Entré à la 66e minute, Thierry Henry, le joker de luxe d'Arsène Wenger, a réussi une reprise acrobatique sur un centre d'Arshavin pour inscrire son troisième but avec Arsenal depuis son retour. Son 229e sous les couleurs d'Arsenal.


Thierry Henry a joué dans les plus grands clubs et a tout gagné dans sa carrière. A 35 ans, l'attaquant français, passé par Monaco, la Juventus, Arsenal, ou encore Barcelone, continue d'écrire sa légende.

Tout commence pour lui à l'âge de six ans quand il s'inscrit dans le club local de la ville de son enfance, le CO Les Ulis. Il passe ensuite par l'US Palaiseau, à douze ans, avant de rejoindre, un an plus tard, le club de Viry-Châtillon. Là, il tape dans l'oeil d'un recruteur de l'AS Monaco. La belle histoire de Thierry Henry commence.


Il rejoint le prestigieux centre de formation de l'INF Clairefontaine en 1991 où il fait assurément la rencontre la plus importante de sa carrière : Arsène Wenger, alors entraîneur de l'AS Monaco.


Après un bref passage au FC Versailles, Thierry Henry est recruté par Monaco en 1993. Il joue tout d'abord en équipe réserve avec laquelle il inscrit 45 buts en une saison. Il fête ses débuts en équipe première le 31 août 1994 contre l'OGC Nice. Il n'a que 17 ans et ne retournera plus jouer en CFA.

Un an plus tard, il marque ses deux premiers buts en Division 1 face au RC Lens(6-0). Pour sa première saison chez les professionnels, il porte huit fois le maillot rouge et blanc et marque à trois reprises.

Il continue son apprentissage la saison suivante avant de devenir titulaire indiscutable en 1996. Il marque cette année-là neuf buts et distribue huit passes décisives en championnat. L'AS Monaco termine champion de France et permet au jeune attaquant de remporter son premier trophée. Cette même année, Henry est élu meilleur espoir du football français Il est alors sollicité par de nombreux clubs européens et signe illégalement un pré-contrat avec le Real Madrid avant de prolonger à Monaco.

Lors de la saison 1997-1998, il connaît sa première convocation en équipe de France et fait ses premiers pas dans la prestigieuse Ligue des Champions, à seulement 20 ans. Il marque d'ailleurs ses deux premiers buts dans cette compétition alors qu'il joue son premier match de C1 contre Leverkusen.

Toute l'Europe apprend à connaître le jeune talent monégasque. Il participe activement au beau parcours de l'AS Monaco (demi-finale face à la Juventus (1-4, 3-2) en inscrivant sept buts en neuf matches. Ces belles prestations lui permettent d'être repris dans la liste des 22 joueurs convoqués par Aimé Jacquet pour jouer la Coupe du Monde 1998.


La suite de l'histoire est plus connue. Thierry Henry termine meilleur buteur français (3 buts) et est convoité par tous les grands clubs européens. Il signera finalement à la Juventus de Turin pendant l'hiver 1999.La Juventus restera le seul gros échec de Thierry Henry.

Il ne restera que sept mois en Italie avant de rejoindre Arsène Wenger à Arsenal. La carrière de Titi va alors prendre une autre dimension.


Le coach des Gunners le replace dans l'axe de l'attaque où Henry se révèle être un des meilleurs attaquants de sa génération. Transféré chez les Gunners pour un montant de 90 millions de francs français (environ 13,7 millions d'euros), il a pour principale tâche de faire oublier les bonnes performances de Nicolas Anelka, parti au Real Madrid.

Chose qu'il réussit à faire assez rapidement. Son palmarès avec Arsenal devient vite impressionnant. En huit saisons avec les Gunners, il remportera deux titres de champion d'Angleterre (2002-2004), trois coupes d'Angleterre (2002,2003,2005) et deux Community Shield (2002,2004). A titre personnel, il terminera quatre fois meilleur buteur de la Premier League ( 2002, 2004,2005,2006) et deux fois meilleur passeur (2001,2003). Thierry Henry marquera avec Arsenal 226 buts et offrira 91 passes décisives.

Le 25 juin 2007, Henry est transféré à Barcelone où il passera trois saisons. Le Français arrive dans une équipe de stars et il a un peu de mal à s'intégrer. Il marquera tout de même 49 buts en 121 apparitions sous le maillot blaugrana et il reste à ce jour le meilleur buteur français de l'histoire du club catalan.

En 2010, Henry, âgé alors de 33 ans, décide de partir jouer de l'autre côté de l'Atlantique, au Red Bulls New York. Henry justifie sa décision en mettant en avant le côté affectif de son choix : "Je nourrissais le rêve de jouer en Amérique après l'Europe. J'adore New York. J'y viens régulièrement depuis 1996 dès que j'en ai l'occasion".

Pendant ce temps-là, les supporters des Gunners ne l'ont jamais oublié. Il a été élu meilleur joueur de l'histoire d'Arsenal par les fans du club le 19 juillet 2008 et joueur étranger préféré de l'histoire de la Premier League lors d'un sondage organisé par Barclays en décembre 2008 Le 9 décembre 2011, une statue en bronze du Français est inaugurée aux abords de l'Emirates Stadium.

