau n'a rien à voir avec Helsinki en 2012 (NDLR : il s'y était aussi classé 11e)." Huitième de l'Euro espoirs l'an dernier à Tampere, Mats Lunders s'était fixé comme objectif une place parmi les 12 meilleurs. Lui aussi a fini une place derrière (13e). "C'est une belle expérience pour mes débuts. C'est le très haut niveau. Et la piste était si dure. Je vais certainement avoir mal demain au talon." (Belga)