En janvier 2012, la belle histoire d'amour entre Arsenal et Titi recommence. Arsène Wenger, à la recherche d'un attaquant pour remplacer temporairement Gervinho et Marouane Chamakh partis à la CAN, est séduit par le retour en forme de Thierry Henry.
Après plusieurs jours de négociations avec les Red Bulls, le prêt de Thierry Henry vers Arsenal est officialisé le 6 janvier 2012. Le contrat stipule une durée déterminée de deux mois, la saison régulière de la MLS reprenant le 10 mars.
Il fait son retour à l'Emirates Stadium trois jours plus tard lors du match comptant pour le 3e tour de la Coupe d'Angleterre face à Leeds United et donne la victoire aux Gunners en marquant le seul but de la rencontre d'un plat du pied droit dont il a le secret.


Le 10 février 2012, Arsène Wenger annonce que le prêt de Thierry Henry prend fin le 16 de ce mois. Le lendemain, l'attaquant français participe à son dernier match de Premier League avec Arsenal en remplaçant Alex Oxlade-Chamberlain à la 66e minute de la rencontre à Sunderland comptant pour la 25e journée. Il donne la victoire aux Gunners en coupant un centre d'Andreï Archavine dans le temps additionnel (1-2).


Grâce à ce but, les Gunners remontent à la quatrième place du classement, à égalité avec Chelsea, et peuvent encore espérer se qualifier pour la prochaine Ligue des champions. C'est justement dans cette compétition que l'attaquant de 34 ans jouera son dernier match en Europe, en huitième de finale aller, mercredi, sur le terrain de l'AC Milan.


"Aujourd'hui, il a parachevé sa légende dans le championnat. J'espère qu'il fera la même chose en Ligue des Champions", a déclaré Arsène Wenger. "Il nous a donné les trois points dans un match très difficile. Quelque chose va peut-être venir me hanter aussi car il s'en va de nouveau et on va me demander pourquoi il ne reste pas", a ajouté le Français. "Cela montre que chez ce genre de joueurs exceptionnels le talent survit. Ils ne le perdent jamais. C'est un luxe d'avoir un joueur comme lui sur le banc", a-t-il dit. Interrogé sur la possibilité de faire revenir Henry, Wenger a déclaré : "On verra la saison prochaine, mais il voudra peut-être arrêter à un moment ou à un autre".

Toutes les belles histoires ont une fin...


Sportfootmagazine.be

Entré à la 66e minute, Thierry Henry, le joker de luxe d'Arsène Wenger, a réussi une reprise acrobatique sur un centre d'Arshavin pour inscrire son troisième but avec Arsenal depuis son retour. Son 229e sous les couleurs d'Arsenal. Thierry Henry a joué dans les plus grands clubs et a tout gagné dans sa carrière. A 35 ans, l'attaquant français, passé par Monaco, la Juventus, Arsenal, ou encore Barcelone, continue d'écrire sa légende. Tout commence pour lui à l'âge de six ans quand il s'inscrit dans le club local de la ville de son enfance, le CO Les Ulis. Il passe ensuite par l'US Palaiseau, à douze ans, avant de rejoindre, un an plus tard, le club de Viry-Châtillon. Là, il tape dans l'oeil d'un recruteur de l'AS Monaco. La belle histoire de Thierry Henry commence. Il rejoint le prestigieux centre de formation de l'INF Clairefontaine en 1991 où il fait assurément la rencontre la plus importante de sa carrière : Arsène Wenger, alors entraîneur de l'AS Monaco. Après un bref passage au FC Versailles, Thierry Henry est recruté par Monaco en 1993. Il joue tout d'abord en équipe réserve avec laquelle il inscrit 45 buts en une saison. Il fête ses débuts en équipe première le 31 août 1994 contre l'OGC Nice. Il n'a que 17 ans et ne retournera plus jouer en CFA. Un an plus tard, il marque ses deux premiers buts en Division 1 face au RC Lens(6-0). Pour sa première saison chez les professionnels, il porte huit fois le maillot rouge et blanc et marque à trois reprises. Il continue son apprentissage la saison suivante avant de devenir titulaire indiscutable en 1996. Il marque cette année-là neuf buts et distribue huit passes décisives en championnat. L'AS Monaco termine champion de France et permet au jeune attaquant de remporter son premier trophée. Cette même année, Henry est élu meilleur espoir du football français Il est alors sollicité par de nombreux clubs européens et signe illégalement un pré-contrat avec le Real Madrid avant de prolonger à Monaco. Lors de la saison 1997-1998, il connaît sa première convocation en équipe de France et fait ses premiers pas dans la prestigieuse Ligue des Champions, à seulement 20 ans. Il marque d'ailleurs ses deux premiers buts dans cette compétition alors qu'il joue son premier match de C1 contre Leverkusen. Toute l'Europe apprend à connaître le jeune talent monégasque. Il participe activement au beau parcours de l'AS Monaco (demi-finale face à la Juventus (1-4, 3-2) en inscrivant sept buts en neuf matches. Ces belles prestations lui permettent d'être repris dans la liste des 22 joueurs convoqués par Aimé Jacquet pour jouer la Coupe du Monde 1998. La suite de l'histoire est plus connue. Thierry Henry termine meilleur buteur français (3 buts) et est convoité par tous les grands clubs européens. Il signera finalement à la Juventus de Turin pendant l'hiver 1999.La Juventus restera le seul gros échec de Thierry Henry.Il ne restera que sept mois en Italie avant de rejoindre Arsène Wenger à Arsenal. La carrière de Titi va alors prendre une autre dimension. Le coach des Gunners le replace dans l'axe de l'attaque où Henry se révèle être un des meilleurs attaquants de sa génération. Transféré chez les Gunners pour un montant de 90 millions de francs français (environ 13,7 millions d'euros), il a pour principale tâche de faire oublier les bonnes performances de Nicolas Anelka, parti au Real Madrid.Chose qu'il réussit à faire assez rapidement. Son palmarès avec Arsenal devient vite impressionnant. En huit saisons avec les Gunners, il remportera deux titres de champion d'Angleterre (2002-2004), trois coupes d'Angleterre (2002,2003,2005) et deux Community Shield (2002,2004). A titre personnel, il terminera quatre fois meilleur buteur de la Premier League ( 2002, 2004,2005,2006) et deux fois meilleur passeur (2001,2003). Thierry Henry marquera avec Arsenal 226 buts et offrira 91 passes décisives. Le 25 juin 2007, Henry est transféré à Barcelone où il passera trois saisons. Le Français arrive dans une équipe de stars et il a un peu de mal à s'intégrer. Il marquera tout de même 49 buts en 121 apparitions sous le maillot blaugrana et il reste à ce jour le meilleur buteur français de l'histoire du club catalan. En 2010, Henry, âgé alors de 33 ans, décide de partir jouer de l'autre côté de l'Atlantique, au Red Bulls New York. Henry justifie sa décision en mettant en avant le côté affectif de son choix : "Je nourrissais le rêve de jouer en Amérique après l'Europe. J'adore New York. J'y viens régulièrement depuis 1996 dès que j'en ai l'occasion".Pendant ce temps-là, les supporters des Gunners ne l'ont jamais oublié. Il a été élu meilleur joueur de l'histoire d'Arsenal par les fans du club le 19 juillet 2008 et joueur étranger préféré de l'histoire de la Premier League lors d'un sondage organisé par Barclays en décembre 2008 Le 9 décembre 2011, une statue en bronze du Français est inaugurée aux abords de l'Emirates Stadium. En janvier 2012, la belle histoire d'amour entre Arsenal et Titi recommence. Arsène Wenger, à la recherche d'un attaquant pour remplacer temporairement Gervinho et Marouane Chamakh partis à la CAN, est séduit par le retour en forme de Thierry Henry. Après plusieurs jours de négociations avec les Red Bulls, le prêt de Thierry Henry vers Arsenal est officialisé le 6 janvier 2012. Le contrat stipule une durée déterminée de deux mois, la saison régulière de la MLS reprenant le 10 mars. Il fait son retour à l'Emirates Stadium trois jours plus tard lors du match comptant pour le 3e tour de la Coupe d'Angleterre face à Leeds United et donne la victoire aux Gunners en marquant le seul but de la rencontre d'un plat du pied droit dont il a le secret. Le 10 février 2012, Arsène Wenger annonce que le prêt de Thierry Henry prend fin le 16 de ce mois. Le lendemain, l'attaquant français participe à son dernier match de Premier League avec Arsenal en remplaçant Alex Oxlade-Chamberlain à la 66e minute de la rencontre à Sunderland comptant pour la 25e journée. Il donne la victoire aux Gunners en coupant un centre d'Andreï Archavine dans le temps additionnel (1-2). Grâce à ce but, les Gunners remontent à la quatrième place du classement, à égalité avec Chelsea, et peuvent encore espérer se qualifier pour la prochaine Ligue des champions. C'est justement dans cette compétition que l'attaquant de 34 ans jouera son dernier match en Europe, en huitième de finale aller, mercredi, sur le terrain de l'AC Milan. "Aujourd'hui, il a parachevé sa légende dans le championnat. J'espère qu'il fera la même chose en Ligue des Champions", a déclaré Arsène Wenger. "Il nous a donné les trois points dans un match très difficile. Quelque chose va peut-être venir me hanter aussi car il s'en va de nouveau et on va me demander pourquoi il ne reste pas", a ajouté le Français. "Cela montre que chez ce genre de joueurs exceptionnels le talent survit. Ils ne le perdent jamais. C'est un luxe d'avoir un joueur comme lui sur le banc", a-t-il dit. Interrogé sur la possibilité de faire revenir Henry, Wenger a déclaré : "On verra la saison prochaine, mais il voudra peut-être arrêter à un moment ou à un autre". Toutes les belles histoires ont une fin... Sportfootmagazine.be